S.P.Q.R. Histoire de l’ancienne Rome

Broché : 590 pages
Editeur : Perrin (13 octobre 2016)
Langue : Français
ISBN-10 : 2262048711
ISBN-13 : 978-2262048716
Dimensions : 16,7 x 4,4 x 24,1 cm

 S.P.Q.R. Histoire de l’ancienne Rome

Encore une histoire de la Rome antique ! Oui, sans doute, mais une histoire qui ajoute et qui précise. Après avoir passé cinquante ans de sa vie à étudier l’histoire de la Rome républicaine et impériale, l’universitaire britannique Mary Beard a éprouvé le besoin de synthétiser le fruit de son travail dans un épais volume retraçant de façon originale une histoire s’étalant sur sept à huit siècles. Manque ici les trois derniers siècles, soit le Moyen et le Bas-Empire. Si l’historienne achève son livre sur la liste des quatorze premiers empereurs, c’est que les gouvernements de ces derniers ont duré plus longtemps que les règnes éphémères de leurs successeurs et que Rome, en tant que capitale, brillait encore de ses mille feux. On sait qu’ensuite elle a décliné, passant la main à Constantinople et à Ravenne. En retraçant l’histoire de Rome depuis sa fondation par les jumeaux Remus et Romulus jusqu’au fameux édit de Caracalla (milieu du III° siècle) accordant la citoyenneté romaine à tous les sujets libres de l’empire, Mary Beard offre un panorama d’une richesse insoupçonnée. Alternant histoire politique, militaire, sociale, économique et quotidienne, il nous semble que l’auteur tente de recréer le monde romain de la façon la moins inappropriée. Lorsqu’elle relate les luttes de fonctions lors des dernières années de la République finissante, qu’elle évoque l’étroitesse des rues, la saleté et le bruit qui y règne, difficile de ne pas songer à la remarquable série d’HBO, Rome. La ville de Rome ressemblait-elle à ce qu’en dit Mary Beard, difficile de savoir ? Néanmoins, l’érudition de l’auteur, aidée par une bonne centaine d’illustrations et un appareil critique conséquent en fin d’ouvrage, permet d’affirmer que nous tenons là un des meilleurs livres écrits sur Rome durant ces années passées.

 

Mary Beard, S.P.Q.R. Histoire de l’ancienne Rome, Perrin, 2016, 591 pages, 26 €

Lire la suite

Une histoire du Brésil

Broché : 480 pages
Editeur : Perrin (25 février 2016)v Langue : Français
ISBN-10 : 2262037507
ISBN-13 : 978-2262037505
Dimensions : 15,5 x 3,6 x 24 cm

 Une histoire du Brésil

Qu’il est bon de temps à autre de porter son regard au-delà des frontières de l’Europe, de s’intéresser à une histoire qui n’est pas la nôtre. Par conséquent, autant dire que cette histoire du Brésil est la bienvenue. Attention au titre ! Il s’agit d’Une histoire du Brésil, et non de l’histoire du Brésil. L’auteur, Michel Faure, a pris une option : considérer l’histoire cet immense pays sous un angle essentiellement politique. On ne lira pas cette histoire sans avoir cette précision à l’esprit. Peu de choses sur l’évolution économique et sociale, sur la place de la religion ou sur la vie culturelle, mais le panorama circonstancié et détaillé de l’évolution chaotique de régimes successifs, de la Vieille République aux tempêtes successives essuyées par l’actuelle présidence de Dilma Roussef, en passant bien sûr par l’Ordo Novo de Vargas. Le tableau dressé par Michel Faure laisse une impression assez curieuse. Il est tout de même étonnant qu’un pays aussi grand, disposant d’atouts aussi nombreux, ait du mal à devenir la grande puissance bénéficiaire des bienfaits dont l’a pourvues la nature. L’auteur décrit un certain nombre de points très positifs, le premier étant l’implantation de la démocratie en dépit d’une opposition puissante. En dépit de difficultés très sérieuses (inégalités sociales et économiques colossales, problèmes écologiques, criminalité galopante, insuffisance des structures…), le Brésil semble avoir plutôt bien négocié son entrée dans le XXI° siècle. Si certains, ici, considèrent avec horreur le mélange des populations propres au Brésil, au point d’avoir inventé un néologisme : la brésilianisation, l’important c’est le regard que portent les natifs sur leur patrie : une force encore indolente, géant endormi qui doit encore se débarrasser de ses pieds d’argile pour asseoir toute sa puissance.

 

Michel Faure, Une histoire du Brésil, Perrin, 2016, 441 pages, 24.90€

Lire la suite

France 1940 : Défendre la République

Broché : 320 pages
Editeur : Perrin (16 mars 2017)
Langue : Français
ISBN-10 : 2262065608
ISBN-13 : 978-2262065607
Dimensions : 15,5 x 2 x 21,5 cm

 France 1940 : Défendre la République

Dès l’introduction, l’auteur donne le ton. Plutôt que de livrer une énième histoire de la catastrophe des mois de mai et juin 1940, Philip Nord a préféré « suggérer une approche sans intransigeance, nuancée, de la défaite française ». Il faut insister : là où d’autres auteurs comme Jacques Benoist-Méchin ou Alistair Horne décrivent par le menu le détail des opérations militaires et les affres des dirigeants politiques, abasourdis devant l’ampleur de la déroute, Philip Nord a préféré  considérer les événements de haut. Cette vision surplombante a le mérite de dégager des lignes de faîte qu’on a certainement eu tort de négliger. La thèse de l’universitaire américain se résume en quelques phrases : la France était bien seule dans son combat contre la puissance militaire germanique, les politiciens de la III° République avaient plutôt bien préparé l’outil militaire et la débâcle n’était pas inévitable. En un mot, le régime n’était pas aussi pourri que certains, par esprit de revanche ou de haine à l’égard de la république, ont voulu le dire. Certes, nombreuses furent les défaillances mais elles ne sauraient expliquer à elle seule la catastrophe qui s’abattit sur le pays. Pour l’auteur, en dépit de ses faiblesses et dans la mesure où la France constituait la première ligne des nations démocratiques contre l’ennemi commun, elle s’est comportée de façon très honorable. Ce qui a abattu le régime est plutôt à chercher du côté des ennemis du régime républicain, ces partisans d’un régime autoritaire qui, à l’instar de Pétain, assimilaient la République à la chienlit. C’est cette contestation interne, ce manque de confiance à l’égard des institutions, cette défiance de l’avenir qui a contribué, presque aussi sûrement que les blindés de la Whermacht, à liquider le régime et à abattre le pays. En quelques courts chapitres, Philip Nord renouvelle la compréhension d’événements qui ont marqué durablement la société française.

 

Philip Nord, France 1940. Défendre la République, Perrin, 2017, 232 pages, 19.90€

Lire la suite

Churchill, stratège passionné

Broché : 280 pages
Editeur : Perrin (24 novembre 2016)
Collection : MTRE DE GUERRE
Langue : Français
ISBN-10 : 2262050473
ISBN-13 : 978-2262050474
Dimensions : 16,3 x 3,3 x 21 cm

 Churchill, stratège passionné

L’excellente collection « Maître de guerre » délaisse les militaires pour s’intéresser aux politiques. Il faut dire qu’il ne s’agit pas de n’importe quel homme politique et que celui auquel s’intéresse François Kersaudy est un être ô combien singulier. Tout, dans l’itinéraire de Winston Churchill, s’est déroulé sous le signe de l’exception. Collégien peu doué, ce descendant du grand Malborough s’intéresse tôt à la chose militaire. Aventurier et indiscipliné, il est cavalier en Inde. Quittant l’armée, le voilà reporter de guerre en Afrique du Sud durant la Guerre des Boers. Député et ministre alors qu’il a tout juste trente ans, il est Premier Lord de l’Amirauté à la déclaration de la guerre de 14-18. La suite, on la connaît… surtout ces épisodes où, tenant tête à l’Allemagne hitlérienne, il promet au peuple anglais du sang, de la sueur et des larmes. Tout au long de ce récit vivant, agrémenté de cartes et d’images toujours très significatives, François Kersaudy livre l’image d’un excentrique bon vivant, passionné par l’armée, joueur, plein d’idées, tantôt excellentes, parfois saugrenues. Doté d’une prescience extraordinaire et d’un sens de la formule faisant souvent mouche, W. Churchill connut aussi quelques ratés majeurs dus à une imagination débridée l’amenant à jouer gros sans avoir beaucoup d’atouts dans son jeu. Ce Churchill montre les multiples facettes d’un personnage dont on se demande si, par ses multiples activités, il n’a pas eu plusieurs vies. Et puis, cerise sur le gâteau, impossible de s’ennuyer en compagnie de cet amoureux du whisky soda, francophile et amateur de bons mots. On se souvient par exemple de l’exclamation qu’il poussa quand il apprit l’obtention du Prix Nobel de littérature : « Je ne savais pas que j’écrivais si bien. » F. Kersaudy dresse le portrait vivant d’un homme sacrément attachant.

 

François Kersaudy, Churchill, stratège passionné, Perrin, 2017, 443 pages, 24€

Lire la suite

Les hommes de Vichy

Broché : 350 pages
Editeur : Perrin (19 janvier 2017)
Langue : Français
ISBN-10 : 2262049297
ISBN-13 : 978-2262049294
Dimensions : 15,5 x 3 x 24 cm

 Les hommes de Vichy

En spécialiste de la France des années 40, Jean-Paul Cointet a eu l’heureuse idée de synthétiser en un volume l’essentiel des informations essentielles à la connaissance des hommes qui ont entouré Pétain de 1940 à 1944, date de l’exil forcé à Sigmaringen. Bien qu’étant courts, la bonne vingtaine de portraits ici présentés donne l’essentiel des biographies d’hommes qui, tous, à des degrés divers, ont eu des comptes à rendre à la Libération. A côté des figures connues qu’étaient Laval ou de Brinon, l’auteur a tenu à présenter des hommes qui, bien qu’ayant davantage agi dans l’ombre, ont pu influencer la politique de l’Etat français. Jean Bichelonne  ou Paul Marion n’étaient pas les seconds couteaux qu’on imagine : eux aussi ont eu leur part d’influence.  Ces « hommes de Vichy » apparaissent dans un ordre qui a sa logique propre. Il y avait les fondateurs comme Weygand et Darlan, puis les conseillers du Prince, à l’image de Du Moulin de Labarthète. A côté des doctrinaires à la façon de Vallat et de Massis il fallait compter sur les  épurateurs comme Darnand. Néanmoins, ce qui frappe le plus dans cette galerie, c’est l’hétérogénéité des parcours et des profils, ce que l’auteur explique en préface (p. 13) : « Etudier les hommes de Vichy est une manière de mettre fin à une approche  voyant dans ce régime un bloc, dans l’espace comme dans le temps. » En effet, il est rigoureusement impossible de dresser le portrait-type du collaborateur du maréchal Pétain. Ce dernier est comme l’icône qui unifie tout ce petit monde qui n’échappait pas, dans l’atmosphère étroite et confiné de la ville-préfecture de l’Allier, aux mesquineries et jalousies propres à tous les paniers de crabes. Beaucoup viennent de vieilles familles catholiques et n’ont d’autre souci que de régénérer un pays qu’ils estiment décadent. Il y a aussi les arrivistes, puis ceux qui se persuadent de la victoire de l’Allemagne et veulent arrimer le char de l’Etat au Reich. Si ces portraits laissent apparaître de temps à autre un peu de brillance, on ne peut qu’être frappé, au final, par la médiocrité d’un personnel politique qui, somme toute, avait les toutes les apparences de celui de la défunte III° République.

 

Jean-Paul Cointet, Les hommes de Vichy, Perrin, 2017, 375 pages, 23.90€

Lire la suite

La France et la mer

Broché : 560 pages
Editeur : FLAMMARION (19 octobre 2016)
Collection : Au fil de l’histoire
Langue : Français
ISBN-10 : 2081333279
ISBN-13 : 978-2081333277
Dimensions : 24,1 x 3,7 x 15,3 cm

 La France et la mer

Auteur d’un remarquable Règne de Louis XIV, Olivier Chaline continue son exploration minutieuse de la France d’Ancien Régime. Intitulé Quand les Bourbons voulaient dominer les océans, ce gros livre, qui mélange allégrement anecdotes et réflexion, entreprend et réussit à réconcilier l’histoire de France avec la mer. Allons plus loin, il s’agit même d’une réhabilitation. Le Français n’était pas réputé voyageur, on l’imagine volontiers casanier, rétif aux aventures, surtout maritimes. Or, que voit-on ici ? Un peuple de terriens certes, mais suffisamment vigoureux et entreprenant pour se risquer hors de chez lui sur l’élément liquide. Dans La peur en Occident, Jean Delumeau pointait les peurs de l’homme médiéval devant la mer et l’océan. Avec les Temps Modernes, le Français avait vaincu sa frayeur traditionnelle et n’hésitait plus à affronter les dangers. Bravant les tempêtes, l’inconnu, la promiscuité et la saleté de la vie du bord, les anciens se sont pris de passion pour la mer, cette « frontière béante ». Consacrés aux gens de mer et à leurs matériels, deux siècles d’histoire sont ici passés en revue. Marines de guerre, de commerce constituent les objets de cette vaste synthèse. Ces « deux siècles d’histoire de France vue de la mer » ne s’arc-boutent pas sur une structure chronologique. Cette vision historiciste aurait nui au développement d’une thèse voulant démontrer qu’à la fin de la monarchie il y eut une volonté générale – des rois, des armateurs, des soldats… – de maîtriser les flots. La lutte séculaire contre l’ennemi anglais est loin d’expliquer à lui seul cet engouement. En dépit des dangers et de l’inconnu, de plus en plus de Français se faisaient et se voulaient gens de mer. Et il n’y a rien d’anachronique à penser que les victoires acquises par des Vendéens ou des Bretons dans les courses en solitaire puisent une part de leur racine dans l’enthousiasme des devanciers.

 

Olivier Chaline, La France et la mer, Flammarion, 2016, 558 pages, 25€

Lire la suite