Catégories
Histoire Recensions

L’Armée rouge : Innovatrice, libératrice, prédatrice

Éditeur ‏ : ‎ Perrin; Illustrated édition (2 novembre 2023)
Langue ‏ : ‎ Français
Relié ‏ : ‎ 408 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2262103194
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2262103194
Poids de l’article ‏ : ‎ 1,91 Kg
Dimensions ‏ : ‎ 22.7 x 3.2 x 28.4 cm

Au sein de l’ère francophone, il n’existe pas de meilleure plume que celle de Jean LOPEZ, ici aidé par certains de ses complices comme Benoist Bihan, pour traiter ce sujet : l’Armée Rouge, innovatrice, libératrice, prédatrice. Ce point d’histoire militaire commence dès après la prise du pouvoir en Russie par les bolcheviks pour s’achever en 1945, date après laquelle il faudra parler de l’Armée soviétique. Alimentés aux meilleures sources, les articles montrent toute la puissance d’un régime en armes, sa capacité à produire aussi bien des armements en qualité qu’une pensée stratégique de premier ordre. Reste qu’il est toujours fascinant de constater – et l’actuelle guerre en Ukraine est loin d’infirmer le propos – combien les régimes qui se suivent dans cet immense pays continuent à faire peu de cas de la vie des hommes. Richement illustré, le livre offre un voyage palpitant au sein d’un univers implacable.

Jean LOPEZ (sous la direction de), L’Armée Rouge. Innovatrice, libératrice, prédatrice, Perrin, 2023, 397 pages, 35 €

Catégories
Histoire Recensions

Dix faces cachées du communisme

Éditeur ‏ : ‎ Perrin (24 août 2023)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 432 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2262104298
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2262104290
Poids de l’article ‏ : ‎ 430 g
Dimensions ‏ : ‎ 14.2 x 3 x 21.2 cm

Du système communiste, tout a-t-il été dit ? Nous pourrions le croire tant la production livresque, jadis abondante à ce propos, est à présent maigrelette. Signe des temps, le communisme appartient désormais au passé et n’intéresse plus que de rares nostalgiques. François Kersaudy évoque en dix chapitres des domaines et des figures qui, bien qu’ayant joué une grande importance au sein du monde communiste, ont été passées par pertes et profits : le général Vlassov était-il un traître ou un héros ? Quel personnage était réellement Che Guevara, héros christique dont l’aura n’est toujours pas passée de mode en Occident ? Que sait-on de la guerre, pas tellement feutrée, que se sont livrés Staline et Tito ? Cet ouvrage, toujours plaisant à lire, est l’occasion de vérifier, une fois de plus, ce qu’avait de mortifère le totalitarisme rouge.

François Kersaudy, Dix faces cachées du communisme, Perrin, 2023, 428 pages, 23 €

L’extrait : « … Guevara suit régulièrement des cours du soir auprès d’économistes tels que le Mexicain Juan Noyola, le Chilien Alban Lataste, l’Argentin Nestor Lavergne et l’Equatorien Raùl Maldonado. Hélas ! Ils sont tous marxistes, et le communisme et à l’économie ce que le criquet pèlerin est aux récoltes. » (p. 325)

Catégories
Actualités Recensions

Décadanse

Éditeur ‏ : ‎ Albin Michel (12 avril 2023)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 528 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2226435190
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2226435194
Poids de l’article ‏ : ‎ 710 g
Dimensions ‏ : ‎ 15.5 x 3.8 x 24 cm

Après La fin d’un monde, livre consacré à la façon dont la France de la tradition s’est effacée au profit d’une France nouvelle et moderne, Patrick Buisson poursuit l’exploration de la société française. Un feu couvait, avant même l’explosion de Mai 68. La France bourgeoise, corsetée d’interdits, lâchait peu à peu du lest. A une sexualité longtemps bridée succédait ce que Jean-Claude Guillebaud nommera la « tyrannie du plaisir », autrement dit l’injonction à la satisfaction des sens. En quelques décennies, la plupart des barrières mises en œuvre par des siècles de morale religieuse et républicaine allait sauter, avec pour acmé certaines lois-phares comme les lois Neuwirth (loi autorisant la contraception orale) et Veil (dépénalisation de l’avortement). Faut-il préciser que le monde réel n’a pas mis longtemps à rattraper le joli mois de mai et que la pédophilie, acceptée au prétexte qu’après tout il n’était pas déraisonnable de multiplier les expériences, est devenue un crime majeur ? Comme le constate l’auteur, qui fait appel à une vaste culture, historique, littéraire, voire cinématographique, une révolution, même non sanglante, finit toujours par dévorer ses enfants.

Patrick Buisson, Décadanse, Albin Michel, 2023, 524 pages, 24.90 €

L’extrait : « … l’interdit d’interdire  avait naufragé bien des esprits jusqu’à l’abdication de tout discours critique de crainte de passer pour réactionnaire. » (p. 381)

Catégories
Actualités Recensions

L’ours et le renard

Éditeur ‏ : ‎ Perrin (25 mai 2023)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 300 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2262105103
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2262105105
Poids de l’article ‏ : ‎ 330 g
Dimensions ‏ : ‎ 13.7 x 2.5 x 20.2 cm

Il est difficile de se faire une idée de ce qu’il se passe actuellement en Ukraine. Les Ukrainiens vont-ils parvenir à réoccuper les oblasts de Donetsk et de Louhansk ? Quant à l’armée russe, va-t-elle réussir à parer la  contre-offensive ukrainienne, peut-être à repasser à l’offensive ? Quelles sont les pertes des uns et des autres ? etc. Bref, nous sommes dans le brouillard et les médias ne font rien pour  nous éclairer de façon satisfaisante. Par exemple, il y a un gouffre entre les analyses dispensées par un Xavier Moreau (pro-russe) de celles délivrés par Xavier Tytelman (pro-ukrainien). L’ours et le renard, écrit par deux spécialistes, tombe à point nommé pour que l’on se fasse l’idée la moins inexacte du conflit. Les auteurs, qui s’intéressent essentiellement à l’aspect purement militaire du conflit, concluent qu’à l’heure actuelle bien malin est celui capable de dire qui, à la longue, l’emportera et il n’est pas impossible que le front se fige pour un certain temps, les adversaires étant englués dans leurs difficultés respectives.

Michel Goya & Jean Lopez, L’ours et le renard, Perrin, 2023, 346 pages, 21 €

L’extrait : « Si la plupart des Occidentaux se préparent à une confrontation avec la Russie beaucoup plus sérieuse qu’auparavant, ils ne pensent certainement pas se retrouver face à une guerre de cette ampleur. » (p. 124)

Catégories
Histoire Recensions

Sauver l’Empire

Éditeur ‏ : ‎ Perrin; Illustrated édition (2 février 2023)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 416 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2262094616
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2262094614
Poids de l’article ‏ : ‎ 650 g
Dimensions ‏ : ‎ 15.6 x 3.5 x 24.1 cm

Dans l’histoire du Premier Empire, l’année 1813 correspond à la calamiteuse campagne d’Allemagne qui vit l’écroulement de la Grande Armée, accablée sous le nombre, Russes, Autrichiens, Prussiens, Suédois et principautés germaniques s’étant donné la main pour participer à la curée. Charles-Eloi Vial met en avant l’ensemble des tractations diplomatiques qui aboutirent, en fin de compte, à la fin de l’Europe napoléonienne. En effet, entre la victoire française de Dresde à la fin août et la défaite de Leipzig, mi-octobre, plus d’un mois s’écoule en discussions vaines, tentatives d’accommodements et autres tergiversations. Avant d’être une défaite militaire, la campagne d’Allemagne de 1813 doit d’abord être considérée comme une déroute diplomatique, le génie militaire de Napoléon étant incapable de s’adapter à l’esprit de compromis qui eût pu le sortir du pétrin dans lequel, par son aveugle volonté de puissance, il s’était plongé.

Charles-Eloi Vial, Sauver l’Empire, Perrin, 2023, 407 pages, 25 €

L’extrait : « En 1813, Napoléon était donc autant prisonnier de la ruse des Alliés que de lui-même, de sa propre obstination et de son hubris. »

Catégories
Histoire Recensions

Frères d’armes

Éditeur ‏ : ‎ Tempus Perrin (19 janvier 2023)
Langue ‏ : ‎ Français
Poche ‏ : ‎ 480 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2262099642
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2262099640
Poids de l’article ‏ : ‎ 274 g
Dimensions ‏ : ‎ 10.8 x 2.4 x 17.8 cm

Jeune soldat engagé dans le corps d’élite des marines, Eugene Sledge raconte son expérience de la guerre, notamment sa participation aux batailles de Peleliu, en 1944, et d’Okinawa un an plus tard. Dans ces combats dantesques, réalisés sur des espaces réduits, tout n’est que sang, boue, saleté et souffrance… Dans ce récit mené tambour battant, E. Sledge ne cache pas le mépris teinté de racisme du troufion américain à l’encontre de ce qu’il appelle le Jap. Par moment, les batailles pour la conquête des îles fait penser, par sa sauvagerie, à la lutte colossale menée en Russie par les Soviétiques et les Allemands. Le fanatisme du soldat japonais n’a d’égal que la froide détermination du biffin U.S. De ces mêlées meurtrières on retient l’idée que l’emploi de la bombe atomique, en 1945, était peut-être la solution la moins inappropriée pour mettre un  terme à la boucherie.

Eugene Sledge, Frères d’armes, Tempus, 2023, 562 pages, 11 €

L’extrait : « Nous nous sommes rués au sommet, en espérant que d’autres obus n’allaient pas s’abattre, mais en nous demandant qui avait été touché et en sachant qu’on allait peut-être devoir aider à transporter les blessés. » (p. 504)

Catégories
Histoire Recensions

Stalingrad

Éditeur ‏ : ‎ Perrin; Illustrated – Revised édition (26 janvier 2023)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 176 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2262102988
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2262102982
Poids de l’article ‏ : ‎ 430 g
Dimensions ‏ : ‎ 16 x 1.8 x 21 cm

On ne compte plus les livres se rapportant à la bataille de Stalingrad (hiver 1942-1943), ce Verdun sur la Volga. Le livre de François Kersaudy n’apporte pas d’informations supplémentaires sur une bataille déjà maintes fois racontées dans le détail. Néanmoins, ce petit livre traite de façon simple et pédagogique la rencontre graduelle de deux armées décidées à en découdre jusqu’à l’anéantissement de l’une d’elles. Agrémenté de photos peu connues, ce Stalingrad remplit à la perfection le souhait de son auteur : donner de cette gigantesque bataille une synthèse accessible, simple et agréable à lire. A noter : l’ouvrage comporte quelques cartes et beaucoup de photos rarement publiées.

François Kersaudy, Stalingrad, Perrin, 2023, 176 pages, 22 €

L’extrait : « C’est une suite de hasards, de rapports de force et d’erreurs de calcul qui a provoqué la concentration progressives de deux immenses armées le long des rives de la Volga […] » (p. 9)