Catégories
Actualités Recensions

Vertige du cosmos

Éditeur ‏ : ‎ FLAMMARION; Illustrated édition (19 mai 2021)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 464 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2080247220
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2080247223
Poids de l’article ‏ : ‎ 310 g
Dimensions ‏ : ‎ 10.9 x 2.1 x 17.8 cm

En excellent pédagogue, Trinh Xuan Thuan décrit l’état actuel de la recherche au sujet de l’infiniment grand (univers, galaxies et étoiles) et de l’infiniment petit (atomes). Dans une première partie, l’auteur relate les désirs déjà anciens des premiers hommes d’être reliés au cosmos. La seconde partie, offre la synthèse de nos connaissances relatives à l’univers. Grâce aux efforts entrepris par de grands devanciers, comme Einstein ou Hubble, l’auteur fait voyager le lecteur dans des lieux inconnus et fascinants, là où bien des certitudes volent en éclat : L’univers disparaîtra-t-il ? Existe-t-il d’autres univers ? Qu’est-ce que la matière noire ? Pourquoi n’arrive-t-on pas à remonter à l’instant zéro ? Trinh Xuan Thuan met à l’honneur les grands savants, ces explorateurs de l’infiniment grand et de l’infiniment petit qui ont ouvert des perspectives vertigineuses, qu’ils s’appellent Planck, Lemaître ou Schrödinger. Postulant l’existence d’un principe organisateur, l’auteur est convaincant lorsqu’il écrit que l’homme est « l’enfant des étoiles ». Fascinant et vertigineux.

Trinh Xuan Thuan, Vertige du Cosmos, Flammarion, 2019, 457 pages, 21.90 €

L’extrait : « A cet instant, l’univers avait la taille infinitésimale de 10-33 centimètre (« longueur de Planck »), dix millions de milliards de milliards plus petit qu’un atome d’hydrogène. » (p. 325)

Catégories
Actualités Recensions

L’enfer numérique

ASIN ‏ : ‎ B08ZW1RQPY
Éditeur ‏ : ‎ Les Liens qui Libèrent (15 septembre 2021)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 304 pages
ISBN-13 ‏ : ‎ 979-1020909961
Poids de l’article ‏ : ‎ 400 g
Dimensions ‏ : ‎ 14.6 x 2.3 x 21.9 cm

L’enfer numérique que décrit Guillaume Pitron ressemble à un continent souterrain qui absorbe une énergie dont nous n’avons pas idée. Câbles sous-marins, datacenters, eau et électricité, métaux rares… Pour que nos outils numériques fonctionnent, il faut faire rendre gorge à la planète. L’électricité ? « Les technologies de l’informations et de la communication consomment environ 10 % de l’électricité mondiale, écrit l’auteur, soit l’équivalent de la production de 100 réacteurs nucléaires. Si le numérique était un pays, il se classerait au troisième rang des consommateurs d’électricité […] » (p. 44) L’eau ? L’industrie numérique mondiale consomme tant d’eau que les principaux acteurs de la filière implantent des fermes de données dans des pays nordiques comme la Finlande ou la Norvège. Tout s’accélère à une vitesse phénoménale. Il faudra toujours plus d’eau, d’électricité, de câbles et ainsi de suite. Tant est si bien que le numérique pèse énormément sur le réchauffement climatique. Bref, on est mal parti !

Guillaume Pitron, L’enfer numérique, Les liens qui libèrent, 2021, 345 pages, 21 €

L’extrait : « Nos modes de vie numériques, pourtant célébrés comme la quintessence de l’abolition de notre empreinte écologique, sont gourmands de substances aux pouvoirs les plus réchauffants et les plus inaltérables qui soient… » (p. 104)

Catégories
Actualités Recensions

Contre le libéralisme

Éditeur ‏ : ‎ Editions du Rocher (30 janvier 2019)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 348 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2268101215
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2268101217
Poids de l’article ‏ : ‎ 400 g
Dimensions ‏ : ‎ 14 x 2.2 x 22.5 cm

Si l’auteur affiche de la compréhension à l’égard du libéralisme tel que l’entendait Tocqueville, c’est-à-dire un système qui associe liberté, sens de la mesure, intervention de l’Etat si nécessaire, il est en revanche d’une implacable sévérité à l’encontre de l’espèce de caricature qu’il est devenu : un instrument au service du marché et de l’argent-roi ! A côté de chapitres assez difficiles, il en est d’autres d’une confondante limpidité, des articles taillés au cordeau qui synthétisent les données et les enjeux d’un problème tout en permettant à l’auteur d’afficher son point de vue. L’auteur dresse l’histoire du capitalisme, la façon dont il a substitué l’intérêt personnel et égoïste à la notion de bien commun. La caractéristique majeure du capitalisme financier contemporain réside dans l’illimité. Pas de limites, pas de frontières, faisons tout ce qui est possible, l’estimation comptable devenant une sorte de figure imposée. Tout cela, regrette l’auteur, loin du sens de la mesure qui était celui des anciens.

Alain de Benoist, Contre le libéralisme, Editions du Rocher, 2019, 344 pages, 19.90 €

L’extrait : « Le règne du libéralisme induit une obsession économiste qui empêche l’immense majorité de nos contemporains de s’interroger sur la finalité de leurs entreprises et le sens même de leur présence au monde. » (p. 38)

Catégories
Actualités Recensions

Un coupable presque parfait : La construction du bouc-émissaire blanc

Éditeur ‏: ‎Grasset (14 octobre 2020)
Langue ‏: ‎Français
Broché : ‎352 pages
ISBN-10 : ‎2246826438
ISBN-13‏ : 978-2246826439
Poids de l’article‏ : ‎400 g
Dimensions : ‎14 x 2.3 x 20.5 cm

La thèse de Pascal Bruckner consiste à démontrer que ce sont des minorités pleurnicheuses qui font désormais la loi, n’ayant de cesse de démontrer que l’homme blanc occidental est coupable de tous les maux. Vers quelle société allons-nous si, par exemple, tout ce qui est galanterie ou y ressemble est assimilée à du harcèlement ?
Nul ne songe à contester que beaucoup d’hommes ont pris des libertés avec la loi ; qu’ils soient condamnés n’est que justice. Hélas, les féministes les plus enragées ne s’arrêtent pas en si bon chemin puisqu’elles ne sont plus capables de voir en l’homme qui fait la cours qu’un pervers. Même chose en ce qui concerne tous ces groupes – décoloniaux, indigènes de la République… – qui font peser sur les épaules de l’homme blanc les maux anciens et actuels qui traversent leurs communautés. Au-delà des questions culturelles et anthropologiques que soulève cet essai passionnant, l’auteur pose une question essentielle : Est-il normal que des associations aussi minoritaires, qu’elles soient issues du féminisme ou d’une certaine immigration, réussissent à faire plier l’Etat au détriment d’une majorité qui ne souhaite rien d’autre qu’on lui fiche la paix.

Pascal Bruckner, Un coupable presque parfait, Grasset, 350 pages, 20.90€

L’extrait : « Il ne suffit pas d’imposer silence à ceux qui pensent mal ; il faut aussi procéder à un nettoyage rétrospectif de la Grande Culture. » (p. 115)

Catégories
Actualités Recensions

La stricte observance

Éditeur ‏ : ‎ Gallimard (11 octobre 2018)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 128 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2072821126
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2072821127
Poids de l’article ‏ : ‎ 100 g
Dimensions ‏ : ‎ 11.7 x 1.1 x 18.5 cm

Bien qu’athée, Michel Onfray s’inquiète du déclin de la civilisation judéo-chrétienne. De la même façon que les jugements péremptoires sur l’Eglise et le christianisme l’ont quitté, il a affiné son jugement sur la tradition intellectuelle laissée par le christianisme : des Pères de l’Eglise aux théologiens contemporains.  Michel Onfray, qui jadis vouait aux gémonies le legs chrétien, a beaucoup travaillé l’histoire de l’Eglise, ce qui vaut ici, par exemple, des pages fort intéressantes au sujet du débat sur la grâce qui divisa les plus brillantes intelligences de l’Eglise au XVII° siècle. Sous-titre de La stricte observance : Avec Rancé à la Trappe ; il s’explique présentement parce que le philosophe a effectué un court séjour à l’abbaye de La Trappe, à Soligny et parce qu’au XVII° siècle, l’abbé de Rancé, qui avait mené dans sa jeunesse une vie de barreau de chaise, réforma la règle en lui apportant la plus grande rigueur. M. Onfray s’est intéressé aux aspects les plus rudes de la réforme menée par Rancé, réfléchissant aux effets métaphysiques de l’isolement et d’une discipline stricte sur les âmes et les corps de ceux qui ont choisi la voie du monachisme. Une belle réflexion sur la mort et la fuite du monde.

Michel Onfray, La stricte observance, Gallimard, 2018, 117 pages, 13€

L’extrait : « J’ai été saisi par cette communauté de solitudes qui ne se parlent pas, qui ne se touchent pas, qui ne s’adressent pas la parole, mais qui sont ensemble pour tout… » (p. 40)

Catégories
Actualités Recensions Religion

La fin d’un monde

Éditeur ‏ : ‎ Albin Michel (5 mai 2021)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 528 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2226435204
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2226435200
Poids de l’article ‏ : ‎ 720 g
Dimensions ‏ : ‎ 15.5 x 3.7 x 24 cm

Avec La fin d’un monde, Patrick Buisson livre une œuvre d’une densité rare, éclairé par un style de grande qualité. Dans une première partie, l’auteur dit son désarroi devant la disparition de la civilisation paroissiale et rurale qui était celle de la France jusqu’aux décennies 1970-1980. Dans la deuxième partie, P. Buisson raconte ce qu’il appelle le krach de la foi ; le catholicisme était appelé à devenir une religion minoritaire. Enfin, l’auteur revient sur la fin traditionnelle du père, un rôle qui a tendance à s’évanouir, par exemple avec la PMA. Les chapitres consacrés à l’évolution de l’Eglise catholique, au cours des années 1960-1975, sont l’occasion d’une ample réflexion sur les suites du concile Vatican II et sa réception parmi les simples fidèles. Sans mettre en cause les grands textes conciliaires, l’auteur estime que, mal reçu, le concile Vatican II a désemparé nombre de fidèles. Appliqué dare-dare par une nouvelle génération de prêtres désireuse de débarrasser la foi de la gangue de conformisme qui affadissait le sel de l’Evangile, Vatican II a dérouté les gens en leur donnant le sentiment que bien des acquis se trouvaient relativisés. Bien que trop unilatérale, discutable, la thèse mérite d’être débattue. Cet ouvrage est remarquable de culture et d’intelligence.

Patrick Buisson, La fin d’un monde, Albin Michel, 2021, 523 pages, 22.90 €

L’extrait : « Vieux d’environ cent mille ans, l’homo religiosus est entré en phase terminale. La croyance en un au-delà de la mort s’estompe en parfait synchronie avec le désir de transmettre la vie qui, lui aussi, est en chute libre. » (p. 13)

Catégories
Actualités Recensions

Carnets inédits (1987-2020)

Éditeur ‏ : ‎ Bouquins (11 mars 2021)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 1152 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2221250230
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2221250235
Poids de l’article ‏ : ‎ 610 g
Dimensions ‏ : ‎ 13.3 x 2.9 x 19.9 cm

Au terme de ce millier de pages de notes, Jacques Julliard se raconte et raconte le monde tel qu’il l’a vu évoluer durant ces trente dernières années. Souvenirs, impressions et opinions s’égrènent, accompagnant la vie d’un observateur qui a eu la chance de fréquenter nombre de décideurs et de beaux esprits. J. Julliard raconte son travail de collaboration au sein de magazines, ses rencontres avec des présidents de la République, y compris avec ceux qui ne sont pas de son bord politique, ses lectures, ses entretiens, etc. Ce qui domine indiscutablement chez cet esprit un peu touche-à-tout : la politique, la littérature, le journalisme… et la religion, l’auteur ne cachant pas qu’il demeure profondément catholique, radicalement attaché à la figure du Christ, posture très rare dans le milieu du journalisme. Le progressiste qu’il est dresse un constat similaire à celui dressé par des auteurs conservateurs : faillite de l’Ecole, évanouissement de l’autorité, inculture généralisée, mise en avant d’une société de spectacle hédoniste, faisant de la consommation et du tourisme ses pierres d’angle… Bref, ces Carnets sont le constat lucide que quelque chose ne tourne plus rond dans ce pays.

Jacques Julliard, Carnets inédits (1987-2020), Bouquins, 2021, 1 110 pages, 32 €

L’extrait : « Dans mon enfance, à la campagne, on était vieux bien plus précocement qu’aujourd’hui (…). Au moins on ne se débarrassait pas des vieux ; on ne les cachait pas. (…) Outre les menus services qu’ils rendaient, ils avaient une fonction essentielle : la transmission. » (p. 1 041)

Catégories
Actualités Recensions

La guerre des idées

Éditeur ‏ : ‎ Robert Laffont (11 mars 2021)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 312 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2221252942
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2221252949
Poids de l’article ‏ : ‎ 400 g
Dimensions ‏ : ‎ 13.6 x 2.6 x 21.6 cm

Avec la disparition des grands noms de la pensée à la fin du XX° siècle, on concevait le débat des idées assagi, voire endormi. Rien n’est plus faux, affirme Eugénie Bastié dans son « Enquête au cœur de l’intelligentsia française ». Ce goût pour le débat, propre aux Français, resurgit à la faveur de nouvelles questions : l’identité, l’immigration, l’islam, les lois de bioéthiques et ainsi de suite. Comme tout semble s’emballer, les controverses, elles aussi, connaissent leur acmé. Il faut compter sur l’émergence de polémistes de talent dans le camp réactionnaire, comme il faut tabler sur la prédominance de professeurs progressistes au sein de l’Université. A ce panorama passablement compliqué, il faut ajouter la diversité des outils utilisés pour diffuser les idées, par exemple les réseaux sociaux et les chaînes d’information en continu. Blues des libéraux, éruption du populisme, résurrection de la gauche radicale… Dans cette époque du tout médiatique, où chacun veut avoir raison, le sectarisme guette à chaque instant, entretenant chez beaucoup un rapport tordu à la vérité. Or, souligne E. Bastié, le paradoxe, c’est que les intellectuels sont pour beaucoup dans la fragilisation de la vérité. D’où la nécessité de remettre en avant la culture et la civilité. Une enquête passionnante.

Eugénie Bastié, La guerre des idées, Robert Laffont, 2021, 298 pages, 19 €

L’extrait : « Avant de se lamenter sur les mensonges des populistes et la montée du complotisme, peut-être faudrait-il s’interroger sur la responsabilité des intellectuels dans cette fragilisation de la vérité. » (page 280)

Catégories
Actualités Recensions

Une guerre sans fin

Éditeur : Les éditions du Cerf (13 janvier 2017)
Langue : Français
Broché : 480 pages
ISBN-10 : 220411782X
ISBN-13 : 978-2204117821
Poids de l’article : 760 g
Dimensions : 15.5 x 3.5 x 24 cm

La guerre sans fin dont parle Pierre Lellouche est ce conflit planétaire qui oppose l’Occident à l’islamisme, un combat sans merci entre deux systèmes, deux conceptions du monde totalement antinomiques. Cette lutte possède deux faces : le front extérieur et la sécurité intérieure. Une victoire vient d’être enregistrée dans la première avec la fin de Daesh, mais elle ne sera certainement pas suffisante pour annihiler l’hydre djihadiste. Pour l’auteur, nous ne sommes qu’au début d’un processus inéluctable. L’explosion démographique que va connaître l’Afrique risque d’entraîner un mouvement migratoire susceptible d’entraîner le naufrage de la vieille Europe. Parmi tous ces migrants, une majorité de musulmans. Poser, comme le fait l’auteur, la question de savoir si demain l’Europe ne sera pas majoritairement musulmane n’est pas incongrue. Ne sommes-nous pas en effet d’assister à un bouleversement démographique et anthropologique de première grandeur ?

Pierre Lellouche, Une guerre sans fin, Cerf, 2017, 482 pages, 24 €

L’extrait : « Comme elles (les élites françaises) continuent, pour beaucoup, de nier l’autre face du drame qui commence sous nos yeux, la lente mais inexorable métamorphose du pays […] » (p. 14)

Catégories
Actualités Recensions

Théorie de la dictature

Éditeur : Robert Laffont (9 mai 2019)
Langue : Français
Broché : 234 pages
ISBN-10 : 2221241754
ISBN-13 : 978-2221241752
Poids de l’article : 300 g
Dimensions : 13.5 x 2.1 x 21.5 cm

Avec cette Théorie de la dictature, Michel Onfray poursuit son petit bonhomme de chemin dans son aversion de ce qui est en train de se mettre en place : l’individualisme forcené, la guerre de tous contre tous due à des droits de l’homme n’ayant plus de limite, la marchandisation du corps humain, la faillite de l’école, l’abandon de la culture et ainsi de suite. Ce monde qui vient, l’auteur en voit l’exacte incarnation dans l’Europe de Maastricht, la même qui est en train de faire de l’Europe une terre consacrée à la consommation et au tourisme. Cette mise en pièces de l’Etat maastrichien est toute entière conduite sous l’égide de la littérature, La ferme des animaux de George Orwell étant une prémonition du monde qui est déjà là. Comparant les livres d’Orwell avec l’état de la société occidentale, il ne fait pour l’auteur aucun doute que nous sommes entrés dans une dictature d’un type nouveau : dictature ne reposant pas sur la coercition mais sur la servitude volontaire.

Michel Onfray, Théorie de la dictature, Robert Laffont, 2019, 230 pages, 20€

L’extrait : « Qui disconviendra aujourd’hui que le portrait du totalitarisme brossé par Orwell fait songer peu ou prou à une peinture de notre époque ? La liberté y est en effet mal portée, la langue est attaquée, la vérité abolie, l’histoire instrumentalisée, la nature effacée, la haine encouragée et l’Empire est en marche. » (p. 189)