La langue des médias

Broché : 336 pages
Editeur : L’artilleur (16 mars 2016)
Collection : TOUCAN ESSAIS
Langue : Français
ISBN-10 : 2810006962
ISBN-13 : 978-2810006960
Dimensions : 14 x 3 x 22 cm

 La langue des médias

Nous autres, lecteurs, auditeurs, consommateurs compulsifs aux écrans, sommes des éponges. Nous absorbons, souvent sans broncher, les propos torrentiels venus du monde médiatique. Or, il faut s’en méfier. Non pas que les journalistes poussent la fourberie à nous mentir sous des propos riants ou anodins, mais plus simplement parce que, du fait de leur formation et du conformisme qui règne dans la profession, ils sont portés, contrairement au souhait formulé jadis par Péguy, à ne pas voir ce qu’ils voient. Le Journaliste n’est pas là pour donner des informations brutes. Commentateur de l’actualité, son image est de moins en moins neutre et il est devenu un prescripteur d’opinion chargé de dire le bien et le mal. Le pire, c’est que le système médiatique, dans sa toute-puissance, n’a pas érigé de contre-pouvoir. Au contraire, il est devenu une sorte de « fabrique du consentement », de sorte que le conformisme de la pensée semble des plus naturels. Puisque le consommateur consent, il n’a pas à réfléchir. Le livre d’Ingrid Riocreux est une charge puissante contre le moule uniforme dans lequel veut nous enfermer les journalistes et ceux qui les paient.

Ingrid Riocreux, La langue des médias : Destruction du langage et fabrication du consentement, 2017, L’Artilleur, 333 pages, 20 €

L’extrait : « La capacité à se défendre en utilisant au mieux les techniques du discours, la possibilité de prendre la parole dans les assemblées pour faire valoir son point de vue et essayer de rallier les autres à sa cause étaient, par la rhétorique, rendues accessibles à tous. Et la République française qui se flattait de permettre à tous les citoyens de bénéficier de la scolarité se hâta de les priver de la maîtrise des moyens de s’exprimer. » (p. 288)

 

Lire la suite

Dans l’équipe de Staline

Poche : 370 pages
Editeur : Perrin (15 février 2018)
Collection : Domaine étranger
Langue : Français
ISBN-10 : 2262068380
ISBN-13 : 978-2262068387
Dimensions : 16,7 x 3,8 x 24,1 cm

 Dans l’équipe de Staline

De la succession de Lénine jusqu’à sa mort en 1953, Staline aimait s’entourer de ceux qui, pour la plupart, avaient été des camarades de combat. Ce sont leurs relations que dépeint Sheila Fitzpatrick tout au long d’un livre passionnant et fascinant. En effet, les relations entretenues entre Staline et l’équipe (Molotov, Beria, Kaganovitch, etc.) se signalaient par leur ambiguïté. Aux périodes de franche camaraderie pouvaient succéder des temps de tension durant lequel le Patron (Staline) surveillait les uns et les autres et n’hésitait pas à jouer de leurs rivalités. Sheila Fitzpatrick montre bien que les camarades de Staline, en général tous ministres et membre du Politburo, n’étaient pas que de simples faire-valoir. La plupart travaillaient jusqu’à l’épuisement dans leur domaine respectif et Staline savait reconnaître leurs compétences. On a pu dire que l’équipe ressemblait à une bande de brigands associé au maître du crime. Ce n’est pas faux. Il n’en reste pas moins que les concours offerts par ce groupe d’hommes n’était pas un luxe. Même un dictateur omnipotent comme Staline ne pouvait gouverner seul un pays aussi grand. Si la plupart étaient des humainement médiocres, voire pire, il faut reconnaître qu’ils surent faire preuve d’efficacité.

Sheila Fitzpatrick, Dans l’équipe de Staline, Perrin, 2018, 446 pages, 26 €

L’extrait : « Staline pouvait se montrer brutal avec son équipe, ou se comporter vis-à-vis d’elle en camarade. Il pouvait exclure des joueurs de son équipe, il pouvait même les tuer. Mais il ne se passa jamais de l’équipe, quelles qu’aient pu être, lors de ses dernières années, ses intentions (non abouties) vis-à-vis de certains de ses membres clés. » (p. 357)

Lire la suite

Marie-Louise

Broché : 448 pages
Editeur : Perrin (18 mai 2017)
Langue : Français
ISBN-10 : 2262064105
ISBN-13 : 978-2262064105
Dimensions : 15,5 x 3,4 x 24,1 cm

 Marie-Louise

Déjà auteur des remarquables Derniers feux de la monarchie, Charles-Eloi Vial vient de frapper fort une nouvelle fois avec cette biographie de la seconde épouse de l’Empereur Napoléon, sacrée impératrice des Français en 1810. L’auteur s’applique, avec l’objectivité que lui fournit une abondante documentation, à décrire l’action d’une princesse longtemps honnie en France pour avoir abandonné son empereur de mari à la vengeance des coalisés, ardents à mettre un terme aux visée impérialistes de la Grande Nation. De fait, l’auteur réhabilite aussi bien la jeune princesse devenue impératrice que la duchesse de Parme. Sans doute fut-elle oublieuse du sort de celui qui l’avait fait montrer sur le trône mais on peut penser qu’elle lui était attachée. En France, elle joua comme il faut son rôle d’épouse et de mère. Au fond, conclut C.-E. Vial, « Marie-Louise aura donc surtout eu pour elle d’avoir toute sa vie su jouer le rôle qu’on attendait d’elle. » (p. 357)

L’extrait : « Affable, bienveillante, aimant toujours la musique et la conversation, mais malade, prématurément vieillie, comme repliée sur son chagrin et réfugiée dans ses exercices de dévotion, Marie-Louise apparaissait désormais aux visiteurs comme un aimable vestige d’un passé glorieux, définitivement révolu, mais surtout incroyablement lointain […] » (p. 336)

 

Charles-Eloi Vial, Marie-Louise, Perrin, 2017, 439 pages, 24 €

Lire la suite

Philippe Séguin. Le remords de la droite

Broché : 350 pages
Editeur : Perrin (7 septembre 2017)
Collection : Biographie
Langue : Français
ISBN-10 : 226205066X
ISBN-13 : 978-2262050665
Dimensions : 15,5 x 3,5 x 24,1 cm

 Philippe Séguin. Le remords de la droite

Que sait-on de celui qui fut l’un des poids lourds de la droite parlementaire, un temps président de l’Assemblée nationale, qui acheva son parcours politique au service de l’Etat en tant que premier président de la Cour des Comptes. Mais en quoi Philippe Séguin était-il le remords de la droite ? « Il était la mauvaise conscience de la droite, écrit A. Teyssier (p. 13). En mourant, il est devenu son remords. » Comment comprendre pareille assertion ? L’auteur montre combien Philippe Séguin, à travers son sens de l’Etat, des convictions bien mûries et une culture historique sûre, détonnait dans un milieu politique prompt aux compromissions et petites trahisons. Connu pour son non au traité de Maastricht, Philippe Séguin estimait que la démocratie était indissociable de la souveraineté nationale. Il a souffert de tous ces abandons de souveraineté, lui qui, avec son sens de l’histoire, voyait avec effroi arriver le rouleau compresseur de la mondialisation. Au fond, représentant d’une certaine idée de la France et de la politique, chère au général de Gaulle dont il était l’un des fils spirituels, Philippe Séguin n’accepta jamais l’évolution d’une V° République au sein de laquelle les gouvernants  arbitrent « vaguement  entre les aspirations d’une société d’individus devenus totalement autonomes. » (p. 369).

L’extrait : « C’est le dernier terme de la « dégaullisation » : une V° République où l’on ne gouverne plus, mais où on arbitre vaguement entre les aspirations d’une société d’individus devenus totalement autonomes. » (p. 369)

 

Arnaud Teyssier, Philippe Séguin. Le remords de la droite, Perrin, 2017, 408 p. 24 €

Lire la suite

Le diable sur la montagne

Broché : 400 pages
Editeur : Perrin (28 septembre 2017)
Langue : Français
ISBN-10 : 2262070431
ISBN-13 : 978-2262070434
Dimensions : 14,1 x 2,7 x 21,1 cm

 Le diable sur la montagne

Eminent spécialiste du Consulat et de l’Empire, Thierry Lentz a souhaité se pencher sur un sujet plus contemporain. Le diable sur la montagne n’est autre qu’Adolphe Hitler, attiré dès la fin des années 1920 par ce lieu paisible de haute altitude qu’est le plateau de l’Obersalzberg, à quelques encablures de la frontière avec l’Autriche. L’auteur parvient à recréer l’ambiance dans laquelle vivait le maître du III° Reich, une atmosphère généralement surréaliste : On sirotait tranquillement le thé en prenant des bains de soleil alors que le continent était plongé dans l’horreur. Thierry Lentz donne beaucoup d’anecdotes sur la vie des hiérarques nazis, un monde généralement grossier et inculte, empli de jalousie et de mesquinerie, dans lequel était engagée chaque matin la course pour être bien considéré par le maître des lieux. Si le récit est passionnant, on pourra toutefois regretter ses nombreuses concessions au politiquement correct. Il doit être possible d’écrire de l’histoire de façon plus neutre sans pour autant, faut-il le préciser, donner quitus à un régime aussi abject que le nazisme.

L’extrait : « Il (Hitler) inspectait en connaisseur, discutait tout et, parfois, demandait des modifications qui compliquaient l’avancement du chantier. Quand on sait à quel point  il s’occupa souvent superficiellement des affaires de l’Etat, on est surpris de le voir consentir dans ces circonstances une authentique application. » (p. 75-76)

 

Thierry Lentz, Le diable sur la montagne, Perrin, 2017, 316 pages, 23 €

Lire la suite

L’éclipse de la mort

Broché : 224 pages
Editeur : Desclée De Brouwer (20 septembre 2017)
Collection : DDB.ESSAIS
Langue : Français
ISBN-10 : 2220088081
ISBN-13 : 978-2220088082
Dimensions : 14 x 1,8 x 21 cm

 L’éclipse de la mort

Véritable Prométhée, l’homme contemporain a-t-il déclaré la mort à la mort ? Oui, et de deux façons, la première se conjuguant pour l’instant au futur, la seconde étant de plus en plus ancrée dans nos mœurs. La fin de la mort est décrétée par le courant transhumaniste, lequel vise à transcender la finitude humaine, de façon à faire advenir un homme nouveau, un homme bionique, rafistolé grâce aux progrès d’une science toute puissante. Quant à l’autre fin de la mort, c’est tous les jours que nous la vivons, dans les journaux, dans les conversations… On ne meurt plus, on disparaît, on nous quitte, comme si le fait de ne plus dire le mot « mort » faisait disparaître la chose. Bien évidemment, la mort existe mais tout indique que l’on veut en finir avec elle, jusqu’à en faire disparaître les codes et la symbolique. Le philosophe Robert Redeker, toujours à l’affût des effets de mode susceptibles de mettre en danger les traditionnelles façons de faire société, remarque les effets délétères de cette mise à distance de la camarde. Outre les appréciations toujours bienvenues d’un auteur toujours prompt à dénoncer les travers de nos sociétés qui se livrent pieds et mains liés à la technique et à la consommation, on retiendra la façon subtile qu’il a de mettre à jour les doutes de l’homme contemporain, « tellement désarmé devant la mort qu’au lieu d’en être dérouté et décontenancé, il préfère la forclore » (p. 157). Ne croyant plus en grand-chose, nous avons pris congé avec ce qui apparaît comme le scandale absolu : le fait de ne plus être. Ayant largué nos traditions, démuni des armes intellectuelles et spirituelles qui autrefois permettaient d’accepter sa fin biologique, nous sommes dans l’incapacité de saisir ce que la mort peut avoir de bénéfique. Et si la mort avait des avantages, demande l’auteur. Après tout, n’est-ce pas elle qui nous fait homme ?

 

Robert Redeker, L’éclipse de la mort, Desclée de Brouwer, 2017, 216 pages, 18€

Lire la suite

Le cardinal Marty : 1904-1994

Broché : 372 pages
Editeur : Cerf (25 mai 2017)
Collection : HISTOIRE
Langue : Français
ISBN-10 : 2204103845
ISBN-13 : 978-2204103848
Dimensions : 24 x 2,9 x 15,5 cm

 Mgr François Marty, 1904-1994

Plein feu sur une figure éminente de l’Eglise en France après le concile Vatican II

Le cardinal Marty fait enfin l’objet d’une biographie mettant à l’honneur l’homme et le prêtre qu’il était. Né dans ce Rouergue dont il se plut à conserver toute sa vie l’accent rocailleux, François Marty monte rapidement les échelles de la hiérarchie. Evêque de Saint-Flour, archevêque de Reims, c’est durant sa période d’épiscopat dans la capitale qu’il donne toute sa mesure avec ce mélange de bon sens, de bonhommie mais aussi de candeur et d’approche approximative des problèmes. Il faut accorder un bénéfice à Mgr Marty. A l’instar de nombreux prélats français de l’époque, il n’était pas forcément préparé à affronter la tempête qui allait secouer la société, l’Eglise ainsi que la plupart des institutions : l’inexorable montée de l’individualisme et du consumérisme, la contestation issue de Mai 68, la querelle intégriste avec l’occupation de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, etc. L’auteur montre bien comment Mgr Marty, avec des idées toutes faites sur la société et l’Eglise, avait du mal à comprendre les temps nouveaux. Il mit du temps, par exemple, à se défaire de ses idées relatives à la pastorale d’ensemble dont il était l’un des principaux promoteurs. De même, il tarda à comprendre l’affaiblissement des mouvements d’Action Catholique. Néanmoins, grâce à sa simplicité, sa personnalité attachante, ses talents d’organisateurs, son souci du monde de l’incroyance, le cardinal Marty constitue une des figures de proue de l’Eglise de France en ces années post-conciliaires. La biographie passionnante qu’en donne Olivier Landron, toujours facile et plaisante à lire, comble un oubli. Au fond, le cardinal Marty fut l’un des premiers à tenter de garder un cap menacé de toutes parts par les trépidations d’une société ayant largué ses repères et s’offrant sans retenue à la toute-puissance du marché.

 

Olivier Landron, Le cardinal Marty, Cerf, 2017, 358 pages, 24€

Lire la suite