Catégories
Histoire Recensions

L’Armée rouge : Innovatrice, libératrice, prédatrice

Éditeur ‏ : ‎ Perrin; Illustrated édition (2 novembre 2023)
Langue ‏ : ‎ Français
Relié ‏ : ‎ 408 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2262103194
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2262103194
Poids de l’article ‏ : ‎ 1,91 Kg
Dimensions ‏ : ‎ 22.7 x 3.2 x 28.4 cm

Au sein de l’ère francophone, il n’existe pas de meilleure plume que celle de Jean LOPEZ, ici aidé par certains de ses complices comme Benoist Bihan, pour traiter ce sujet : l’Armée Rouge, innovatrice, libératrice, prédatrice. Ce point d’histoire militaire commence dès après la prise du pouvoir en Russie par les bolcheviks pour s’achever en 1945, date après laquelle il faudra parler de l’Armée soviétique. Alimentés aux meilleures sources, les articles montrent toute la puissance d’un régime en armes, sa capacité à produire aussi bien des armements en qualité qu’une pensée stratégique de premier ordre. Reste qu’il est toujours fascinant de constater – et l’actuelle guerre en Ukraine est loin d’infirmer le propos – combien les régimes qui se suivent dans cet immense pays continuent à faire peu de cas de la vie des hommes. Richement illustré, le livre offre un voyage palpitant au sein d’un univers implacable.

Jean LOPEZ (sous la direction de), L’Armée Rouge. Innovatrice, libératrice, prédatrice, Perrin, 2023, 397 pages, 35 €

Catégories
Actualités Recensions

Foutriquet

Éditeur ‏ : ‎ J’AI LU (5 avril 2023)
Langue ‏ : ‎ Français
Poche ‏ : ‎ 384 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2290381454
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2290381458
Poids de l’article ‏ : ‎ 210 g
Dimensions ‏ : ‎ 11.2 x 2.1 x 17.9 cm

Dans ce pamphlet écrit à la va-vite, Michel Onfray règle ses comptes non seulement avec l’actuel locataire de l’Elysée, mais également avec l’ensemble d’une classe politique qu’il juge inepte et incompétente. Difficile de lui donner tort. De ce jeu de massacre émergent de très rares figures, dont celle du général de Gaulle, l’homme qui a su dire non, modèle tutélaire des souverainistes. Cela tombe bien car Michel Onfray n’a jamais fait mystère de la méfiance que lui inspirait l’Europe libérale maastrichtienne, ectoplasme politique, nain militaire mais union serve, dévouée au Marché et à ses mânes.

Michel Onfray, Foutriquet, Albin Michel, 8.90 €, 2022

L’extrait : « Bon sang ! Encore des peluches ! encore des bougies ! encore des fleurs ! encore des dessins ! encore des pancartes à la con – « Vous n’aurez pas ma haine ! », « Je suis Samuel Paty ! » Quelle indécence, quelle vulgarité, quelle impudeur, quel avachissement ! »

Catégories
Histoire Recensions

Dix faces cachées du communisme

Éditeur ‏ : ‎ Perrin (24 août 2023)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 432 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2262104298
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2262104290
Poids de l’article ‏ : ‎ 430 g
Dimensions ‏ : ‎ 14.2 x 3 x 21.2 cm

Du système communiste, tout a-t-il été dit ? Nous pourrions le croire tant la production livresque, jadis abondante à ce propos, est à présent maigrelette. Signe des temps, le communisme appartient désormais au passé et n’intéresse plus que de rares nostalgiques. François Kersaudy évoque en dix chapitres des domaines et des figures qui, bien qu’ayant joué une grande importance au sein du monde communiste, ont été passées par pertes et profits : le général Vlassov était-il un traître ou un héros ? Quel personnage était réellement Che Guevara, héros christique dont l’aura n’est toujours pas passée de mode en Occident ? Que sait-on de la guerre, pas tellement feutrée, que se sont livrés Staline et Tito ? Cet ouvrage, toujours plaisant à lire, est l’occasion de vérifier, une fois de plus, ce qu’avait de mortifère le totalitarisme rouge.

François Kersaudy, Dix faces cachées du communisme, Perrin, 2023, 428 pages, 23 €

L’extrait : « … Guevara suit régulièrement des cours du soir auprès d’économistes tels que le Mexicain Juan Noyola, le Chilien Alban Lataste, l’Argentin Nestor Lavergne et l’Equatorien Raùl Maldonado. Hélas ! Ils sont tous marxistes, et le communisme et à l’économie ce que le criquet pèlerin est aux récoltes. » (p. 325)

Catégories
Actualités Recensions

Décadanse

Éditeur ‏ : ‎ Albin Michel (12 avril 2023)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 528 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2226435190
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2226435194
Poids de l’article ‏ : ‎ 710 g
Dimensions ‏ : ‎ 15.5 x 3.8 x 24 cm

Après La fin d’un monde, livre consacré à la façon dont la France de la tradition s’est effacée au profit d’une France nouvelle et moderne, Patrick Buisson poursuit l’exploration de la société française. Un feu couvait, avant même l’explosion de Mai 68. La France bourgeoise, corsetée d’interdits, lâchait peu à peu du lest. A une sexualité longtemps bridée succédait ce que Jean-Claude Guillebaud nommera la « tyrannie du plaisir », autrement dit l’injonction à la satisfaction des sens. En quelques décennies, la plupart des barrières mises en œuvre par des siècles de morale religieuse et républicaine allait sauter, avec pour acmé certaines lois-phares comme les lois Neuwirth (loi autorisant la contraception orale) et Veil (dépénalisation de l’avortement). Faut-il préciser que le monde réel n’a pas mis longtemps à rattraper le joli mois de mai et que la pédophilie, acceptée au prétexte qu’après tout il n’était pas déraisonnable de multiplier les expériences, est devenue un crime majeur ? Comme le constate l’auteur, qui fait appel à une vaste culture, historique, littéraire, voire cinématographique, une révolution, même non sanglante, finit toujours par dévorer ses enfants.

Patrick Buisson, Décadanse, Albin Michel, 2023, 524 pages, 24.90 €

L’extrait : « … l’interdit d’interdire  avait naufragé bien des esprits jusqu’à l’abdication de tout discours critique de crainte de passer pour réactionnaire. » (p. 381)

Catégories
Portraits Recensions

Richard Sorge, un espion parfait

Éditeur ‏ : ‎ Perrin (8 octobre 2020)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 480 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 226205097X
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2262050979
Poids de l’article ‏ : ‎ 620 g
Dimensions ‏ : ‎ 15.6 x 3.5 x 24.2 cm

C’est bien moins à ses capacités physiques qu’à sa disposition à se fondre dans plusieurs univers qui a valu à Sorge le qualificatif d’ « espion le plus exceptionnel de l’Histoire » (I. Fleming). La lecture de cette passionnante biographie dévoile le quotidien d’un espion et, partant, les innombrables difficultés auxquelles il est confronté. Créer un réseau en quelques semaines, à Shanghai puis à Tokyo, infiltrer une ambassade, jouer les séducteurs, rester en communication constante avec son employeur, jouer sans cesse double, sinon triple, jeu, tout cela en ayant une couverture on ne plus légale (celle de journaliste pour un grand quotidien allemand), il fallait s’appeler Sorge pour avoir autant de fers au feu et ne pas s’emmêler les pinceaux. En sept ans de présence à Tokyo, Sorge avait réussi l’exploit de connaître quelques-uns des secrets les mieux gardées des autorités nazies et japonaises. Sorge était à lui seul un tel danger que la découverte de son réseau en 1944 ne pouvait aboutir à rien d’autre qu’à son exécution.

Owen Matthews, Richard Sorge, un espion parfait, Perrin, 2020, 480 pages, 24 €

L’extrait : « Communiste idéaliste, l’homme était aussi menteur et cynique. Il se voyait comme un soldat de la révolution, membre d’une classe supérieure de cadres du Parti investis d’une mission clandestine et sacrée […] » (p. 9)

Catégories
Portraits Recensions

Barras

Éditeur ‏ : ‎ Perrin (31 mars 2016)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 400 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 226204709X
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2262047092
Poids de l’article ‏ : ‎ 300 g
Dimensions ‏ : ‎ 15.5 x 3.1 x 24.1 cm

De la Révolution française on connaît les acteurs les plus célèbres, Robespierre, Danton et autres… Quantité de seconds couteaux demeurent dans l’ombre. Barras ne fut pas précisément l’un de ces derniers ; il n’empêche que son nom apparaît peu dans les livres d’histoire. Christine Le Bozec rend justice à ce personnage singulier. Suffisamment madré pour éviter les excès et les extrêmes, il traverse la Révolution avec succès. Régicide, il n’est cependant pas de ceux qui veulent faire table rase du passé. Son intelligence tactique fait de lui le roi du Directoire. Il voit dans le jeune général Bonaparte un allié de choix et l’aide à gravir les échelons. Trop confiant, Barras ne voit pas venir le 18-Brumaire, ce coup d’Etat qui met fin au Directoire en 1799. L’auteur offre des pages particulièrement intéressantes sur le Directoire, son rôle et sa composition. Barras ne fut certainement pas le personnage frivole, léger et dépensier que l’on en a fait. Sa personnalité complexe, faite de louvoiements, de contrastes et d’illusions consonne avec l’image brouillonne qu’a laissée le Directoire.

Christine Le Bozec, Barras, Perrin, 2016, 400 pages, 24 €

L’extrait : « En l’occurrence, Barras commençait à éprouver les mêmes inquiétudes que l’ensemble des thermidoriens qui, s’ils aspiraient à achever la Révolution, repoussaient toute idée de retour en arrière. » (p. 146)

Catégories
Actualités Recensions

Mondes d’ailleurs

Éditeur ‏ : ‎ FLAMMARION; Illustrated édition (19 mai 2021)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 544 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2081506297
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2081506299
Poids de l’article ‏ : ‎ 660 g
Dimensions ‏ : ‎ 15.6 x 3.6 x 24.1 cm

L’homme est-il seul dans le vaste univers ? Il a commencé à se poser la question dès le XVI° siècle. Vieux d’un peu plus de treize milliards d’années, l’univers s’est étendu sur des distances qui dépassent l’imagination, comprenant des centaines de milliards de galaxies. Il y avait bien sûr les étoiles, mais les planètes… Où étaient les planètes, hors celles bien connues du Système Solaire ? Récemment, les astrophysiciens ont découvert l’existence de plusieurs milliers d’exoplanètes (situées hors du Système Solaire). Trinh Xuan Thuan pose les éléments du débat en citant deux Français. D’un côté, Jacques Monod estimait que la vie avait émergé par hasard. De l’autre, le biochimiste Christian de Duve pense que l’univers demeure accueillant à la vie. Au terme d’une enquête passionnante, l’auteur penche du côté de ce dernier, l’expérience montrant, par exemple, que la vie peut exister au sein d’environnements très hostiles. Si la vie a émergé sur terre, pourquoi n’en serait-il pas de même ailleurs ?

Trinh Xuan Thuan, Mondes d’ailleurs, Flammarion, 2021, 536 pages, 23.90 €

L’extrait : « En tout cas, jusqu’au début des années 1990 et malgré des efforts acharnés pour découvrir de nouveaux mondes, le compteur du nombre de planètes identifiées restait obstinément bloqué  à neuf : celles de notre Système solaire ! » (p. 106)

Catégories
Actualités Recensions

L’Art d’être français

Éditeur ‏ : ‎ Bouquins (20 mai 2021)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 408 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2382920092
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2382920091
Poids de l’article ‏ : ‎ 410 g
Dimensions ‏ : ‎ 13.6 x 2.8 x 21.6 cm

Lorsqu’un président de la République se laisse à dire qu’il n’existe pas de culture française, mais des cultures en France, alors il faut réagir, ce que fait Michel Onfray dans cet essai. Etre français, pour l’auteur, c’est avoir un regard politique et philosophique sur le monde qui nous entoure, refuser l’infantilisation engendrée par le système médiatique et les réseaux sociaux, préférer la galanterie au féminisme exacerbé, trouver insupportable l’islamo-gauchisme, penser que la colonisation n’était pas que crimes et fautes… Finalement, en quoi consiste cet art d’être français ? Comme l’écrit l’auteur : « D’abord, ne pas être dupe, ensuite porter haut l’héritage du libre examen de Montaigne, du rationalisme de Descartes, de l’hédonisme de Rabelais, de l’ironie de Voltaire, de l’esprit de finesse de Marivaux, de la politique de Hugo. » Pour M. Onfray, il est essentiel de sauver ce qui peut l’être de la civilisation judéo-chrétienne. Par quoi risque-t-elle d’être remplacée, conclut-il ? Par la civilisation transhumaniste, royaume du fric roi, de la technologie toute-puissante, le tout piloté par un gouvernement mondial. Joyeux programme en perspective !

Michel Onfray, L’art d’être français, Bouquins, 2021, 392 pages, 22 €

L’extrait : « Ca n’est pas l’afflux de migrants qui  tue l’Europe judéo-chrétienne, mais c’est parce que l’Europe judéo-chrétienne est mort que les afflux de migrants ont lieu. » (p. 385)

Catégories
Biographies Recensions

Henri VIII

Éditeur ‏ : ‎ Perrin (29 septembre 2022)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 416 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2262097240
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2262097240
Poids de l’article ‏ : ‎ 700 g

« La démesure du pouvoir », tel est le sous-titre de la biographie du roi hors-norme qu’était Henri VIII (1494-1547), deuxième roi de la dynastie Tudor, laquelle avait tiré les marrons du feu de la guerre civile qui avait ensanglanté l’Angleterre durant la Guerre des Deux Roses. Cédric Michon trace le portrait d’un roi autoritaire, passionné et excessif. De ce règne fait de violence et de coups de force (contre le Saint-Siège notamment) on retient la démesure. Mettant les oppositions au pas, Henri VIII s’est comporté en souverain absolu, désireux de régenter les corps aussi bien que les consciences. Ses mariages successifs manifestent l’activisme et l’insatisfaction sourcilleuse d’un roi jaloux de ses prérogatives. Grand roi, excessif en tout, Henri VIII a posé les bases de l’Angleterre contemporaine.

Cédric Michon, Henri VIII, Perrin, 2022, 410 pages, 25 €

L’extrait : « … contrairement au Roi-Soleil et à l’empereur donc, la spécificité d’Henri VIII est que son règne constitue un mélange de continuité et de rupture radicale avec les siècles précédents. Il est également la base sur laquelle l’identité anglaise se construit dans les siècles suivants.  L’un des éléments est la séparation de l’Angleterre du reste de la chrétienté. » (p. 363-364)

Catégories
Actualités Recensions

L’ours et le renard

Éditeur ‏ : ‎ Perrin (25 mai 2023)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 300 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2262105103
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2262105105
Poids de l’article ‏ : ‎ 330 g
Dimensions ‏ : ‎ 13.7 x 2.5 x 20.2 cm

Il est difficile de se faire une idée de ce qu’il se passe actuellement en Ukraine. Les Ukrainiens vont-ils parvenir à réoccuper les oblasts de Donetsk et de Louhansk ? Quant à l’armée russe, va-t-elle réussir à parer la  contre-offensive ukrainienne, peut-être à repasser à l’offensive ? Quelles sont les pertes des uns et des autres ? etc. Bref, nous sommes dans le brouillard et les médias ne font rien pour  nous éclairer de façon satisfaisante. Par exemple, il y a un gouffre entre les analyses dispensées par un Xavier Moreau (pro-russe) de celles délivrés par Xavier Tytelman (pro-ukrainien). L’ours et le renard, écrit par deux spécialistes, tombe à point nommé pour que l’on se fasse l’idée la moins inexacte du conflit. Les auteurs, qui s’intéressent essentiellement à l’aspect purement militaire du conflit, concluent qu’à l’heure actuelle bien malin est celui capable de dire qui, à la longue, l’emportera et il n’est pas impossible que le front se fige pour un certain temps, les adversaires étant englués dans leurs difficultés respectives.

Michel Goya & Jean Lopez, L’ours et le renard, Perrin, 2023, 346 pages, 21 €

L’extrait : « Si la plupart des Occidentaux se préparent à une confrontation avec la Russie beaucoup plus sérieuse qu’auparavant, ils ne pensent certainement pas se retrouver face à une guerre de cette ampleur. » (p. 124)