Le désastre de l’école numérique : Plaidoyer pour une école sans écrans

Broché : 230 pages
Editeur : Seuil (25 août 2016)
Collection : DOCUMENTS (H.C)
Langue : Français
ISBN-10 : 2021319180
ISBN-13 : 978-2021319187
Dimensions : 20,5 x 1,2 x 14,1 cm

 Le désastre de l’école numérique

Si, responsable politique ou enseignant, vous avez opté pour l’extension du domaine de l’écran à l’école, mieux vaut passer votre chemin car ce livre est de nature à enlever toutes vos illusions sur l’apport du numérique dans les écoles, ordinateurs et tablettes tactiques en tête. Les auteurs ne sont pas technophobes. Simplement, ils n’arrivent pas à comprendre la façon dont responsables politiques et pédagogues ont pu foncer tête baissée dans le piège tendu par ce mistigri (veau d’or) qui porte le doux nom de progrès. Sous prétexte de rattraper un retard qui n’existe pas, ils imaginent que, par magie, l’arrivée massive des technologies de l’information et de la communication dans les salles de classe va régler les problèmes dans lesquels se débat l’Education nationale. Adeptes du changement pour le changement, du progrès pour le progrès, ils sont prêts à s’en remettre entièrement à la technologie, s’illusionnant sur les capacités de cette dernière à remettre à flot un bateau qui fait eau de toutes parts. Au terme de ce livre passionnant et bien ficelé, la défense de la technologie appliquée à l’école perd toute pertinence. En de courts chapitres, Philippe Bihouix et Karine Mauvilly dressent le procès des écrans appliqués à l’école. Là-bas, dans les pays où l’on exploite les métaux rares nécessaires à leur fabrication : désastre environnemental, pillage de ressources rares, exploitation de travailleurs pauvres… Ici, chez les élèves, sommeil rare et de mauvaise qualité, perte du sens de l’effort et de la culture de la mémoire, risque d’exposition aux champs électro-magnétiques, dissolution du lien professeur – élèves, creusement du défit commercial, création d’emplois nulle, appauvrissement du vocabulaire et des connaissances, etc. Bref, on ne voit pas, après cela, ce qu’il y a à sauver d’une entreprise qui porte en germe infiniment plus d’inconvénients que d’avantages. Bill Gates et ses amis de la côte ouest peuvent nous dire merci.

 

Philippe Bihouix & Karine Mauvilly, Le désastre de l’école numérique, Seuil, 2016, 236 pages, 17€

Read More

Dictionnaire amoureux des écrivains et de la littérature

Broché : 896 pages
Editeur : Plon (25 août 2016)
Collection : Dictionnaire amoureux
Langue : Français
ISBN-10 : 2259228186
ISBN-13 : 978-2259228183
Dimensions : 13,3 x 4,6 x 20,2 cm

 Dictionnaire amoureux des écrivains et de la littérature

Il fallait s’attendre à ce que la collection des Dictionnaires amoureux soit complétée d’un volume consacré à la littérature. C’est désormais chose faite avec ce Dictionnaire amoureux des écrivains et de la littérature signé Pierre Assouline, à qui l’on doit, entre autres, une biographie remarquée de Georges Simenon. Rien n’est plus subjectif que l’esprit de cette collection. En conséquence, l’auteur conduit le lecteur par la main parmi les œuvres et en compagnie des auteurs vers qui penche son cœur. Sauf exception, ce dictionnaire ne parle pas des auteurs français contemporains, jugés probablement trop narcissiques. En revanche, Russes et Américains, du Nord comme du Sud, sont très présents. Les attachements de l’auteur sont immédiatement visibles, lui qui a le souci d’honorer les très grands (Faulkner, Proust, Mann, Kafka) et les moins grands comme Gaston Leroux, le créateur de Rouletabille. Surprise ! Rien sur Hugo et Balzac, mais de bien belles notices relatives à Pierre Michon et Erri de Luca, des auteurs de valeurs certes, mais peu connus du grand public. Rien non plus, évidemment, sur ces champions de l’édition que sont Marc Lévy et Guillaume Musso. Quant à J.-K Rowling, qui a imaginé le monde enchanté de Harry Potter, elle a droit à un petit article qui montre toute la réserve de Pierre Assouline à son endroit. Si l’un des buts assigné à ce livre est de donner le goût de la découverte, eh bien il est réussi ! Ici, pas d’articles fouillé d’une longueur démesurée, mais le désir d’entrer et de prendre ses aises dans cet univers magique qu’est la lecture.

 

Pierre Assouline, Dictionnaire amoureux des écrivains et de la littérature, Plon, 2016, 882 pages, 25 €

Read More

Carthage – Histoire d’une métropole méditerranéenne

Broché : 464 pages
Editeur : Perrin (14 avril 2016)
Langue : Français
ISBN-10 : 2262041121
ISBN-13 : 978-2262041120
Dimensions : 15,5 x 3,7 x 24,1 cm

 Carthage

Dans la mémoire collective Carthage continue de souffrir la comparaison avec Rome. Alors que la cité punique s’effondrait en 146 avant J.-C. sous les coups de l’occupant romain, l’histoire à la fois longue et prestigieuse de Rome ne faisait que commencer. Il n’empêche : le conflit entre les deux cités rivales a marqué l’histoire de la Méditerranée. L’ouvrage de Khaled Melliti ne se voulant pas exhaustif, on pourra regretter l’absence de certains domaines. Dommage par exemple que la vie quotidienne à Carthage ne soit pas évoquée ; elle aurait pu amener d’intéressantes comparaisons avec La vie quotidienne à Rome vue par Jérôme Carcopino. Certes, l’ouvrage de ce dernier se situe au premier siècle de notre ère mais les trois siècles qui séparent l’apogée de la puissance carthaginoise et le début de l’Empire romain se situent dans le domaine de réflexion de l’histoire longue. Regret, a-t-on signalé, d’une histoire purement diplomatique et militaire, tentation de nombreux livres d’histoire qui préfère se pencher en détail sur l’histoire des dynasties plutôt que sur l’histoire vécue des peuples. Cela étant dit, on saluera le gros travail d’érudition de Khaled Melliti ainsi que la façon claire avec laquelle il narre les guerres puniques. Après les foudroyants succès d’Hannibal en Italie (victoire de Cannes en 216) et la défaite devant les troupes de Scipion sur le territoire même de Carthage, les historiens avaient tendance à considérer comme du menu fretin les années qui suivaient. L’auteur insiste avec raison sur les considérants qui ont amené Rome à vouloir se débarrasser une bonne fois pour toute de sa rivale, semblant donner raison à l’obsession de Caton l’Ancien pour qui « Carthage devait être détruite ». C’est la résurrection économique, au début du II° siècle de notre ère, qui va peu à peu conduire Rome sur les chemins du déshonneur : la crainte d’avoir à affronter une puissance punique renouvelée – après les très dures guerres puniques – valait bien la destruction complète de Carthage par les soldats de Scipion Emilien.

 

Khaled Melliti, Carthage, Perrin, 2016, 549 pages, 25€

Read More

Recherches de la France

Broché : 608 pages
Editeur : Gallimard (3 octobre 2013)
Collection : Bibliothèque des Histoires
Langue : Français
ISBN-10 : 2070140466
ISBN-13 : 978-2070140466
Dimensions : 22,5 x 3,9 x 14,2 cm

 Recherches de la France

Membre de l’Académie française depuis 2001, Pierre Nora figure au premier rang des grands historiens français. Les initiés se souviennent encore de la publication, en 1997, des trois gros volumes des Lieux de mémoire, œuvre collective d’immense ampleur, « exploration sélective et savante de notre héritage collectif ». Ce pilier des Editions Gallimard a colligé dans ces Recherches de la France divers travaux – articles de revues savantes, conférences et autres contributions – sur notre pays en s’intéressant spécialement à l’histoire contemporaine, depuis 1789 et la naissance de la République. Comme l’historien l’indique en préface, nous sommes loin, ici, d’une « histoire personnelle de la France ». En revanche, tout à sa « manière personnelle d’écrire cette histoire », Pierre Nora se penche sur des objets d’études dont il est devenu un spécialiste : l’avènement de la nation, la genèse de la République, les grandes figures républicaines et nationales que furent des Lavisse et des Buisson. Les contributions versées dans ce volume sont, il faut le dire, d’une lecture exigeante ; elles supposent une connaissance plutôt approfondie du roman national. Pierre Nora est davantage un analyste qu’un conteur. Au-delà des thèmes de prédilection de l’historien, on remarquera son intérêt pour l’histoire longue, laquelle ne s’épuise pas dans la seule République, et surtout l’appétence qui est la sienne pour l’attachement à la France. La diversité des sujets abordés ne doit pas cacher l’essentiel. Au fond, prévient l’auteur dès la préface, l’histoire éclatée qui est livrée dans ce volume révèle une analyse approfondie où « chaque éclat dit quelques chose de la singularité mystérieuse du tout ». Terminons en signalant, à l’heure où l’enseignement de l’histoire laisse plus qu’à désirer dans les cénacles de l’Education nationale, les articles lumineux que P. Nora consacre à ces maîtres que furent Jules Michelet et Ernest Lavisse.

Pierre Nora, Recherches de la France, Galllimard, 2013, 590 pages, 24.50€

Read More

Le Mur de l’Ouest n’est pas tombé

Broché : 288 pages Editeur : PIERRE-GUILLAUME DE ROUX (29 mai 2015) Collection : PGDR EDITIONS Langue : Français ISBN-10 : 2363711289 ISBN-13 : 978-2363711281 Dimensions : 22,5 x 2,3 x 14 cm

Broché : 288 pages
Editeur : PIERRE-GUILLAUME DE ROUX (29 mai 2015)
Collection : PGDR EDITIONS
Langue : Français
ISBN-10 : 2363711289
ISBN-13 : 978-2363711281
Dimensions : 22,5 x 2,3 x 14 cm

 Le Mur de l’Ouest n’est pas tombé

Le dernier livre de l’essayiste Hervé Juvin est plus un pamphlet qu’une étude longuement mûrie sur le monde contemporain. Avec la chute du mur de Berlin, l’Europe pensait avoir recouvré son unité et son indépendance. Beaucoup croyaient à l’époque qu’elle jouerait à nouveau un rôle de premier plan dans l’histoire du monde. Hélas, c’était ne pas vouloir comprendre que la construction européenne se muerait en une sorte de coquille vide et que l’imperium américain ne consentirait jamais à laisser l’Europe devenir une puissance majeure. Bien sûr, il est toujours possible de considérer que la domination américaine est moins pesante qu’à l’époque de l’Union Soviétique. A cet égard, il est certain que l’émergence de puissances comme la Chine ou l’Inde paraît avoir affaibli la prépondérance américaine. Si l’on y regarde de plus près, on peut faire un autre constat. La puissance américaine a mué, elle a changé. Pour Hervé Juvin, ce qui compte désormais, c’est moins le nombre de tanks et de tonnes d’acier fabriquées que l’environnement international. Or, celui-ci s’est fondu dans une globalisation qui doit beaucoup aux grandes compagnies états-unienne, genre Google ou Amazon. C’est grâce à de tels leviers que l’américanisation du monde est en marche. Hervé Juvin ne s’en prend pas aux USA en tant que tel, il considère seulement que ce pays est devenu le tremplin de tous ceux qui pousse au règne omnipotent de la globalisation, de Georges Soros aux mafieux ukrainiens. Face à ce bulldozer, l’Europe, incapable d’avoir une politique cohérente et ambitieuse, ne pèse pas lourd. Dans cet essai un peu brouillon, Hervé Juvin appelle au non-alignement de l’Europe et au rapprochement avec des acteurs majeurs comme la Russie. Parfois confus, Le Mur de l’Ouest… rappelle un certain nombre d’urgences, qu’elles soient politiques, militaires, économiques ou environnementales. Comment, tout comme lui, ne pas être pantois devant le fait que nous continuions à confondre économie et raison de vivre, croissance et civilisation. Que les hommes mettent du temps à comprendre le monde !

 

Hervé Juvin, Le Mur de l’Ouest n’est pas tombé, Pierre-G. de Roux, 2015, 276 pages, 23€

Read More

Le livre de Job

Relié : 143 pages Editeur : Cerf (8 avril 2016) Collection : Mon ABC de la Bible Langue : Français ISBN-10 : 2204106194 ISBN-13 : 978-2204106191 Dimensions : 19,5 x 1 x 12,5 cm

Relié : 143 pages
Editeur : Cerf (8 avril 2016)
Collection : Mon ABC de la Bible
Langue : Français
ISBN-10 : 2204106194
ISBN-13 : 978-2204106191
Dimensions : 19,5 x 1 x 12,5 cm

 Le livre de Job

Les Editions du Cerf ont mille fois raison de proposer cette collection très pédagogique des ABC de la Bible. En un temps où la culture tirée de la Bible ne va plus de soi, mieux vaut s’approprier la lecture de cette vaste bibliothèque qu’est la Bible à l’aide de mouvements concentriques tendant à se rapprocher toujours un peu plus du noyau dur. Avec pédagogie, le P. Bertrand Pinçon, professeur d’exégèse de l’Ancien Testament, propose un parcours d’un peu plus d’une centaine de pages dans un des livres les plus célèbres du Premier Testament. Même les non-spécialistes n’hésitent pas à s’approcher du livre de Job, ce que fait par exemple Didier Decoin dans son superbe Dictionnaire amoureux de la Bible. Il est vrai que ce livre pose une question qui existe depuis toujours, LA question : Comment se fait-il que Dieu tolère la souffrance de l’innocent ? Cette question, combien de croyants, dans les camps ou autres lieux de mort et de torture, se la sont posée. Dieu serait-il à ce point sourd à la souffrance de ses enfants ? Et « comment justifier qu’un malheur puisse atteindre si gravement un innocent ? » (p. 131) En de courts chapitres, l’auteur tente de répondre aux questions qui, depuis fort longtemps, tarabustent le croyant. Si le livre de Job traite essentiellement le problème du mal, il touche, incidemment, à d’autres thèmes tout aussi forts comme le silence de Dieu devant la souffrance de l’innocent, sa souveraine liberté devant la justice comme face à l’injustice, etc. A travers la « relation tumultueuse que l’homme blessé entretient avec son Dieu » (p. 10), le livre de Job ne donne pas de réponse à la question du mal, d’où notre malaise devant un Dieu qui ne répond pas directement aux questions que pose Job : Pourquoi, Seigneur, fais-tu souffrir le juste, sans cause ni raison ? En donnant la parole à la Création, Dieu parvient à apaiser l’angoisse de Job. L’essentiel est ceci : Jamais Dieu ne laissera tomber l’homme.

Cette synthèse fort réussie fait honneur à la collection des ABC de la Bible.

 

Bertrand Pinçon, Le livre de Job, Cerf, 2016, 149 pages, 14€

Read More

Gouverner au nom d’Allah

Broché : 160 pages Editeur : Gallimard; Édition : 01 (10 octobre 2013) Collection : HORS SER CONNAI Langue : Français ISBN-10 : 2070142892 ISBN-13 : 978-2070142897 Dimensions : 20,5 x 1,4 x 14 cm

Broché : 160 pages
Editeur : Gallimard; Édition : 01 (10 octobre 2013)
Collection : HORS SER CONNAI
Langue : Français
ISBN-10 : 2070142892
ISBN-13 : 978-2070142897
Dimensions : 20,5 x 1,4 x 14 cm

 Gouverner au nom d’Allah

Bien souvent, ce sont les intellectuels occidentaux qui écrivent sur l’islam. Le premier intérêt de Gouverner au nom d’Allah vient de ce que l’auteur est un écrivain algérien vivant en Algérie. Si on le sent très méfiant à l’égard de l’islamisme, il tâche d’en décrire la montée le pus objectivement possible. Avant cela, il donne une vue d’ensemble de l’islam, avec ses courants, ses schismes, ses chapelles… Il s’interroge ensuite sur la nature de l’expansionnisme musulman aisi que sur les vecteurs sur lesquels il s’appuie : courants religieux radicaux, médias, universités, émigration… Religion jeune, dynamique, en expansion, l’islam est de plus en plus travaillé par l’islamisme, sa version rigoriste dont une partie des membres – les salafistes – souhaite le retour à la communauté primitive, celle qui entourait Mahomet. Pour l’auteur, le monde musulman se trouve à la croisée des chemins, tiraillé de tous côtés par des aspirations contraires : modernité contre rigorisme, liberté de conscience et contre coercition, liberté de religion contre conformisme, désir de copier l’Occident tout en maintenant ses particularismes, etc. Si nombreux sont les musulmans à réprouver la violence islamiste, il n’est pas certain qu’ils en rejettent le programme. Boualem Sansal insiste sur le fait que, bien que soumis à la publicité déplorable qu’en fait l’islamisme, l’islam demeure en ascension constante. S’il en cherche les cases au sein du monde musulman, peut-être minore-t-il excessivement la perméabilité du monde occidental qui, après avoir largué ses croyances ancestrales, submergé par le consumérisme, n’a plus guère d’anticorps. Une religion aussi assise que l’islam donne sens à sa vie ; c’est autre chose que l’épuisement contemporain pris entre consommation et illusion technologique. Tant est si bien que l’auteur a raison, à la fin, de se poser la question : pour qui l’islamisme est-il un problème, pour l’Occident ou le monde musulman ? Au total, un petit livre instructif et facile à lire.
Boualem Sansal, Gouverner au nom d’Allah, Gallimard, 2013, 156 pages, 12.50€

 

Read More