Les hommes de Vichy

Broché : 350 pages
Editeur : Perrin (19 janvier 2017)
Langue : Français
ISBN-10 : 2262049297
ISBN-13 : 978-2262049294
Dimensions : 15,5 x 3 x 24 cm

 Les hommes de Vichy

En spécialiste de la France des années 40, Jean-Paul Cointet a eu l’heureuse idée de synthétiser en un volume l’essentiel des informations essentielles à la connaissance des hommes qui ont entouré Pétain de 1940 à 1944, date de l’exil forcé à Sigmaringen. Bien qu’étant courts, la bonne vingtaine de portraits ici présentés donne l’essentiel des biographies d’hommes qui, tous, à des degrés divers, ont eu des comptes à rendre à la Libération. A côté des figures connues qu’étaient Laval ou de Brinon, l’auteur a tenu à présenter des hommes qui, bien qu’ayant davantage agi dans l’ombre, ont pu influencer la politique de l’Etat français. Jean Bichelonne  ou Paul Marion n’étaient pas les seconds couteaux qu’on imagine : eux aussi ont eu leur part d’influence.  Ces « hommes de Vichy » apparaissent dans un ordre qui a sa logique propre. Il y avait les fondateurs comme Weygand et Darlan, puis les conseillers du Prince, à l’image de Du Moulin de Labarthète. A côté des doctrinaires à la façon de Vallat et de Massis il fallait compter sur les  épurateurs comme Darnand. Néanmoins, ce qui frappe le plus dans cette galerie, c’est l’hétérogénéité des parcours et des profils, ce que l’auteur explique en préface (p. 13) : « Etudier les hommes de Vichy est une manière de mettre fin à une approche  voyant dans ce régime un bloc, dans l’espace comme dans le temps. » En effet, il est rigoureusement impossible de dresser le portrait-type du collaborateur du maréchal Pétain. Ce dernier est comme l’icône qui unifie tout ce petit monde qui n’échappait pas, dans l’atmosphère étroite et confiné de la ville-préfecture de l’Allier, aux mesquineries et jalousies propres à tous les paniers de crabes. Beaucoup viennent de vieilles familles catholiques et n’ont d’autre souci que de régénérer un pays qu’ils estiment décadent. Il y a aussi les arrivistes, puis ceux qui se persuadent de la victoire de l’Allemagne et veulent arrimer le char de l’Etat au Reich. Si ces portraits laissent apparaître de temps à autre un peu de brillance, on ne peut qu’être frappé, au final, par la médiocrité d’un personnel politique qui, somme toute, avait les toutes les apparences de celui de la défunte III° République.

 

Jean-Paul Cointet, Les hommes de Vichy, Perrin, 2017, 375 pages, 23.90€

Read More

Comment tout peut s’effondrer

Broché : 304 pages
Editeur : Le Seuil (9 avril 2015)
Collection : Anthropocène
Langue : Français
ISBN-10 : 2021223310
ISBN-13 : 978-2021223316
Dimensions : 14,1 x 1,7 x 19,1 cm

 Comment tout peut s’effondrer

Et si notre civilisation était au bout du rouleau, en phase de liquidation à force d’avoir brûlé en quelques décennies l’essentiel de son carburant ! Telle est l’hypothèse que Pablo Servigne et Raphaël Stevens développent dans ce livre passionnant. Dans les premiers chapitres, ils utilisent l’image d’une humanité ressemblant à un bolide à la direction faussée et qui foncerait à vitesse accélérée en direction d’un gouffre. Il faut dire que les chiffres qu’ils énoncent – qu’ils proviennent du GIEC ou d’organismes privés – font froid dans le dos. Nous consommons la plupart de nos ressources à des vitesses record et nous en voulons toujours plus. La vogue du progrès à outrance de la consommation folle ne sont tout simplement plus de mise dans le cadre du monde fini qu’est le nôtre. Le problème, c’est que les élites politiques et économiques font de la croissance l’horizon indépassable de l’humanité et que tous nous préférons nous plonger la tête dans le sable et profiter des plaisirs de la vie, dussent-ils coûter cher en calories ou en kilowatts. Nous savons, par exemple, que l’exploitation effrénée du pétrole de schiste est catastrophique pour l’environnement, que d’ici quelques décennies le seul pétrole exploitable coûtera un prix prohibitif ; pourtant, nous continuons à organiser des courses de bagnoles, source de pollution sonore et atmosphérique. Si les auteurs de Comment… s’avouent catastrophistes, ils demeurent cependant d’un optimisme raisonnable. Notre civilisation court inéluctablement à sa perte. Ce sera la fin d’un monde mais non pas la fin du monde. Il faut compter sur la capacité de résilience de l’espèce humaine, sur des valeurs telles que la générosité et la solidarité pour bâtir un autre monde. Un monde où le bonheur ne reposera pas sur l’accumulation des biens et la recherche illusoire d’un mythe appelé progrès. Après l’effondrement, il y aura un avenir à penser et à vivre.

 

Pablo Servigne & Raphaël Stevens, Comment tout peut s’effondrer, Le Seuil, 2015, 296 pages, 19€

Read More

La cause du peuple

Broché : 464 pages
Editeur : Perrin (28 septembre 2016)
Collection : HORS COLLECTION
Langue : Français
ISBN-10 : 2262069360
ISBN-13 : 978-2262069360
Dimensions : 15,6 x 4 x 24,1 cm

 La cause du peuple

Patrick Buisson, l’ancien conseiller du Président Sarkozy, revisite le précédent quinquennat d’une façon originale et enlevée. Ici, rien d’une trame chronologique narrant de 2007 à 2012 les épisodes les plus tumultueux de la présidence Sarkozy, mais l’analyse au scalpel d’un échec programmé dès le début. Pour P. Buisson, en effet, l’échec de Nicolas Sarkozy face à François Hollande en 2012 tient pour une grande part à l’incapacité à demeurer campé sur une ligne, celle de la cause du peuple. Au lieu de redonner la parole aux anonymes, aux perdants de la mondialisation, bref à la France des « petits blancs », Nicolas Sarkozy s’est enferré dans son copinage avec les puissants et les riches. Dès son élection la cause était jouée. Comment rendre la souveraineté au peuple, dire que l’on entend ses souffrances et, quelques jours plus tard, fréquenter les patrons du Cac 40 ? Grand écart intenable… Les chapitres revisitent les thèmes chers à l’auteur, thèmes dont il tenté d’infuser la pertinence chez l’ancien président et l’équipe qui l’entourait : l’identité nationale, le rapport au religieux, la politique de civilisation… Patrick Buisson analyse en surplomb des chapitres dont l’actualité nous montre qu’ils demeurent de vrais sujets de débat. La cause du peuple n’est pas un livre politique comme les autres ; plus exactement c’est un livre qui magnifie la politique. Foin des petites bagarres politiciennes n’ayant aucun intérêt. Avec une capacité d’analyse très aiguë, aidé d’une vaste culture littéraire et historique, Patrick Buisson se livre à une étude serrée de la société française, minée par le communautarisme, fragmentée, livrée pieds et mains liés à la consommation, dépossédée de sa souveraineté. Comment l’un des premiers Etats-nations du continent est-il devenu ce conglomérat, ce territoire à prendre, cette forteresse vide ? Non seulement La cause du peuple tend à consacrer le peuple comme artisan de son destin, mais il se livre à une analyse sans concession d’un pouvoir déliquescent, habité par des gens sans conviction. Un grand livre.

Patrick Buisson, La cause du peuple, Perrin, 2016, 460 pages, 21.90€

Read More

La France et la mer

Broché : 560 pages
Editeur : FLAMMARION (19 octobre 2016)
Collection : Au fil de l’histoire
Langue : Français
ISBN-10 : 2081333279
ISBN-13 : 978-2081333277
Dimensions : 24,1 x 3,7 x 15,3 cm

 La France et la mer

Auteur d’un remarquable Règne de Louis XIV, Olivier Chaline continue son exploration minutieuse de la France d’Ancien Régime. Intitulé Quand les Bourbons voulaient dominer les océans, ce gros livre, qui mélange allégrement anecdotes et réflexion, entreprend et réussit à réconcilier l’histoire de France avec la mer. Allons plus loin, il s’agit même d’une réhabilitation. Le Français n’était pas réputé voyageur, on l’imagine volontiers casanier, rétif aux aventures, surtout maritimes. Or, que voit-on ici ? Un peuple de terriens certes, mais suffisamment vigoureux et entreprenant pour se risquer hors de chez lui sur l’élément liquide. Dans La peur en Occident, Jean Delumeau pointait les peurs de l’homme médiéval devant la mer et l’océan. Avec les Temps Modernes, le Français avait vaincu sa frayeur traditionnelle et n’hésitait plus à affronter les dangers. Bravant les tempêtes, l’inconnu, la promiscuité et la saleté de la vie du bord, les anciens se sont pris de passion pour la mer, cette « frontière béante ». Consacrés aux gens de mer et à leurs matériels, deux siècles d’histoire sont ici passés en revue. Marines de guerre, de commerce constituent les objets de cette vaste synthèse. Ces « deux siècles d’histoire de France vue de la mer » ne s’arc-boutent pas sur une structure chronologique. Cette vision historiciste aurait nui au développement d’une thèse voulant démontrer qu’à la fin de la monarchie il y eut une volonté générale – des rois, des armateurs, des soldats… – de maîtriser les flots. La lutte séculaire contre l’ennemi anglais est loin d’expliquer à lui seul cet engouement. En dépit des dangers et de l’inconnu, de plus en plus de Français se faisaient et se voulaient gens de mer. Et il n’y a rien d’anachronique à penser que les victoires acquises par des Vendéens ou des Bretons dans les courses en solitaire puisent une part de leur racine dans l’enthousiasme des devanciers.

 

Olivier Chaline, La France et la mer, Flammarion, 2016, 558 pages, 25€

Read More

1918 : L’étrange victoire

Broché : 416 pages
Editeur : Perrin (27 octobre 2016)
Langue : Français
ISBN-10 : 2262030383
ISBN-13 : 978-2262030384
Dimensions : 14 x 3,4 x 21,1 cm

 1918

Le 5ème et dernier volume de la série consacrée par Jean-Yves Le Naour à la Première Guerre mondiale possède les qualités de ses prédécesseurs : sources sûres et variées, vue en surplomb des événements dans leur globalité, relativisation accordée aux faits militaires… Pourquoi l’auteur estime-t-il « étrange » la victoire de 1918 ? Principalement pour deux raisons. Militairement, l’année 1918 consacre le dernier effort du Reich pour emporter la décision à l’Ouest, une fois la paix signée avec les bolcheviks, laquelle permet de rameuter plusieurs dizaines de divisions en France. Une série d’offensives fait vaciller le front allié et, lors d’une seconde bataille de la Marne, les Allemands sont arrêtés à quelques dizaines de kilomètres de la capitale. Cette série de coups de boutoir aura pour effet la nomination, dans le camp de l’Entente, d’un commandant en chef de l’ensemble des armées alliées. Anglais, Américains et Français tombent d’accord sur le nom de Foch. Il faudra beaucoup de patience et de détermination à ce dernier pour mettre fin aux égoïsmes nationaux. Alors que le redressement allié s’opère à partir de juillet – et qui met fin une bonne fois pour toutes à la légende entretenue par les nazis du coup de poignard dans le dos -, chacun fourbit ses armes pour gagner la paix, Britanniques et Français voyant d’un œil fort différent la place de l’Allemagne dans le nouveau concert des nations. La capitulation déguisée dans l’armistice du 11 novembre était lourde d’ambiguïtés pour l’avenir. Comme l’écrit l’auteur : « Avec le recul, il était donc possible de se demander s’il n’aurait pas été plus habile de conclure la paix sur le sol de l’ennemi. » La paix signée en cette fin d’année 1918 était chargée des embarras dont les totalitarismes surent tirer argument pour mettre à bas la construction édifiée lors du Traité de Versailles. 1918 annonçait 1939.

 

Jean-Yves Le Naour, 1918. L’étrange victoire, Perrin, 2016, 410 pages, 23€

 

Read More

Dictionnaire amoureux de Tintin

Cartonné : 800 pages
Editeur : Plon (6 octobre 2016)
Collection : Dictionnaire amoureux
Langue : Français
ISBN-10 : 2259241387
ISBN-13 : 978-2259241380
Dimensions : 13,5 x 4,3 x 20,3 cm

 Dictionnaire amoureux de Tintin

Le monde d’Hergé n’en finit pas de fasciner. Albert Algoud, en tintinolâtre averti, publie ce gros volume paru dans la désormais célèbre collection des « Dictionnaires amoureux ». Une bonne partie des entrées de ce dictionnaire se fait par les noms propres, notamment ceux de figures secondaires mais si typiques de l’univers d’Hergé, comme Szut, le pilote estonien dont le héros à la houppette fait connaissance dans Coke en Stock, ou Igor Wagner, le pianiste de Bianca Castafiore, le rossignol milanais, etc. Avec A. Algoud, la connaissance du monde de Tintin se fait de façon originale. Ainsi, plutôt que d’aborder franchement les Dupondt à la lettre « D », il le fait à la lettre « R », en demandant une « Réhabilitation » de ces mêmes Dupondt. Avec beaucoup d’humour l’auteur embarque le lecteur dans un voyage pittoresque et coloré. Il n’a pas de mal à nous convaincre de la richesse du travail d’Hergé. Il n’est pas étonnant que ce dernier ait donné lieu à tant de livres de qualité écrits parfois par les plus grands comme le philosophe Michel Serres. Il n’en reste pas moins que ce livre sera d’autant mieux apprécié, nous semble-t-il, que le lecteur est lui-même connaisseur des albums de Tintin. Néanmoins, ce livre est plein de surprise, comme celle d’apprendre que la langue utilisée en Bordurie s’inspire du marollien, patois de la région bruxelloise.

L’œuvre d’un passionné se lit toujours avec intérêt. Il convient toutefois de se demander si l’œuvre d’Hergé n’a pas quelque peu vieilli : Que dit-elle aux jeunes générations ? Est-elle de nature à enchanter leur imaginaire comme ce fut jadis le cas pour les plus anciens, ceux qui, dans les années 1950 et 1960 attendaient chaque semaine, fiévreusement, la suite des aventures du célèbre globe-trotter dans Tintin Magazine ?

 

Albert Algoud, Dictionnaire amoureux de Tintin, Plon, 2016, 785 pages, 25€

Read More

Vivre dans un monde sans croissance : Quelle transition énergétique ?

Broché : 280 pages
Editeur : Desclée De Brouwer (10 mars 2016)
Collection : DDB.ESSAIS
Langue : Français
ISBN-10 : 222007983X
ISBN-13 : 978-2220079837
Dimensions : 21 x 2,1 x 14 cm

 Vivre dans un monde sans croissance

Tandis que beaucoup de citoyens s’alarment de l’état du monde qu’ils vont laisser à leurs enfant, d’autres demeurent dans la dénégation. En effet, souligne Michel Dubois dans la préface, « nombreux sont ceux qui préfèrent considérer que l’augmentation indéfinie de la production et de la consommation est nécessaire au développement de tous ». Le monde a changé et il continue à changer et, pourtant, certains continuent de décréter que cela n’est pas vrai. C’est la raison pour laquelle, de façon très paisible, l’auteur s’attache dans les premiers chapitres à décrire les dangers qui guettent l’espèce humaine. Comme l’écrit l’auteur, « le temps du monde fini a déjà commencé ». Tous les jours les médias alertent sur l’état pitoyable de notre planète : extinction de nombreuses espèces, fin programmée des ressources du sous-sol, pollution, rareté de l’eau douce, explosion démographique de certaines régions, etc. A l’aide d’exemples très concrets, Michel Dubois aide à comprendre l’urgence de la situation. Cela dit, il se refuse à tout catastrophisme, réfléchissant à ce qui peut être fait avant que le pire n’advienne. Si le temps nous est désormais compté, il n’est pas encore trop tard. Exemple : « Encore 50 % des réserves planétaires  d’hydrocarbure restent accessibles à des coûts croissants. Pouvons-nous brûler ces réserves inconsidérément ? Nous avons encore besoin d’énergie fossile pour apprendre à nous en passer » (p. 101). Dans la seconde partie de son ouvrage, Michel Dubois donne des pistes en vue de ce qu’il appelle le temps de la transformation. Dans le cadre d’une volonté européenne digne de ce nom, il réclame un vaste débat, lequel ne serait plus l’apanage exclusif des hommes politiques. Parmi les questions mises sur le chantier : l’augmentation de la production d’énergies alternatives, l’arrêt du gaspillage, l’évolution de nos représentations collectives, le passage, en ce qui concerne le nucléaire, de la fission à la fusion… Un livre qui ouvre un débat aussi vaste que crucial.

 

Michel Dubois, Vivre dans un monde sans croissance, Desclée de Brouwer, 2016, 278 pages, 19€

 

Read More