Ce que penser veut dire

Broché : 384 pages
Editeur : Editions du Rocher (19 avril 2017)
Collection : ROC.PHILOSOPHIE
Langue : Français
ISBN-10 : 2268090566
ISBN-13 : 978-2268090566
Dimensions : 14 x 2,4 x 22,5 cm

 Ce que penser veut dire

Dans ses domaines, l’histoire des idées et la philosophie politique, Alain de Benoist est ce que l’on pourrait appeler un monstre. Pensez ! Détenteur de quelque 200 000 livres, il a déjà écrit plus d’une cinquantaine de livres, sans compter une myriade d’articles dispensés à plusieurs revues. Avec lui, pas de risque de s’égarer dans de petites histoires ou dans une philosophie à deux sous : les sommets, en matière d’érudition notamment, ne sont jamais très loin. Dans un ouvrage qui se prétend volontiers généraliste, Alain de Benoist revisite les idées politiques et philosophiques d’une trentaine de penseurs de l’époque contemporaine, de Jean-Jacques Rousseau à Jean-Claude Michéa. Par des articles de dix à quinze pages, il donne l’essentiel de ce qu’il faut savoir au sujet de grands esprits dont la vocation était de donner à penser. Si le résultat peut sembler inégal – de pures biographies succédant à des réflexions poussées sur tel ou tel -, Ce que penser veut dire possède l’énorme avantage de dire beaucoup en peu de mots. Cela vaut particulièrement pour des philosophes dont la pensée n’est pas facile à saisir à la première lecture, loin de là, ce qui est par exemple le cas de Martin Heiddeger ou de Jean Baudrillard. Quoiqu’il en soit, ce livre prouve que l’auteur difficile que peut être Alain de Benoist sait également être pédagogue. Lorsque simplicité, pédagogie et culture maîtrisée se rejoignent à ce point, le résultat est forcément à la hauteur. Une surprise enfin, mise en avant de la proximité intellectuelle qui rapprochait les romantiques allemands de Karl Marx. Ce dernier livre d’Alain de Benoist constituent, en tout cas, une tentative magistrale de présenter des penseurs dont l’influence demeure grande pour la marche de notre temps.

 

Alain de Benoist, Ce que penser veut dire, Editions du Rocher, 2017, 377 pages, 19.90€

Lire la suite

Les derniers feux de la monarchie

Broché : 600 pages
Editeur : Perrin (18 février 2016)
Langue : Français
ISBN-10 : 2262047588
ISBN-13 : 978-2262047580
Dimensions : 15,5 x 4,3 x 24,1 cm

 Les derniers feux de la monarchie

Sous-titré « La cour au siècle des révolutions ; 1789-1870 », le beau livre de Charles-Eloi Vial ne se résume pas à la vie et au sort des cours royales durant la période. En ce sens, le mot « monarchie » employé dans le titre paraît quelque peu équivoque, sauf à considérer que le Premier et le Second Empire étaient eux aussi des monarchies, des monarchies d’un style particulier, ayant troqué un roi contre un empereur. C’est finalement à une histoire de France que se livre Charles-Eloi Vial, une France qui se résumerait à une histoire de titres de noblesse. Il faut croire que, à ce propos, toute républicaine qu’elle soit la France dispose de quelque appétence pour la monarchie et ses fastes. A lire Charles-Eloi Vial, cet apparent paradoxe n’est pas si étonnant que cela dans la mesure où la cour, avec ce qu’elle comporte de rites et de manières, reflète assez bien l’état d’un pays. A moins que, par indisposition passagère, elle en soit l’exact opposé. La cour napoléonienne, flopée de parvenus et de militaires, répond à la première précision. Quant à la seconde, on en trouve les prodromes, de façon presque caricaturale, dans la cour du roi Louis XVI. Si certains nobles comprennent que les nuées qui s’accumulent risquent d’emporter tout ce joli monde, les plus influents agissent comme si rien de devait changer. On sait ce qu’il en est advenu. La guerre contre la Prusse en 1870, puis l’arrivée définitive de la république cinq ans plus tard ont signé l’acte de décès de la cour qui, depuis des siècles, gravitait autour du souverain. On dit que la cour est propre aux monarchies, qu’elle n’existe pas en république et ainsi de suite. En sommes-nous si sûrs ? Quoiqu’il en soit, le livre de Charles-Eloi Vial, écrit d’une plume agréable, se lit de bout en bout avec un plaisir qui ne diminue jamais.

 

Charles-Eloi Vial, Les derniers feux de la monarchie, Perrin, 2016, 579 pages, 27€

Lire la suite

La langue des médias

Broché : 336 pages
Editeur : L’artilleur (16 mars 2016)
Collection : TOUCAN ESSAIS
Langue : Français
ISBN-10 : 2810006962
ISBN-13 : 978-2810006960
Dimensions : 14 x 3 x 22 cm

 La langue des médias

Nous autres, lecteurs, auditeurs, consommateurs compulsifs aux écrans, sommes des éponges. Nous absorbons, souvent sans broncher, les propos torrentiels venus du monde médiatique. Or, il faut s’en méfier. Non pas que les journalistes poussent la fourberie à nous mentir sous des propos riants ou anodins, mais plus simplement parce que, du fait de leur formation et du conformisme qui règne dans la profession, ils sont portés, contrairement au souhait formulé jadis par Péguy, à ne pas voir ce qu’ils voient. Il existe une langue propre aux médias, sorte de volapuk qui tend à cacher la réalité, à l’amoindrir, à la travestir. Dans ce texte très argumenté, Ingrid Riocreux invite à réfléchir sur la fonction du journaliste. Ici, le journaliste prend la figure du professionnel des médias : le Journaliste (avec majuscule). Celui-ci n’est pas foncièrement malhonnête mais sa formation le pousse inexorablement à suivre les chemins de traverse. Armé d’une bonne conscience en bêton, sûr d’appartenir au camp du Bien, le Journalistes, écrit Ingrid Riocreux, peut écrire et dire n’importe quoi, pourvu qu’il serve la bonne cause. De toute façon, il n’a de compte à rendre à personne. Le Journaliste n’est pas là pour donner des informations brutes. Commentateur de l’actualité, son image est de moins en moins neutre et il est devenu un prescripteur d’opinion chargé de dire le bien et le mal. Le pire, c’est que le système médiatique, dans sa toute-puissance, n’a pas érigé de contre-pouvoir. Au contraire, il est devenu une sorte de « fabrique du consentement », de sorte que le conformisme de la pensée semble des plus naturels. Puisque le consommateur consent, il n’a pas à réfléchir. Le livre d’Ingrid Riocreux est une charge puissante contre le moule uniforme dans lequel veut nous enfermer les journalistes et ceux qui les paient.

 

Ingrid Riocreux, La langue des médias, 2017, L’Artilleur, 333 pages, 20€

Lire la suite

Monsieur Onfray au pays des mythes : Réponses sur Jésus et le christianisme

Broché : 160 pages
Editeur : Salvator (25 mai 2017)
Langue : Français
ISBN-10 : 2706715413
ISBN-13 : 978-2706715419
Dimensions t: 20 x 1,2 x 13 cm

 Monsieur Onfray au pays des mythes

En lisant Décadence, Jean-Marie Salamito, professeur de christianisme antique, n’en croyait pas ses yeux. Etait-il possible que le créateur de l’Université populaire de Caen, auteur de dizaines de livres traitant de la philosophie et de son histoire, pût accumuler autant d’erreurs et d’approximations ? Le tout, asséné avec la certitude de celui qui sait et qui entend jouer les redresseurs de torts. On ne va pas répéter ici tout le mal que l’on pense du pavé de Michel Onfray, les colonnes de Voix du Jura ayant longuement disserté, au cours de l’été, sur la légèreté intellectuelle de Michel Onfray. Il n’en demeure pas moins que Jean-Marie Salamito enfonce le clou. Il le fait à propos du domaine et de l’époque dont il est spécialiste : le christianisme des origines, le christianisme ancien. J.-M. Salamito déconstruit une part notable du travail d’Onfray, critiquant d’abord le peu de sérieux avec lequel l’auteur de Décadence a bâti sa bibliographie, s’appuyant exclusivement sur des livres anciens, tendancieux, largement remis en cause par les avancées de la recherche exégétique. Il répond ensuite point par point aux attaques les plus virulentes d’Onfray, par exemple sur saint Paul, considéré par ce dernier comme un cas quasi-pathologique. Pour Onfray, il est évident que Paul était un névrosé, un malade vivant priver les chrétiens d’une vie sexuelle dont lui-même était privé. Or, écrit Salamito, « si Paul avait été aussi malade, tordu, débile, détraqué et mal intentionné que le prétend Onfray, il n’aurait jamais eu la force d’entreprendre tous les voyages ni de supporter toutes les tribulations que les documents attestent, il n’aurait trouvé personne pour l’écouter, personne pour se laisser persuader par lui, et nous ne serions pas, deux millénaires après sa mort, en train de disserter sur sa personnalité et sa doctrine. » (p. 49). Et vlan !

 

Jean-Marie Salamito, Monsieur Onfray au pays des mythes, Salvator, 2017, 160 pages, 15€

 

Lire la suite

Philippe Henriot : La résistible ascension d’un provocateur

Broché : 416 pages
Editeur : FLAMMARION (10 janvier 2018)
Collection : Grandes biographies
Langue : Français
ISBN-10 : 2081361817
ISBN-13 : 978-2081361812
Dimensions : 24 x 2,9 x 15,3 cm

 Philippe Henriot

Les passions s’étant tues avec la disparition des derniers témoins liés à cette époque trouble, des historiens revisitent à frais nouveaux les vies des personnages peu recommandables qui, à l’instar de Pierre Laval, souhaitaient la victoire de l’Allemagne. Un certain nombre d’écrivains et de politiciens, à droite comme à gauche, jugeaient sévèrement le bilan de la III° République, régime par eux considéré comme corrompu, vicié, diviseur. La France devait être régénérée ; d’aucuns considérèrent la victoire allemande de 1940, et l’invasion du territoire qui s’ensuivit, comme une divine surprise. Le député Philippe Henriot fut de ceux-ci. Non pas, si l’on en croit la biographie avisée de Pierre Brana et Joëlle Dusseau, par germanophilie ou attrait pour la sauvagerie nazie, mais par haine de la démocratie, du parlementarisme et de la république. Catholique de stricte observance, obscur professeur parvenue à la députation, Philippe Henriot mène, durant les années 1920 et 1930, la vie somme toute médiocre d’un politicien de ce temps-là. On l’a dit, la victoire de l’Allemagne sur les armées alliées en mai et juin 1940 ouvre un boulevard à ce maréchaliste qui adhère avec conviction au programme du maréchal Pétain : retour aux valeurs traditionnelles et haine du cosmopolitisme sous toutes ses variantes. Ses talents d’orateur font le reste. Au fond, le drame d’un Philippe Henriot, outre son antisémitisme et sa détestation de la franc-maçonnerie, est d’avoir été contre. Les auteurs mettent en perspective l’incapacité du personnage à bâtir un programme un peu solide : « On a l’impression d’un polémiste qui balaie des sujets de manière assez incohérente, […] ne sait au fond comment se situer entre le « contre » qui lui est habituel et le « pour » qui l’amène à des hommages répétés dans lesquels il n’est pas à l’aise. » Un ouvrage utile pour comprendre la psychologie d’un des hérauts de la Collaboration.

 

Pierre Brana & Joëlle Dusseau, Philippe Henriot. La voix de la Collaboration, Perrin, 2017, 402 pages, 24€

 

Lire la suite

Bienvenue dans le pire des mondes

Broché : 216 pages
Editeur : Plon (17 novembre 2016)
Langue : Français
ISBN-10 : 2259251595
ISBN-13 : 978-2259251594
Dimensions : 13,4 x 2,1 x 20,2 cm

 Bienvenue dans le pire des mondes

D’emblée, le ton est donné. Sommes-nous en train d’assister à la victoire – comme annoncée en sous-titre – de ce que les auteurs appellent le « soft totalitarisme » (projet d’un marché mondial financiarisé aux mains d’une minorité fortunée) ? Totalitarisme ! Un mot lourd de sens qui nous renvoie aux cauchemardesques tentatives nazie et communiste. Est-il exagéré et déraisonnable d’utiliser un tel vocabulaire dans nos sociétés d’abondance et de liberté ? Dès l’introduction, les chevaux sont lâchés. Beaucoup de concitoyens n’ont-ils pas le sentiment, tout comme les auteurs, que l’on n’est plus vraiment en démocratie ? Certes, le droit de vote existe toujours mais puisqu’il n’y a pas d’alternative au règne tout puissant du marché – ce que certains appellent le turbo-capitalisme -, tout se conjugue afin de laisser une oligarchie détenir l’ensemble des leviers de commande et livrer les masses à la consommation et au divertissement. L’idée démocratique elle-même a du plomb dans l’aile, « menacée par l’alliance redoutable des marchés financiers et des nouvelles technologies ». Une société démocratique ne fonctionne bien qu’avec une classe moyenne suffisamment forte, un niveau d’instruction et d’éducation de qualité, un ascenseur social qui fonctionne, un niveau d’inégalités raisonnable, la notion partagée de que doit être le bien commun et ainsi de suite. Il faut bien avouer que, de quelque côté que l’on se tourne, la plupart de ces concepts n’ont plus qu’un lointain rapport avec l’idée que l’on s’en faisait naguère. A lire les auteurs, si nos sociétés ne se délitent pas plus rapidement, c’est que l’oligarchie a réussi ce tour de passe-passe consistant à acheter la paix sociale : tant qu’existe un minimum de distribution le système a toutes les chances de s’auto-perpétuer. Il n’y a pas de complot derrière tout cela, mais simplement des intérêts puissants ayant intérêt à ce qu’un pouvoir d’achat minimal, permettant au plus grand nombre de se divertir à son aise, les laisse en paix.

 

Natacha Polony & le Comité Orwell, Bienvenue dans le pire des mondes, Plon, 2016, 213 pages, 14.90€

Lire la suite

Histoire de l’Armée française, 1914-1918

Broché : 519 pages
Editeur : Editions Tallandier (9 mars 2017)
Langue : Français
ISBN-13 : 979-1021023963
ASIN : B01MYZLCLE
Dimensions : 21,5 x 3,6 x 14,5 cm

 Histoire de l’Armée française, 1914-1918

Lorsque sonne le clairon annonciateur de l’armistice, le 11 novembre 1918, l’Armée française est sans conteste la première du monde. Par la qualité de ses chefs, l’abondance de son matériel, son expérience stratégique et tactique, elle dépasse les autres armées alliées. La synthèse de François Cochet et Rémy Porte concerne l’ensemble des ressources mises en œuvre par l’Armée à la fin du conflit : combat, production d’armes, camouflage, logistique, commandement et ainsi de suite. Le tableau donne une fine appréciation du poids que représente l’outil militaire en cette cinquième année de guerre. Sans oublier le fait que, pour impressionnant qu’il paraisse, cet instrument commence à accumuler les handicaps qui vont directement mener à la raclée du mois de mai 1940. De plus en plus lourde et de moins en moins innovante, l’Armée française sera incapable d’enrayer un déclin qui était en germe dès la Première Guerre. De ce point de vue, on aurait aimé que la comparaison soit établie avec les principales armées du moment, amies ou ennemies. Honnête, bien documentée, écrite de façon très claire par deux spécialistes reconnus, cette Histoire… , qui retrace les « évolutions et adaptations des hommes, des matériels et des doctrines », pose un jalon dans l’historiographie propre à la période. Dernière chose à souligner, les auteurs ont raison, nous semble-t-il, de réhabiliter le corps des officiers supérieurs. Si beaucoup furent médiocres et dépassés par les événements, encore plus étaient-ils à prendre soin des hommes placés sous leur commandement. Les auteurs tordent le cou à la légende d’officiers calfeutrés dans leur bureau, loin du front, à l’abri du danger. Ils ont été nombreux, parmi les généraux et les colonels, à tomber sous les coups de l’ennemi. S’il y eut de gravissimes fautes, cette guerre n’a jamais été une guerre de classes.

 

François Cochet & Rémy Porte, Histoire de l’Armée française, 1914-1918, Tallandier, 2017, 520 pages, 25.90€

Lire la suite