Catégories
Actualités Recensions

La guerre des idées

Éditeur ‏ : ‎ Robert Laffont (11 mars 2021)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 312 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2221252942
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2221252949
Poids de l’article ‏ : ‎ 400 g
Dimensions ‏ : ‎ 13.6 x 2.6 x 21.6 cm

Avec la disparition des grands noms de la pensée à la fin du XX° siècle, on concevait le débat des idées assagi, voire endormi. Rien n’est plus faux, affirme Eugénie Bastié dans son « Enquête au cœur de l’intelligentsia française ». Ce goût pour le débat, propre aux Français, resurgit à la faveur de nouvelles questions : l’identité, l’immigration, l’islam, les lois de bioéthiques et ainsi de suite. Comme tout semble s’emballer, les controverses, elles aussi, connaissent leur acmé. Il faut compter sur l’émergence de polémistes de talent dans le camp réactionnaire, comme il faut tabler sur la prédominance de professeurs progressistes au sein de l’Université. A ce panorama passablement compliqué, il faut ajouter la diversité des outils utilisés pour diffuser les idées, par exemple les réseaux sociaux et les chaînes d’information en continu. Blues des libéraux, éruption du populisme, résurrection de la gauche radicale… Dans cette époque du tout médiatique, où chacun veut avoir raison, le sectarisme guette à chaque instant, entretenant chez beaucoup un rapport tordu à la vérité. Or, souligne E. Bastié, le paradoxe, c’est que les intellectuels sont pour beaucoup dans la fragilisation de la vérité. D’où la nécessité de remettre en avant la culture et la civilité. Une enquête passionnante.

Eugénie Bastié, La guerre des idées, Robert Laffont, 2021, 298 pages, 19€

L’extrait : « Avant de se lamenter sur les mensonges des populistes et la montée du complotisme, peut-être faudrait-il s’interroger sur la responsabilité des intellectuels dans cette fragilisation de la vérité. » (page 280)

Catégories
Actualités Recensions

Théorie de la dictature

Éditeur : Robert Laffont (9 mai 2019)
Langue : Français
Broché : 234 pages
ISBN-10 : 2221241754
ISBN-13 : 978-2221241752
Poids de l’article : 300 g
Dimensions : 13.5 x 2.1 x 21.5 cm

Avec cette Théorie de la dictature, Michel Onfray poursuit son petit bonhomme de chemin dans son aversion de ce qui est en train de se mettre en place : l’individualisme forcené, la guerre de tous contre tous due à des droits de l’homme n’ayant plus de limite, la marchandisation du corps humain, la faillite de l’école, l’abandon de la culture et ainsi de suite. Ce monde qui vient, l’auteur en voit l’exacte incarnation dans l’Europe de Maastricht, la même qui est en train de faire de l’Europe une terre consacrée à la consommation et au tourisme. Cette mise en pièces de l’Etat maastrichien est toute entière conduite sous l’égide de la littérature, La ferme des animaux de George Orwell étant une prémonition du monde qui est déjà là. Comparant les livres d’Orwell avec l’état de la société occidentale, il ne fait pour l’auteur aucun doute que nous sommes entrés dans une dictature d’un type nouveau : dictature ne reposant pas sur la coercition mais sur la servitude volontaire.

Michel Onfray, Théorie de la dictature, Robert Laffont, 2019, 230 pages, 20€

L’extrait : « Qui disconviendra aujourd’hui que le portrait du totalitarisme brossé par Orwell fait songer peu ou prou à une peinture de notre époque ? La liberté y est en effet mal portée, la langue est attaquée, la vérité abolie, l’histoire instrumentalisée, la nature effacée, la haine encouragée et l’Empire est en marche. » (p. 189)

Catégories
Actualités Recensions

Plus rien à faire, plus rien à foutre

Broché : 198 pages
Editeur : Robert Laffont (23 février 2017)
Langue : Français
ISBN-10 : 2221198662
ISBN-13 : 978-2221198667
Dimensions : 13,6 x 1,8 x 21,6 cm

  » Plus rien à faire, plus rien à foutre  »

Pour simplifier et sacrifier aux besoins de sa démonstration, Brice Teinturier, directeur de l’Institut Ipsos, a choisi de nommer « PRAFistes » ainsi tous ces Français qui, au mieux sont devenus totalement indifférents à la vie politique ou, au pire, hésitent entre résignation et colère. Ce que l’auteur appelle de l’appellation un peu obscure de « PRAF attitude » est constituée par une force qui monte inexorablement au sein du corps électoral : ces citoyens dégoûtés par la droite et la gauche mais qui ne sont pas prêts à rejoindre les rangs du Front National et qui expriment un sentiment de rejet profond à l’égard de l’ensemble de la classe politique. Plutôt que de s’arrêter à ce titre racoleur, mieux vaut insister sur le sous-titre : « La vraie crise de la démocratie ». Alors que le peuple français s’apprête à élire le prochain Président de la République puis de nouveaux députés, comment ne pas être effaré devant cette dissidence larvée de plusieurs millions d’électeur que Brice Teinturier place en toile de fond ? Dans une première partie, l’auteur passe en revue ce qu’il appelle les racines du mal : les mutations d’une information qui fait du sensationnel un principe de base, le manque de résultats des politiques publiques, le rejet d’une fiscalité qui frappe de plein fouet les classes moyennes, une classe politique manquant singulièrement de vision. Le diagnostic dressé par l’auteur est imparable ; nous vivons dans une « société d’exaspération où l’exigence de liberté individuelle prévaut de plus en plus ouvertement sur le souci de l’intérêt général. » (p. 179) Pour lutter contre l’attitude désabusée de ceux qui « n’en ont plus rien à faire », on pourrait compter sur divers leviers. Des politologues travaillent sur une autre forme de démocratie, tantôt l’une donnant un rôle premier aux experts, tantôt une autre faisant des citoyens des leviers d’action susceptibles d’adopter ou de défaire la loi, etc. Comme on l’entend parfois, une autre façon de faire de la politique est possible, mais le temps presse.

 

Brice Teinturier, « Plus rien à faire, plus rien à foutre », Robert Laffont, 2017, 198 pages, 18€

Catégories
Portraits Recensions

Georges Pompidou, Lettres, notes et portraits (1928-1974)

Broché: 540 pages
Editeur : Robert Laffont (25 octobre 2012)
Langue : Français
ISBN-10: 222112765X
ISBN-13: 978-2221127650
Dimensions : 23,8 x 15,4 x 4,2 cm

  Georges Pompidou. Lettres, notes et portraits (1928-1974)

En ces temps de déprime économique et d’inquiétude quant au devenir de la nation France, la figure de Georges Pompidou connaît une popularité renouvelée. Sa brève présidence (1969-1974) fait l’objet d’ouvrages nombreux et des magazines vont jusqu’à lui consacrer leur couverture. Tout se passe comme si la France maussade et inquiète de 2013 retrouvait un peu de confiance en se remémorant la France des années 1970, époque bénie, temps où tout semblait possible. Le voile de nostalgie qui s’empare de notre esprit a des goûts de paradis perdus. C’est dire si l’édition des Lettres, notes et portraits écrits par Georges Pompidou, de son passage à l’Ecole Normale Supérieure à la Présidence de la République, tombe à pic.

L’ancien président se révèle conforme au style simple et sans affèterie qu’il utilise dans son courrier : lettres à Michel Debré, notes au Général de Gaulle, réponses à François Mauriac… Georges Pompidou était bien cet homme du terroir, à la fois simple et cultivé, soucieux du passé tout en étant ouvert à la nouveauté. A-t-il été servi par une époque – les Trente Glorieuses – facile ? C’est possible, quoique cela n’enlève rien aux qualités dont il a fait preuve dans la vie publique. Si les lettres ici données à lire n’apportent aucune révélation fracassante, elles permettent à tout le moins de mesurer le bon sens d’un grand serviteur du pays et de l’Etat. On attendait un politique pressé par l’action, soucieux de moderniser et d’industrialiser une France meurtrie par des décennies de déchirures dues aux guerres européennes et coloniales, et ne voilà-t-il pas que l’on découvre un écologiste avant l’heure, quelqu’un de méfiant face à un progrès qui envahit tout. Dans un autre genre, on ne lit pas sans émotion ces lettres où, tout Président de la République qu’il est, G. Pompidou confie qu’il aurait aimé être « un malade ordinaire, qui garde la chambre et obtient quinze jours de congé » (p. 470). Il y a là une humilité qui ne peut être feinte. Le service de l’Etat l’a toute entier accaparé alors qu’il aurait aimé, simple citoyen, lire, écrire, visiter des expositions.

Georges Pompidou était pétri de bon sens, le même qui semble parfois faire défaut aux décideurs contemporains, toujours prêts à la surenchère. Lorsqu’il s’en prend à « à la complication recherchée à plaisir dans la signalisation routière » (p. 440), on se dit que la remarque, quarante ans après, demeure d’actualité. Comment se fait-il que, parmi le personnel politique d’aujourd’hui, il en est si peu qui, comme le faisait G. Pompidou, osent rappeler que « le matérialisme de la société d’abondance ne satisfait pas les aspirations de l’homme » ? Ce livre constitue un beau témoignage de ce que doit être l’action politique : l’humilité et le bon sens mis au service du pays et de l’Etat.

Georges Pompidou, Lettres, notes et portraits (1928-1974), Robert Laffont, 2012, 540 pages, 24 €

Catégories
Littérature Recensions

François Mauriac – Correspondance intime 1898 – juillet 1970

Broché: 739 pages
Editeur : Robert Laffont (6 septembre 2012)
Collection : Bouquins
Langue : Français
ISBN-10: 2221116607
ISBN-13: 978-2221116609
Dimensions : 19,8 x 13,4 x 2,6 cm

 François Mauriac – Correspondance intime

Grâces soient rendues aux Editions Robert Laffont qui viennent d’éditer, dans la fameuse collection « Bouquins », la correspondance privée de François Mauriac. S’il fallait faire court, tournons-nous vers Jean-Luc Barré, le meilleure exégète de l’œuvre de Mauriac : « Indispensable complément du Bloc-notes et des Nouveaux mémoires intérieurs, cette correspondance reflète soixante années d’histoire, littéraire, politique, intellectuelle ».

En plus de ses romans, essais et articles divers, le Prix Nobel de littérature 1952 était un fameux épistolier. Commencées vers sa 20ème année, les lettres recensées dans ce volume couvrent toute la vie de l’auteur. Elles s’adressent aux correspondants les plus divers : familiers, écrivains comme Paul Claudel et Georges Duhamel, politiques comme le général De Gaulle et Pierre Mendes France. L’intérêt des lettres est bien sûr variable mais, au final, ce n’est pas cela qui compte. Cette Correspondance intime nous renvoie à une époque où écrire était un art. Loin de l’éphémère engendré par les mails, les tweets et le fourbi contemporain, écrire une lettre signifiait que l’on confiait à autrui ce qu’il y avait de plus cher et de plus secret dans sa vie. Une telle correspondance s’apparente au style du journal. La révélation d’une personnalité s’accompagne de considérations personnelles sur la politique, la religion, l’art, la littérature. L’amplitude des sujets évoqués rend le genre passionnant et contribue à l’inscrire dans la durée ; tout le contraire de la communication d’aujourd’hui qui, elle, se caractérise par son extrême fugacité. Aujourd’hui, l’outil est devenu une fin en soi, il a tendance à primer sur la teneur du message. Enfin, les lettres de Mauriac nous touchent parce que, précisément, elles s’inscrivent dans leur temps et, des décennies après, nous disent beaucoup, non seulement d’un homme, mais d’une époque. Si cette correspondance a autant d’épaisseur, cela est dû à deux raisons. La première, évidemment, tient au style de l’auteur du Nœud de vipère, un des plus grands littérateurs français du siècle dernier. La seconde découle d’une culture littéraire, politique et religieuse aussi vaste que l’était la curiosité de l’auteur. Pour qui aime l’œuvre de Mauriac, un livre nécessaire.

François Mauriac, Correspondance intime, Robert Laffont, 2012, 768 pages, 30 €

 

Catégories
Recensions

C’est une chose étrange à la fin que le monde

Broché: 313 pages
Editeur : Robert Laffont (19 août 2010)
Collection : ROMAN
Langue : Français
ISBN-10: 2221117026
ISBN-13: 978-2221117026
Dimensions : 21,4 x 13,2 x 3 cm

 C’est une chose étrange à la fin que le monde

Jean d’Ormesson n’en fait pas mystère : il a eu la chance de croquer la vie à pleines dents. La littérature, les femmes, les voyages, les produits de la terre… il les a aimés à s’en damner. Mais voilà qu’à l’automne de sa vie les interrogations métaphysiques le pressent. Agnostique tout en étant plutôt fidèle à la civilisation léguée par le christianisme, il n’avait jamais été à ce point taraudé par la question du sens de la vie.  Le voilà arrivé à un âge où les questions existentielles prennent le dessus. Fini de rire, voici le temps des interrogations ! Sous forme de chapitres très courts, l’auteur se livre à une histoire rapide de l’univers à partir de la fameuse question jadis posée par Spinoza : Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?      Il y a deux siècles, le biologiste Laplace avait répondu à Napoléon qu’il n’avait pas eu besoin de Dieu dans le cadre de son travail, Dieu n’étant d’ailleurs qu’une hypothèse. « Mon cher Laplace, semble rétorquer Jean d’Ormesson, en êtes-vous si sûr ? » Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?

Dans cette courte histoire de l’univers à laquelle se livre l’auteur d’Au plaisir de Dieu, les explications de type mécaniste paraissent bien pâlichonnes. Pour l’auteur, sans doute manquent-elles même de poésie. Bien sûr, nous ne sommes sûrs de rien, perdus que nous sommes dans l’immensité sidérale. Alors, à quoi se raccrocher ?

L’auteur, s’il a du mal à croire, espère tout. Protagoniste de l’histoire humaine, le Vieux à qui l’auteur donne la parole – Dieu – rigole de la mesquinerie et du peu de confiance qui lui est accordé : « Ah ! les malins ! Comme ils savent mettre en scène la pièce que j’ai écrite ! Et le pire est qu’il leur arrive de siffler l’auteur. » L’auteur semble avoir pris un malin plaisir à avoir écrit un tel livre. Il s’escrime avec bonheur sur un terrain sur lequel on ne l’attendait pas. N’attendez pas que les interrogations auxquelles il se livre lui gâtent l’existence. Au contraire, elles rendent la vie encore plus palpitante. Après avoir raconté l’histoire de l’univers et les différents âges de la vie, Jean d’Ormesson continue de s’amuser, comme il semble l’avoir toujours fait : la gaîté, la gratitude, le bonheur, les livres…

Intelligent et revigorant.

Jean d’Ormesson, C’est une chose étrange à la fin que le monde, Robert Laffont, 2010, 313 pages, 21.30 €