Catégories
Histoire Recensions

Une histoire de la marche

Broché : 370 pages
Editeur : Perrin (3 mars 2016)
Langue : Français
ISBN-10 : 2262032521
ISBN-13 : 978-2262032524
Dimensions : 14 x 3,2 x 21,1 cm

 Une histoire de la marche

Le titre du livre d’Antoine de Baecque a toute son importance : il s’agit bien d’une histoire de la marche et non de l’histoire de la marche. Ce choix explique les nombreux blancs, ce que l’historien, pour des raisons qui lui appartiennent, ne dit pas. Rien, par exemple, sur les fabuleuses conquêtes d’Alexandre le Grand qui a fait parcourir à ses troupes – aller et retour – la distance qui part de la Grèce propre pour s’achever en Inde. S’il s’arrête un peu sur les itinéraires parcourus par le peuple hébreu ou les nomades du Grand Nord, ce qu’il y a d’historique dans cette histoire concerne essentiellement la conquête des Alpes par les marcheurs (ah ! le beau GR 5 qui va de Nice à Chamonix) et alpinistes. C’est au XIX° siècle que la marche devient un agrément physique, voire un sport. Jusques là, les grands marcheurs l’étaient par obligation, pour fuir un danger, par nécessité professionnelle et ainsi de suite. Dans la première moitié du XX° siècle, l’émergence du temps libre et des loisirs, le scoutisme ou le besoin d’aventure vont mettre tout un peuple de marcheurs sur des chemins dont des pionniers tracent les itinéraires (les chemins de Grande Randonnée voient leur tracé balisé au tout début des années 1950). En fin d’ouvrage, Antoine de Baecque rappelle que marcher signifie aussi s’engager et manifester. On ne compte plus, de Gandhi à Martin Luther King, les manifestations prenant la marche comme forme. La marche est aussi volonté de résister ou d’échapper à la destruction (Mao et la Grande Marche).

La marche ne se réduit pas à un exercice physique, elle va bien au-delà. L’auteur rapporte les propos de Pascal Picq, auteur de La marche. Sauver le nomade qui est en nous : « L’être humain est un bipède, un animal qui marche. Et c’est avec la marche que la pensée prend forme. » Ce point de vue original est souligné à satiété par Antoine de Baecque. Marcher fait partie d’un art de vivre, marcher aide à penser, à voir le monde différemment, découvrir des espaces inconnus, se construire une vie intérieure. L’effort des civilisations a été de sédentariser l’homme ; n’était-ce pas trop demander à celui qui marche debout ?

 

Antoine de Baecque, Une histoire de la marche, Perrin, 2016, 373 pages, 22 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.