Catégories
Recensions Religion

Croyance

Broché : 336 pages
Editeur : Odile Jacob (6 mai 2015)
Collection : OJ.SC.HUMAINES
Langue : Français
ISBN-10 : 2738132456
ISBN-13 : 978-2738132451
Dimensions : 14,5 x 2,5 x 22 cm

 Croyance

Les croyants sont-ils des fous dénués de toute raison ? Sont-ils à ce point privé d’intelligence et de libre-arbitre qu’ils sont prêts à prendre pour argent comptant tout ce qu’ils lisent, entendent et voient au sujet de leur foi ? Le scénariste et écrivain Jean-Claude Carrière, qu’on avait connu mieux inspiré, considère que la planète est saisie d’une folie irrationnelle appelée « la croyance ». Cette croyance, dont on ne sait pas très bien ce qu’elle recouvre, trouve sa réalisation dans une série de négations : elle est obscurité, ténèbres, ignorance, fanatisme, exclusion. Ce n’est pas tout car, à croire l’auteur, la croyance ne peut être que cela. La mise en avant du mot « croyance » permet d’évacuer les synonymes qui permettent de mieux cerner l’objet étudier comme la religion et la foi. Ce choix n’est pas innocent car, n’est-ce pas, une croyance signifie davantage un fourre-tout. Nous sommes donc là en présence d’un lieu commun qui permet l’amalgame la plus large possible, ce qui au final signifie que la différence qui sépare le croyant du fanatique est aussi épaisse qu’une feuille de papier à cigarette et qu’il y a peu de celui qui confesse une foi religieuse au fanatique. Chrétiens évangéliques et Boko Haram, musulmans paisibles et Al Qaïda, même combat ! L’accumulation d’approximations et la mise dans le même sac des croyants de toutes espèces donnent un livre absolument inepte. Jean-Claude Carrière ne fait aucun effort pour comprendre le croyant. Le livre aurait pris une tournure toute autre si l’auteur avait pris la peine de considérer la religion d’un peu plus près, avec un minimum d’empathie. Au lieu de cela, il tire à boulets rouges sur les religions, voyant en elles fariboles et autres contes à dormir debout. Pour contrebalancer ce point de vue extrême, il aurait pu citer quelques noms d’écrivains, de philosophes et de poètes issus des grandes traditions religieuses. Ici, rien ! Le croyant est pris d’emblée pour un imbécile, un naïf ou un fanatique. Quelle que soit sa religion car ici toutes sont mises dans le même sac… avec les sectes. Jean-Claude Carrière n’est pas cela près et après tout, doit-il penser, entre un Témoin de Jéhovah et un membre de l’Action Catholique, quelle différence ! A prendre ainsi les gens pour des idiots, sans jamais citer ses sources, Jean-Claude Carrière a produit un livre désolant et blessant.

 

Jean-Claude Carrière, Croyance, Odile Jacob, 2015, 335 pages, 22.90 €

Catégories
Histoire Recensions

La grande stratégie de l’Empire byzantin

Broché: 512 pages
Editeur : Editions Odile Jacob (30 septembre 2010)
Collection : HISTOIRE ET DOCUMENT
Langue : Français
ISBN-10: 2738125212
ISBN-13: 978-2738125217
Dimensions : 23,4 x 15,4 x 3,8 cm

 La grande stratégie de l’Empire byzantin

S’il y a une réalité historique dont ne parle pratiquement jamais, c’est bien l’Empire byzantin, construction politique et religieuse qui dura tout de même plus de mille ans et engloba, à un moment ou à un autre, des territoire aussi divers que l’Afrique du Nord, l’Asie Mineure et la majeure partie des Balkans. Si Byzance réussit à tenir la dragée haute à tant d’ennemis divers (Huns, Arabes musulmans, Hongrois, Bulgares…), ce fut moins par la force de ses armées que par l’intelligence de sa stratégie. La puissance brute n’aurait pas suffit à contenir à elle seule la multiplicité de ses ennemis. En dépit d’une armée régulière de qualité et de la position défensive excellente de la ville fondée par l’empereur Constantin, Byzance ne fut jamais assez forte pour mettre l’ensemble de ses ennemis à genoux. Les temps de la conquête romaine étant définitivement révolus, Byzance fut en conséquence adepte d’une stratégie indirecte de premier ordre. Pour ce faire, elle n’hésitait pas à acheter la paix, à embaucher des mercenaires, à passer des alliances, à détourner les migrations de nations entières pour les éloigner. Mais elle sut faire mieux et on reconnaît la spécificité de la stratégie byzantine à ce qu’elle évitait généralement d’anéantir la force militaire d’une nation hostile. Une fois la paix conclue, celle-ci pouvait devenir un allié précieux, un tampon permettant d’amortir le choc d’un ennemi venant de plus loin. La stratégie byzantine relève moins de coups audacieux que d’une recherche patiente du meilleur compromis. Enfin, comme le dit Edward Luttwak, « les Byzantins avaient à leur disposition davantage d’instruments de persuasion efficaces que leurs prédécesseurs ou rivaux, parmi lesquels la religion chrétienne de la ‘vraie foi orthodoxe’ ».

Une fois encore l’école historique états-unienne montre tout son dynamisme. L’originalité de la démarche et celle du sujet participent à l’explicitation de l’histoire tant à la mode dans un pays qui en a très peu. Malgré ces atouts, le récit peine à tenir le lecteur en haleine. Sans doute ce dernier aurait-il aimé plus d’histoires et moins de commentaires. L’essentiel de l’ouvrage résulte de la glose d’ouvrages de littérature militaire byzantine. S’ils mettent bien en perspective la grande stratégie de l’Empire byzantin, ils ressemblent trop à une explication de texte et, de la sorte, empêchent le récit de décoller.
Edward Luttwak, La grande stratégie de l’Empire byzantin, Odile Jacob, 2010, 512 pages, 29.90 €