Catégories
Portraits Recensions

Maurice Druon, le partisan

Broché: 258 pages
Editeur : CERF EDITIONS (2 octobre 2014)
Collection : BIB CERF
Langue : Français
ISBN-10 : 2204102679
ISBN-13 : 978-2204102674
Dimensions : 21,5 x 2,1 x 14 cm

 Maurice Druon, le partisan

De tous ceux qui, depuis quelques décennies, se sont succédé au Ministère de la Culture, Maurice Druon demeure l’un des plus connus. Parfois contestée car taxée de conservatisme, son action s’inscrit durablement dans le paysage culturel français car elle a su reposer sagement sur un classicisme de bon aloi qui, cependant, ne craignait pas la nouveauté. Hervé de Boisbaudry et le P. Philippe Verdin retracent avec verve la vie de l’auteur des Rois maudits, écrivain et serviteur de l’Etat. C’était au temps – les années 1970 – où les ministres de la Culture – les Malraux, Duhamel, Druon – lisaient encore des livres…

Résistant de la première heure, parti tôt rejoindre les rangs gaullistes à Londres, co-auteur avec son oncle Joseph Kessel du Chant des partisans, Maurice Druon se fait remarquer par son amour de la liberté et sa puissance de travail. Après la guerre, il donne libre cours, tel un nouvel Alexandre Dumas, à son imagination épique. En 1955 il publie une œuvre destinée à demeurer et qui, adaptée deux fois à la télévision, sera traduite dans de nombreuses langues : Les rois maudits. Historien, romancier, essayiste, sa force de travail semble, en ces décennies 1950-1960, inassouvie. Gaulliste, observateur de la société française, angoissé devant le désarroi de l’Occident, c’est dans l’idée qu’il se fait de la culture occidentale qu’il trouve des raisons d’espérer : le beau et le vrai ne peuvent mourir.

Comme le soulignent les auteurs, Maurice Druon pouvait paraître outrecuidant et vantard, amoureux des honneurs et infatué de lui-même. Il y a du vrai dans ce jugement. Toutefois, c’est oublier que, parti de peu, il s’était fait lui-même à force d’obstination et de travail. Après la gloire littéraire et son élection à l’Académie française – il en a été longtemps le secrétaire perpétuel -, après la politique, la fin de sa vie fut consacrée à la défense de la langue française. « Il récusait, soulignent les auteurs, l’alignement de la langue sur l’évolution des idées et des mœurs et surtout la certitude que l’usage finit toujours par l’emporter et moderniser de manière naturelle et non autoritaire la langue ».

 

Hervé du Boisbaudry & Philippe Verdin, Maurice Druon. Le partisan, Cerf, 2014, 258 pages, 15 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.