Catégories
Recensions

Les hommes de l’ombre

Broché: 420 pages
Editeur : PERRIN (6 mars 2014)
Langue : Français
ISBN-10: 226203754X
ISBN-13: 978-2262037543
Dimensions : 23,8 x 15,4 x 3,8 cm

 Les hommes de l’ombre

Avec ce nouvel ouvrage, François Dosse marque de son empreinte l’histoire intellectuelle de la France contemporaine. Il revient sur les parcours de grands éditeurs français dont il dresse des portraits éclairants. Parmi ces grandes figures on trouve René Julliard et Robert Laffont, fondateurs des maisons éponymes, Claude Durand, pilier des Editions Fayard comme Paul Flamand le fut pour Le Seuil. A côté de ces illustres noms on en trouve d’autres, moins célèbres sans doute, mais qui firent beaucoup pour la promotion du livre, par exemple Françoise Verny et Charles Orengo. Beaucoup de grands noms de l’édition nous ont quittés et c’est à peine si l’on connaît leurs successeurs. A cette perte il y a plusieurs raisons : l’affaiblissement de la véritable culture – par exemple, rien après Apostrophe et Bouillon de culture !-, la chute des ventes, l’effacement de la littérature et du papier devant les écrans et les nouvelles technologies… L’engouement du public se porte davantage sur l’élection de Miss France que sur la dernière rentrée littéraire. Il existe d’autres causes à ce brouillage, internes cette fois-ci : la masse des livres publiés n’aide pas le public à faire des choix. Les impératifs économiques commandent : on publie beaucoup, de crainte de laisser passer le best seller.

Si ces éditeurs se sont faits les noms que l’on sait, leurs qualités y sont pour beaucoup. Bourreaux de travail, passionnés de lecture, cultivés en diable, leur apostolat reposait bien plus sur la volonté de faire découvrir un auteur que de pousser les ventes. L’édition, c’est beaucoup de travail et des revenus modestes. L’essentiel, c’est l’amour d’un métier qui ressort d’une vraie vocation, avec ses peines et ses joies. Ce n’est pas rien d’être persuadé que l’on signe avec le futur Proust ou l’émule de Mauriac. Mais il y a plus ! Ces éditeurs, dont François Dosse dresse consciencieusement le portrait, ont pu jouer un rôle encore plus grand, surtout à la belle époque des sciences humaines (1960 à 1990). Il n’y a qu’à se souvenir du rôle joué par Claude Durand, quand il était au Seuil, dans la publication en Occident de L’Archipel du Goulag, sacré coup de pied de l’âne dans le flanc du totalitarisme communiste.

Au final, un livre dense, passionné et passionnant.

 

François Dosse, Les hommes de l’ombre, Perrin, 2014, 419 pages, 25 €

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.