Catégories
Recensions

Le soldat impossible

Broché: 281 pages
Editeur : Pierre-Guillaume de Roux Editions (16 janvier 2014)
Collection : PGDR EDITIONS
Langue : Français
ISBN-10: 2363710762
ISBN-13: 978-2363710765
Dimensions : 22,2 x 13,8 x 2,4 cm

 Le soldat impossible

Quel que soit le sujet traité (hier le sport et le corps, aujourd’hui le soldat), le philosophe Robert Redeker continue de pister les dérives historique et psychologique qui caractérisent l’Occident contemporain. Cette traque de longue haleine le conduit à réfléchir sur le sort que nos sociétés hédonistes font au soldat. Combattant autrefois pour le salut de la patrie et la défense de sa civilisation, le soldat d’aujourd’hui défend le Bien, la justice et les droits de l’homme. Il est devenu autant un humanitaire qu’un militaire, portant le souci de la démocratie un peu partout dans le monde. Pour de multiples raisons, l’auteur montre que la figure du militaire, avec ce qu’elle suppose de sens du devoir, de sacrifice, de patriotisme, devient impossible, d’où le titre. Si la modernité tente d’arrimer le soldat à sa doxa – ah ! ces défilés du 14 Juillet qui tournent à la fête et se font forts d’être conviviaux ! -, la figure ontologique du soldat en est irréductiblement éloignée. Que peut dire et comprendre le contentement de soi contemporain quand il est renvoyé aux valeurs traditionnellement portées par le statut de militaire ? Que peut entendre le monde festif moqué par Philippe Murray, obnubilé par l’ouverture à l’autre, au culte des morts et à la défense de la terre natale ? Un De Gaulle ou un Bigeard appartiennent définitivement à un temps révolu. A l’instar de l’Ecole et des Eglises, l’Armée, comme instance de transmission, n’est plus vraiment écoutée. « L’Européen de la modernité tardive » vivant « comme en maison de retraite ou comme en jardin d’enfant » (p. 169), au nom de quoi voudrait-on qu’il se consacre au métier des armes ? Autrefois les Français communiaient au culte des morts et leur dressaient des monuments ; aujourd’hui ils traînent leur vague à l’âme dans les grandes surfaces. C’est sans doute ce qu’on appelle le progrès… Si nous en sommes là, c’est que « […] le culte de la victime, celui du civil de préférence au militaire, la honte d’être soi grimée en repentance, la défamiliarisation d’avec la mort, la transformation du citoyen en un inhéritier, la montée de l’Indifférent, le déclassement de la notion de sacrifice gratuit, sont autant d’éléments formant un climat favorable à l’effacement du soldat. » (p. 275)

S’appuyant sur la philosophie et l’histoire, Robert Redeker signe ici un de ses ouvrages les plus aboutis. Comme d’autres Robinson, il lance une nouvelle bouteille à la mer. Puisse-t-elle trouver des rivages accueillants.

 

Robert Redeker, Le soldat impossible, P.-G. de Roux, 2014, 282 pages, 23 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.