Catégories
Recensions Religion

Les lumières de la religion

Broché: 225 pages
Editeur : Bayard Jeunesse (3 octobre 2013)
Collection : ESSAIS
Langue : Français
ISBN-10: 2227485345
ISBN-13: 978-2227485341
Dimensions : 18,8 x 14,2 x 2 cm

 Les lumières de la religion

S’il n’existe plus guère de grands théologiens en Europe, les philosophes, eux, n’ont pas désarmé. Ils travaillent et publient et Jean-Marc Ferry, professeur de philosophie à l’Université de Nantes, n’est pas le dernier à le faire. Si ces intellectuels ne reprennent pas le flambeau des théologiens – ce qui n’est, évidemment, pas leur rôle -, on constate toutefois qu’ils prennent à bras de corps des questions qui autrefois étaient davantage portées par des hommes de religion que par des universitaires.

Quand on évoque les « lumières de la religion », de quoi s’agit-il ? Elodie Maurot, qui interviewe Jean-Marc Ferry, donne la réponse en introduction : par cette expression « le philosophe entend signifier que les religions ne sont pas en opposition avec la modernité et qu’elles peuvent apporter leur contribution à la vie des sociétés démocratiques. » (p. 8)On entend d’ici les cris d’orfraie poussés par certains hérauts de la laïcité qui, par principe, estiment que la religion doit se cantonner dans la sphère privée, voire l’intimité des personnes. Jean-Marc Ferry n’est manifestement pas d’accord avec cette vision rétrécie de la laïcité ; il pense, au contraire, que « les religions sont invités à porter leurs lumières » car « elles sont porteuses d’un patrimoine, de traditions, d’une expérience, ce qui n’est pas superflu dans la situation démunie où nous trouvons parfois, face à des problèmes délicats qui touchent à la vie et à la dignité humaine. » (p. 99) Grâce à leur capital d’expérience, les religions peuvent être d’un précieux secours, spécialement dans les domaines qui concernent la dignité de la personne, de la gestation pour autrui à l’euthanasie. Mieux, selon l’auteur, de nombreux problèmes éthiques frappent à la porte de la société dont les religions sont pratiquement les seules, jusqu’à présent, à s’être emparées. « La religion », lance l’auteur, « est un protagoniste important pour des débats qui touchent à la vie, à la mort, à la souffrance morale, à la vulnérabilité […], au sen de l’existence. » Pourquoi faudrait-il, au nom d’une conception étroite et mesquine de principes juridiques qui datent, se priver d’emblée de leurs compétences ? En vertu de leur empathie naturelle envers tout ce qui touche à la dignité des personnes, et d’abord des plus faibles, voyons, affirme Jean-Marc Ferry, ce que les religions ont à nous dire. Ne nous privons pas de leurs lumières face à des problèmes aussi compliqués qu’inédits.

Les lumières de la religion ne constituent pas un livre facile. La subtilité de la pensée de Jean-Marc Ferry et l’utilisation d’un vocabulaire philosophique ne simplifient pas la tâche du lecteur. Cette difficulté surmontée, on prendra acte d’une pensée vivante et ouverte qui, grâce à la compétence philosophique et juridique de l’auteur, mesure le tournant dans lequel se trouve notre société.

 

Jean-Marc Ferry, Les lumières de la religion (entretien avec Elodie Maurot), Bayard, 2014, 226 pages, 19 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.