Catégories
Actualités Recensions

La régression intellectuelle de la France

Broché: 100 pages
Editeur : Texquis; Édition : 2e (1 juin 2011)
Langue : Français
ISBN-10: 2960047397
ISBN-13: 978-2960047394
Dimensions : 22,6 x 15 x 1,2 cm

 La régression intellectuelle de la France

En juin dernier, dans un établissement scolaire de Rennes, le jeune Kylian (13 ans) mourait, étranglé par un élève un peu plus âgé, un certain Vladimir. Telle était l’information donnée par Le Monde. L’essentiel était vrai mais, ce que cachait le célèbre quotidien du soir, c’était que le meurtrier ne s’appelait pas Vladimir, mais Souleymane, qu’il était d’origine tchétchène et de religion musulmane. Cela ne signifie évidemment pas que tous les Tchétchènes sont des assassins en puissance mais, en mentant de la sorte, Le Monde entendait minimiser le fait que les populations d’origine caucasienne étaient surreprésentées dans les prisons françaises. Tel est le premier aspect de la manipulation dont beaucoup de nos concitoyens sont les victimes consentantes. Le second aspect de la propagande officielle – ce que Philippe Nemo appelle la « régression intellectuelle » -, provient d’un arsenal législatif qui ne cesse d’étendre ses rets, de la loi Pleven de 1972 à la loi Taubira de 2001 en passant par la loi Gayssot de 1990. Désormais, les propos de chacun sont sévèrement encadrés par une doxa officielle ; gare à celui qui voudrait y déroger ! Sous prétexte de protéger les minorités de toute diffamation et discrimination, les politiques ont concocté un arsenal législatif qui dissuade de s’intéresser à certains sujets sensibles. Mieux vaut ne pas imiter Olivier Pétré-Grenouilleau qui, dans son ouvrage consacré aux traites négrières, avait affirmé que l’esclavage était un phénomène pluriséculaire qui avait touché la plupart des civilisations, et pas seulement l’européenne. Cela lui avait valu les foudres de la nouvelle censure pour qui l’esclavagiste était forcément blanc, européen et chrétien.

Par leur imprécision, les nouvelles lois de censure interdisent désormais tout débat public sur nombre de sujets. Dans toute discussion, à un moment ou à un autre, il y aura toujours un propos jugé malséant à l’égard de telle minorité, de tel groupe, de telle association. Mieux vaut donc se taire afin de ne pas tomber sous le coup de la loi. Des pans entiers de la vie publique se trouvent désormais placés sous surveillance. Tout propos public, voire privé, contraire à la doxa officielle, peut être incriminé. Pour l’instant, on est encore loin des régimes totalitaires qui, autrefois, imposaient une vérité unique, celle du Parti, celle du régime, mais on a tendance à s’y rapprocher peu à peu. En serons-nous un jour à adopter l’attitude de ces prêtres qui, il y a un siècle, au moment de la crise moderniste, préféraient ne pas penser de peur de mal penser ? 1984 serait-il plus proche qu’on ne le croit ? A ce titre, le livre de P. Nemo est un rappel nécessaire.

Philippe Nemo, La régression intellectuelle de la France, Texquis, 2011, 94 pages, 16 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.