Catégories
Histoire Recensions

La guerre du Viêt Nam : 1945 – 1975

Broché: 833 pages
Editeur : Librairie Académique Perrin (6 octobre 2011)
Langue : Français
ISBN-10: 2262033870
ISBN-13: 978-2262033873
Dimensions : 24 x 15,4 x 4,6 cm

 La guerre du Viêt Nam

Les Editions Perrin viennent de publier un ouvrage très achevé sur la guerre du Vietnam. Ce livre – ou plutôt cette masse de quelque 800 pages – est dû à la plume de l’historien américain John Prados, un auteur qui a dû consacrer des années à la rédaction d’un épais volume qui est plus qu’un ouvrage de synthèse. John Prados offre en effet des informations de première main, souvent dues aux interviews de témoins encore en vie.

La masse des informations et l’intelligence du propos sont évidentes, l’intérêt moins. La lecture piétine devant la vision d’une guerre vue seulement à hauteur d’état-major. L’accent est surtout mis sur le rôle des politiques, sur leurs rapports avec la hiérarchie militaire Les décisions politiques sont bien sûr essentielles dans la conduite d’une guerre. Ici leur importance est telle qu’elles finissent par embourber le récit et embrumer la chronologie. De plus, le conflit n’est vu qu’à travers le prisme des acteurs américains. On aurait aimé que la parole soit davantage donnée aux protagonistes vietnamiens, du Sud comme du Nord. Les opérations militaires sont trop hâtivement traitées. Le récit ne colle pas suffisamment au terrain. Si l’auteur disserte longuement sur les décisions prises à Washington, il ne dit rien de la vie du soldat au jour le jour. Rien non plus sur l’engagement et le patriotisme des Viet Cong. J. Prados décrit une guerre d’états-majors, planifiée sur cartes. Il manque l’épaisseur humaine. Comment vivaient les Nord-Vietnamiens, soumis à des bombardements continus ? Les Sud-Vietnamiens étaient-ils autant anticommunistes qu’on l’a proclamé ? Quels étaient leurs rapports avec la troupe américaine ? Quelle était la motivation des soldats du Sud dont on raconte que beaucoup désertaient ? Et la vie des paysans du Sud pelotonnés au sein des villages et hameaux stratégiques ? Et celles des paysans et ouvriers du Nord vivant dans un contexte et une économie de guerre ? Du plus grand conflit de la Guerre Froide on aurait souhaité une vision plus ardente, plus humaine, en un mot plus passionnée… Au lieu de cela, cette Guerre du Vietnam se donne à lire comme un récit certes solide, mais manquant sa cible car passant à la trappe des éléments essentiels de ce conflit particulier. Un livre au total peu décevant quand on sait l’incroyable travail de collecte d’informations réalisé par l’auteur.

John Prados, La guerre du Viêt Nam, Perrin, 2012, 813 pages, 30 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.