Catégories
Histoire Recensions

Voyage au pays des Ze-Ka

Broché: 781 pages
Editeur : Le Bruit du temps (26 octobre 2010)
Langue : Français
ISBN-10: 2358730211
ISBN-13: 978-2358730211
Dimensions : 20,4 x 13,6 x 5,4 cm

  Voyage au pays des Ze-Ka

Soljenitsyne les appelait Zek, Julius Margolin les Ze-Ka. De qui s’agit-il ? Qui se cache derrière ces quelques lettres qui sonnent curieusement ? Les Zek ou Ze-Ka, ce sont les esclaves ayant constitué l’immense armée des réprouvés du système soviétique, les centaines de milliers d’hommes qui sont allés pourrir dans l’enfer concentrationnaire du Grand Nord.  A l’origine, Julius Margolin, juif et citoyen polonais, était pourtant bien disposé à l’égard de la Russie des Soviets mais voilà, les révolutions ont l’étrange et mortifère manie de manger leurs enfants et leurs amis. En 1939, alors que la Pologne est occupée à l’ouest par les Allemands et à l’est par les Soviétiques, J. Margolin choisit ce qui lui semble le moindre mal. C’était choisir entre la peste et le choléra. Soupçonné d’être contaminé par l’Occident, il est envoyé au Goulag sans autre forme de procès. Quant aux raisons de son arrestation, elles lui demeureront mystérieuses. Comme des centaines de milliers de ses congénères, il suffit d’un rien pour qu’une vie bascule. Une conversation banale avec un étranger et vous voilà condamné à dix ans de camp. Bien sûr, on pourra toujours rétorquer que les camps soviétiques ne sont pas les usines de la mort mises au point par le III° Reich. C’est vrai mais, en même temps, la comparaison paraît spécieuse. Entre les deux systèmes concentrationnaires, la différence se résume la plupart du temps à une question de temps : la mort viendra plus lentement dans un camp communiste, le plus souvent par manque de nourriture chronique et fatigue physique. Voyage au pas des Ze-Ka constitue la lente descente aux enfers d’un intellectuel raffiné, confronté à la brutalité d’un monde quasi kafkaïen, monde où la raison n’a plus court. Dans cet univers impitoyable domine le chacun pour soi. Accablé par tant de laideur et de méchanceté, l’auteur va jusqu’au bout de lui-même, entretenant tant bien que mal la flamme de la vie pour ne pas sombrer dans le désespoir. Il y aurait beaucoup à dire sur l’égoïsme des condamnés, la cruauté des prisonniers de droit commun à l’égard des politiques ou l’indifférence des gardes à la misère des Ze-Ka mais, ce qui ressort des conditions inhumaines infligées aux prisonniers reste le travail forcé et la faim lancinante.

Voyage au pays des Ze-Ka constitue l’un des témoignages les plus bouleversants qui aient jamais été écrit sur l’enfer concentrationnaire soviétique. Une démonstration capitale et captivante et, au final, un immense livre ! A mettre au même rang que les œuvres de Soljenitsyne et Chalamov.

 

Julius Margolin, Voyage au pays des Ze-Ka, Le Bruit du Temps, 2010, 783 pages, 28 €

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.