Catégories
Histoire Recensions

La fin des terroirs

Broché: 736 pages
Editeur : Fayard/Pluriel (25 mai 2011)
Collection : Grand Pluriel
Langue : Français
ISBN-10 : 2818501296
ISBN-13 : 978-2818501290
Dimensions : 19,9 x 3,8 x 13,5 cm

  La fin des terroirs

Vivent les Editions Fayard/Pluriel qui ont eu l’excellente idée de rééditer le formidable classique qu’est devenu La fin des terroirs, de l’Américain Eugen Weber, ouvrage qui relate le passage de la France d’autrefois au pays moderne forgé par l’irruption rapide du progrès technique. A la lecture de cet ouvrage passionnant, on imagine sans peine la vitesse phénoménale avec laquelle notre pays est passé d’une civilisation à une autre : c’est seulement en quelques décennies qu’il a quitté la civilisation rurale et paroissiale d’autrefois pour entrer de plain-pied dans la modernité. La révolution industrielle, la Première Guerre mondiale, les progrès matériels et scientifiques sans fin ont bouleversé le mode de vie des Français. Naguère société de paysans et de ruraux, la France est devenue, en à peine un siècle, le premier pays d’Europe en matière d’établissements de grandes surfaces. Pas étonnant qu’une telle marche forcée continue à laisser des traces, la nostalgie des uns côtoyant le désir obsessionnel de consommation des autres. Le rythme stupéfiant de ce changement constitue sans doute la première cause d’atomisation de la nation. Si aujourd’hui les Français peinent à faire société, la raison est sans doute à chercher dans cette brusque rupture avec la culture et la vie d’autrefois.

A travers la trentaine de chapitres qu’égrène l’ouvrage, le lecteur est saisi par l’ampleur du changement. Eugen Weber multiplie les exemples attestant combien fut puissant le passage du monde rural, vivant à un rythme lent et fermé sur lui-même, à la société moderne.  Sait-on qu’avant 1900 beaucoup de Français ne parlent pas français, mais usent couramment du patois ? Que beaucoup de nos routes n’existent pas encore et que le moindre déplacement se fait à pied ou, au mieux, à cheval ? Que religion, coutumes et croyances magiques coexistent dans un monde qui n’a pas idée du désenchantement qui bientôt le frappera ? Ce monde – la France d’autrefois –, en même temps qu’il voit fleurir querelles de clochers et bagarres idéologiques sait se retrouver pour faire société, lors des fêtes de villages ou, comme en hiver, lors des veillées. Grâce à des sources diverses et nombreuses, Eugen Weber est parvenu au mieux à donner du relief à ce monde disparu.

Un travail de recherche et de synthèse extrêmement abouti… et très agréable à lire !

 

Eugen Weber, La fin des terroirs, Pluriel, 2010, 717 pages, 16.20 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.