Catégories
Histoire Recensions

La bataille des trois empires : Lépante, 1571

Broché: 684 pages
Editeur : Flammarion (29 août 2012)
Collection : Au fil de l’histoire
Langue : Français
ISBN-10: 2081229528
ISBN-13: 978-2081229525
Dimensions : 24,4 x 15,6 x 4,6 cm

 La bataille des trois empires

            Les grands historiens sont souvent d’exceptionnels conteurs. C’est le cas d’Alessandro Barbero, auteur de plusieurs ouvrages marquants, dont un retentissant Waterloo. Cette bataille des trois empires est l’histoire de la campagne militaire et diplomatique qui opposa des puissances chrétiennes à l’Empire ottoman et qui aboutit à la bataille de Lépante. Ce jour d’octobre 1571, la flotte combinée regroupant les galères espagnoles, pontificales, génoises et vénitiennes fut opposée, en un combat dantesque, à la flotte du sultan. Cette gigantesque bataille était loin de mettre un terme à la menace ottomane mais, après maints revers, les puissances occidentales parvenaient enfin à freiner l’irrésistible progression de l’islam turc. Dans le monde catholique l’événement fut fêté et magnifié. Dans maintes églises espagnoles et vénitiennes, des tableaux commémorent l’événement.

Le récit d’A. Barbero est suffisamment ample pour donner à penser que Lépante fut autre chose qu’une simple bataille entre empires et religions : christianisme contre islam. Il faut plutôt voir l’affrontement à grande échelle de deux impérialismes : le sultan Sélim contre Philippe II d’Espagne, allié au pape Pie V et au doge de Venise. Les frontières ne sont pas aussi étanches que l’on croit et A. Barbero, remettant les faits en perspective, relativise de nombreuses images d’Epinal. L’Empire turc n’est pas aussi puissant qu’on imagine : il est perpétuellement à cours d’hommes. Les puissances chrétiennes sont divisées : en lutte contre l’Empire (la Maison d’Autriche), la France, depuis François 1er, s’est faite une alliée de la Sublime Porte. Quant à l’Eglise d’orthodoxe et aux chrétiens d’Orient ils ne sont pas aussi favorables que cela aux chrétiens occidentaux. Il n’est pas rare pour eux de préférer la férule turque à la main de fer des seigneurs occidentaux. Comme quoi les mouvements de l’Histoire sont souvent compliqués dès lors qu’on gratte le vernis. Quant à la bataille elle-même, qui n’occupe qu’un chapitre, elle prouvait de façon décisive que les armées occidentales étaient en train de prendre une avance décisive sur leurs rivales orientales. Il y avait longtemps que les « économies monde », chères à Fernand Braudel, avaient glissé de l’Orient vers l’Occident.

Alessandro Barbero, La bataille des trois empires – Lépante, 1571, Flammarion, 2012, 684 pages, 29 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.