Catégories
Histoire Recensions

Hitler et la France

Broché : 429 pages
Editeur : PERRIN (4 septembre 2014)
Langue : Français
ISBN-10 : 2262039631
ISBN-13 : 978-2262039639
Dimensions : 24 x 2,9 x 15,5 cm

 Hitler et la France

Dans Mein Kampf, Adolf Hitler n’a jamais fait mystère de ce qu’il pensait de la France et du sort qu’il lui réservait si un jour elle devait finir vaincue par la puissance germanique. De la France Hitler admire l’architecture du Grand Siècle et le génie militaire de Napoléon. En tant qu’ancien combattant du front des Flandres durant la Première Guerre mondiale, il conserve de la considération pour ceux qui ont vécu dans les tranchées, de quelque bord qu’ils fussent. Pour le reste, s’agissant de la France, il n’a jamais fait mystère de son mépris d’une puissance qu’il tient pour dégénérée. Voilà la pensée que l’auteur prête à Hitler : « La France, par sa tradition coloniale, est la pourvoyeuse des « races inférieures » en Europe. » (p. 24). Avec son esprit mégalomaniaque, il la juge « enjuivée », soumise à des politiciens véreux, envahie par des hordes d’apatrides qu’il appelle « métèques ». Bref, en plus d’être un ennemi héréditaire, la France est aux yeux du maître du III° Reich un pays qui compte pour presque rien et qui doit son prestige à sa seule renommée passée. Il est vrai que la monumentale défaite de mai-juin 1940 donne raison à Hitler : en un mois, l’armée que l’on croyait la plus puissante de la coalition alliée est rayée de la carte, le pays envahi, l’Etat annihilé. Plusieurs considérations retiennent Hitler quant à sa volonté d’occuper totalement le pays : le sort de la flotte, la quatrième du monde, et le désir de faire de la France soumise un partenaire de choix dans la carte de l’Europe nouvelle que ses armées dessinent. L’entrevue de Montoire, entre Hitler et Pétain, laisse deviner l’Europe souhaitée par le premier : un ensemble de peuples et de gouvernements asservis devant apporter leur contribution à la lutte implacable menée à l’est contre l’Union Soviétique. La collaboration s’avéra au final un jeu de dupes, un pillage monumental qui, s’il avait duré, aurait ramené la France au rang d’une puissance de second ordre.

Spécialiste reconnu de la Seconde Guerre mondiale, Jean-Paul Cointet donne un récit remarquablement étayé, une évocation sobre et suggestive de ce qu’aurait été l’Europe si l’Allemagne nazie avait gagné la guerre.

 

Jean-Paul Cointet, Hitler et la France, Perrin, 2014, 429 pages, 23.90 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.