Catégories
Portraits Recensions

Les grandes figures de la droite

Broché : 416 pages
ISBN-10 : 2262088101
ISBN-13 : 978-2262088101
Éditeur : Perrin (3 septembre 2020)
Langue : Français
Dimensions : 15.5 x 3.5 x 24 cm

Une vingtaine de contributeurs, réunis par Jean-Christophe Buisson et Guillaume Tabard, racontent les grandes figures de la droite, de 1789 à nos jours, de Rivarol à Nicolas Sarkozy. Les portraits sont enlevés, insistant sur l’originalité de ces différents parcours. Les articles de fin de volume semblent plus parlants ; il ne faut pas s’en étonner car il s’agit de personnages contemporains, évidemment plus familiers que Chateaubriand ou Tocqueville. Etrangement, certains parcours disent beaucoup de ce qui différencie droite et gauche. Les gens de gauche sont tout fiers de se de dire de gauche et jamais il n’aurait idée de mettre leur drapeau dans la poche. Au contraire, appartenir à la droite semble toujours un peu honteux ; « Je suis à droite mais, chut ! Il ne faut pas le dire. » Pour tout dire, on peut sous cet angle s’interroger sur la présence dans le livre de certains politiques qui, bien qu’appartenant théoriquement à la droite, ont appliqué une politique davantage centriste, quand elle n’était pas carrément de gauche.

Jean-Christophe Buisson & Guillaume Tabard (sous la dir. de), Les grandes figures de la droite, Perrin, 2020, 408 pages, 22 €

L’extrait : « Entre de Gaulle et Giscard, il y a toute l’étendue qui sépare la France telle qu’elle se rêve et la France telle qu’elle est. » (p. 358)

Catégories
Recensions

Assassinés

Broché: 357 pages
Editeur : Librairie Académique Perrin (24 janvier 2013)
Langue : Français
ISBN-10: 2262036500
ISBN-13: 978-2262036508
Dimensions : 24 x 15,4 x 3,6 cm

  Assassinés

Journaliste au Figaro Magazine, Jean-Christophe Buisson a pris le parti de relater quinze assassinats qui ont fait l’histoire. Certains sont très connus, comme l’assassinat de Jules César ou de l’héritier du trône de l’Autriche-Hongrie, François-Ferdinand. D’autres le sont beaucoup moins. Le public ne sait ordinairement pas grand-chose des meurtres d’Abraham Lincoln ou de Patrice Lumumba. Il ne faut guère chercher de relations entre chacun des quinze car les situations et les types d’assassinat sont très variés. Certains concernent des dynastes (Henri III, Nicolas II), d’autres des présidents (Lincoln, Sadate), des chefs de gouvernement (Dollfuss, Indira Gandhi). Tous concernent des personnalités politiques victimes de services de sécurité incompétents. Tous montrent aussi – et l’auteur a bien raison d’insister là-dessus – la grandeur avec laquelle ces hommes et femmes d’Etat ont su tirer leur révérence.

Très plaisant à lire, Assassinés fait penser à la grande époque de l’Histoire en France, celle où des Decaux et Castelot popularisaient leur passion. Le livre de Jean-Christophe Buisson porte la marque de ces livres qu’on a du mal à lâcher, tout simplement parce que l’auteur a réussi à se faire oublier et à concentrer l’attention du lecteur sur des histoires dramatiques qui ne relèvent pas du roman ou de la science-fiction. Voilà, semble dire l’auteur, des faits bruts, voilà comment les choses se sont passées. C’est bien ce que l’on demande à un livre d’histoire. Pas besoin d’en tirer on ne sait quelle conclusion, juste des faits, seulement des faits. Ce livre appelle une suite tant les assassinats célèbres sont légion. Deux noms viennent spontanément à l’esprit : Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry assassiné sur l’ordre du roi Henri II et, beaucoup plus proche, Alexandre de Yougoslavie, abattu en 1934 à Marseille.
Une seule remarque négative : Pourquoi à tout prix vouloir faire de César l’empereur qu’il n’a jamais été ?

Jean-Christophe Buisson, Assassinés, Perrin, 2013, 357 pages, 21 €