Catégories
Histoire Recensions

Henri VIII et le schisme anglican

Broché: 190 pages
Editeur : Cerf (15 mars 2012)
Collection : Histoire
Langue : Français
ISBN-10: 2204096911
ISBN-13: 978-2204096911
Dimensions : 23,4 x 14,4 x 1,6 cm

 Henri VIII et le schisme anglican

La communion anglicane regroupe des dizaines d’Eglises de par le monde ; toutes sont issues du conflit qui opposa le roi Henri VIII à la papauté. Ici deux thèses s’affrontent. Le schisme anglican est-il la suite, le corollaire de l’expansion de la Réforme née avec Luther dans l’Allemagne du début du XVI° siècle  ou, plus simplement, la conséquence des péripéties d’ordre sentimental liée à la vie du souverain anglais ? A défaut de privilégier l’une au détriment de l’autre, Aimé Richardt unit les deux dans un subtil mélange. Les débuts de cette affaire relèvent uniquement de la vie sentimentale du roi Henri qui, en épousant Catherine d’Aragon, sa première épouse, a fait un mariage politique. Mais c’est par amour qu’il épouse Anne Boleyn et trois de ses quatre autres épouses. Quand un roi divorçait d’une princesse étrangère, cas de Catherine d’Aragon, il n’était guère pensable de lui couper la tête en cas de difficulté : c’eut été un cas de casus belli. Faire exécuter les épouses anglaises s’avérait par contre plus facile, d’autant que cela avait pour avantage de faire savoir aux puissants du royaume que le roi était bien le maître. La volonté d’Henri de faire annuler le mariage qu’il avait contracté avec Catherine d’Aragon engendra la rupture fatale. Malgré un lobbying entreprenant, Henri VIII ne parvint pas à faire plier le pape Clément VII lequel, pour sa part, persistait à considérer ce mariage comme étant canoniquement valide. Ce qu’Henri prenait pour un refus obstiné n’était en fait, chez le pape, que la volonté d’appliquer la loi de l’Eglise. Quoiqu’il en soit, face à la résistance qu’on lui opposait, le roi prit en son royaume une liste impressionnante de mesures destinées  à briser le catholicisme. La disparition de la vie monastique en Angleterre date de cette époque. Ces mesures coercitives devaient immanquablement amener le roi à prendre la tête de l’Eglise d’Angleterre. En dépit d’un retour bref du catholicisme avec la reine Marie Tudor, la reine Elisabeth I° (la « Grande Elizabeth ») parvint à asseoir définitivement l’indépendance de l’Eglise d’Angleterre. La doctrine du juste milieu chère à Henri triomphait.

En moins de deux cents pages, Aimé Richardt parvient à dresser un tableau aussi complet que précis des conséquences politiques et religieuses nées de l’entêtement et de la fougue d’Henri VIII. Très éclairant.

Aimé Richardt, Henri VIII et le schisme anglican, Le Cerf, 2012, 192 pages, 19 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.