Catégories
Biographies Recensions

Eugène cardinal Tisserant, 1884-1972

Broché: 716 pages
Editeur : Desclée de Brouwer (14 avril 2011)
Collection : PAGE D HISTOIRE
Langue : Français
ISBN-10: 2220062988
ISBN-13: 978-2220062983
Dimensions : 23,4 x 15 x 5 cm

 Eugène cardinal Tisserant, 1884-1972

L’énorme biographie qu’Etienne Fouilloux vient de consacrer au cardinal Tisserant nous fait souvenir, à nous Français, qu’il y a peu, des Français vivaient dans l’entourage du pape. Eugène Tisserant, prêtre du diocèse de Nancy, appelé à Rome en 1908, y demeurera jusqu’à sa mort, en 1972. Entre temps, il avait exercé plusieurs charges dont celles, éminentes, de responsable de la Bibliothèque vaticane puis de Préfet de la Congrégation des Eglises orientales.

Dès les premières pages, on est frappé par la précocité du jeune nancéen. Ordonné prêtre à 23 ans, Eugène Tisserant passe déjà pour un spécialiste des langues orientales anciennes. Il se construit une notoriété qui lui vaut, un an plus tard, de s’occuper des manuscrits orientaux à la Bibliothèque vaticane. A Rome, malgré certaines jalousies, il réussit à se tailler une belle carrière dont le point d’orgue sera la dignité de doyen du Sacré Collège.

Etienne Fouilloux a bâti son ouvrage à partir des milliers de lettres qu’en soixante ans de vie très active Eugène Tisserant expédia à travers le monde,  en France notamment. Quoique résidant à Rome, il restait en effet très attaché à sa terre lorraine et conservait beaucoup d’attachement à l’égard de ses maîtres et amis prêtres qu’il avait côtoyés dans sa jeunesse. S’il n’a pas publié les ouvrages que le public était en droit d’attendre de la part de ce fort en langues, le cardinal Tisserant était un homme de l’ancienne école : il passait beaucoup de temps à sa correspondance. Grâce à cette dernière nous en savons désormais plus de la personnalité de celui qui, lors du concile Vatican II, passait pour un conservateur notoire, un obstiné défenseur des prérogatives de la Curie. Le beau travail d’E. Fouilloux permet de dresser un portait fidèle du cardinal Tisserant, loin du réactionnaire buté que certaines relations se sont imaginées à susciter. Bourreau de travail, soucieux du niveau spirituel, moral et intellectuel du clergé, négociateur chevronné, Tisserant se dévoua corps et âme à la primauté et au prestige du Saint-Siège. Ce dévouement était loin d’être aveugle. Tisserant fut enfin un pasteur exemplaire, attentif aux besoins du diocèse suburbicaire dont Pie XII lui avait confié la charge. Partisan des nouvelles méthodes exégétiques, il percevait bien le renouveau dont l’Eglise avait besoin au milieu du siècle ; c’est à tort qu’une certaine critique en a fait un adversaire du renouveau conciliaire. Sa vive intelligence et son amour de l’Eglise le poussaient, quand il le fallait, à contrecarrer l’immobilisme des milieux romains. E. Fouilloux ne nous épargne pas les dernières années du cardinal, poussé vers la sortie alors que sa santé demeurait bonne. Son éviction de la Congrégation pour les Eglises orientales, sa mise à la retraite comme évêque du diocèse de Porto et Santa Rufina assombrirent les dernières années de ce grand serviteur de l’Eglise.

Le Tisserant d’Etienne Fouilloux est véritablement un modèle de biographie.

Etienne Fouilloux, Eugène cardinal Tisserant, 1884-1972. Une biographie, Desclée de Brouwer, 2012, 712 pages, 39 €

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.