Catégories
Actualités Recensions

C’est la culture qu’on assassine

Broché: 284 pages
Editeur : Balland (13 janvier 2011)
Collection : DOCUMENT
Langue : Français
ISBN-10: 2353150985
ISBN-13: 978-2353150984
Dimensions : 20,2 x 13,4 x 2,2 cm

 C’est la culture qu’on assassine

Avec un titre aussi alléchant  on aurait pu s’attendre à une œuvre qui fasse date. L’auteur est facile à lire, cultivé en diable et n’a pas la langue dans sa poche. Quand il pense qu’une œuvre ne vaut pas un clou, il le dit. Bien sûr, ce petit livre rondement mené ne se lit pas sans plaisir. Il n’en reste pas moins qu’on en attendait davantage. Pour partie, la faute incombe à la conception même de l’ouvrage ; il n’est pas évident, en effet, de réunir des articles déjà publiés sur un blog personnel. La mayonnaise a du mal à prendre. A une certaine hétérogénéité se conjugue les goûts de Pierre Jourde pour des auteurs qu’il est à peu près le seul à connaître. On peut concevoir l’élitisme en culture, à condition toutefois de ne pas décourager les bonnes volontés, les préférences de l’auteur allant à des écrivains qu’une bonne partie du public cultivé n’est pas certaine de connaître. Manque d’unité, choix discutables… Mais, pour le reste, les coups de griffe que lance Pierre Jourde à la culture contemporaine – ou, pour être plus précis, à ce qui en tient lieu – sont réjouissants. Comment ne pas l’approuver lorsqu’il demande ce qu’est devenue la culture : « Ce qui est dramatique, c’est la disparition de la culture populaire au profit du divertissement de masse » (p. 143) ? De même suivrons-nous l’auteur quand il s’inquiète de ce que, au nom du politiquement correct, il devient quasiment impossible aux critiques de faire correctement leur travail, dans la mesure « où le soupçon pèse systématiquement sur toute critique non positive » (p. 213). Entre happy few des mêmes expositions et mêmes rentrées littéraires, il convient de se décerner les brevets de respectabilité qui permettront d’assurer des ventes correctes.

Dans un monde où tout est jaugé à l’aune de l’utilitarisme, a-t-on besoin de la culture ? La question vaut d’être posée tant la culture est devenue un objet de consommation comme un autre. Or, dit l’auteur, être homme consiste à se passionner pour l’inutile. La culture ouvre à la beauté et à l’intelligence, et peu importe qu’elle soit considérée comme inutile. Comme l’écrivait Théophile Gautier dans la préface de Mademoiselle de Maupin : « L’endroit le plus utile d’une maison, ce sont les latrines ».

Pierre Jourde, C’est la culture qu’on assassine, 2011, Balland, 285 pages, 18.90 €

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.