Un an dans la vie d’une forêt

Poche : 366 pages
Editeur : Flammarion (9 mars 2016)
Collection : Libres champs
Langue : Français
ISBN-10 : 2081375656
ISBN-13 : 978-2081375659
Dimensions : 17,8 x 1,5 x 10,9 cm

 Un an dans la vie d’une forêt

A l’instar des moines bouddhistes qui cherchent à contempler l’univers à partir d’un cercle de terre ou de sable appelé mandala, le biologiste américain David Haskell a voulu observer, au cœur de la forêt des Appalaches, à l’est des Etats-Unis, un mètre carré de verdure. Il a été poussé à faire cette expérience parce qu’il était convaincu « que l’écosystème forestier tout entier est visible sur une parcelle de la taille d’un mandala » (p. 8). Oui, il est possible, quand on est biologiste de chercher à comprendre une forêt par la contemplation d’un arbre ou d’un caillou, le vol d’un rapace, le ballet d’un écureuil. Tout devient objet d’examen, d’observation… et d’étonnement : la danse amoureuse des escargots, hermaphrodites comme chacun sait, le travail des fourmis, la gourmandise de ces milliards de minuscules insectes qui dévorent les feuilles tombées des arbres en automne, la façon dont les plantes se protègent d’un froid trop intense ou d’une brusque sécheresse… L’observation est ici d’une finesse et d’une méticulosité incroyables. Alors que le commun ne voit dans une salamandre qu’un animal, certes utile mais peu ragoutant, le biologiste s’extasie sur son système respiratoire, lequel permet à la salamandre (qui respire par la peau) « de se colleter avec ses proies sans devoir s’arrêter pour respirer. » (p. 68) L’architecture d’un arbre donne l’idée à l’auteur de voir quelles sont les ramilles qui, dans la courses qu’elles se livrent pour gagner de la lumière, échapperont à la mort. Mêmes les herbes les plus menues et les mousses les plus insignifiantes deviennent un objet d’étude. Dans le vaste théâtre de la nature, rien n’est là par hasard. Tout, y compris ce qui semble négligeable et infime, a son importance.

Hymne à la nature empli de poésie, remarquablement écrit et traduit, Un an dans la vie d’une forêt fait toucher du doigt la prodigieuse richesse et inventivité de la Création. Ce livre devrait être sur la table de chevet de tous ceux qui voient dans le progrès à tout crin la destinée ultime de l’espèce humaine. Notre avenir, dit D. Haskell, réside dans une communion étroite de l’homme avec la nature. Sachons la protéger ; il n’existe pas de terre de rechange.

 

David G. Haskell, Un an dans la vie d’une forêt, Champs Flammarion, 2016, 367 pages, 9€

 

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.