Catégories
Histoire Recensions

Le bonheur était pour demain

Poids de l’article : 400 g
Broché : 384 pages
ISBN-13 : 978-2021388619
Éditeur : Le Seuil (18 avril 2019)
Langue : Français
Dimensions : 14.2 x 2.2 x 19.1 cm

Pourquoi le toujours plus, cette fuite en avant dans le matérialisme et le consumérisme alors que nous peinons à nous satisfaire des joies les plus simples ? A la manière de J.-J. Rousseau, P. Bihouix propose dix promenades, ce qu’il appelle « les rêveries d’un ingénieur solitaire ». La pointe du propos vise avant tout à mettre en perspective les paradoxes nés de la volonté de l’homme d’asservir la terre à ses projets prométhéens. Nous souhaitons le bonheur, ici et maintenant, mais un bonheur passant essentiellement par les objets et la consommation. Le bonheur est possible, semble dire l’auteur, mais jamais il ne ressemblera à ce que l’on voudrait qu’il soit. Il ne sera pas dans le déferlement des objets connectés, dans l’homme augmenté et l’accélération permanente ; il faudra le chercher dans « la lenteur, la douceur, le silence, la grâce de l’ennui parfois, si nécessaire aux enfants pour se construire, des moments simples, toutes choses disparues ou presque, dans un environnement toujours plus artificialisé, climatisé, motorisé et numérisé. » (p. 355)  Dans le cadre d’un monde fini, le temps est venu de réfléchir à une nouvelle utopie, à condition toutefois que nos efforts d’innovation servent à autre chose qu’au profit immédiat.

Philippe Bihouix, Le bonheur était pour demain, Seuil, 2019, 371 pages, 19€

L’extrait : « Il est à craindre que plus l’environnement se dégradera, plus les tensions sociales s’exacerberont et plus les annonces d’un monde meilleur se succéderont… » (p. 143)

Catégories
Recensions Religion

Comment notre monde a cessé d’être chrétien

Broché : 288 pages
Editeur : Le Seuil (1 février 2018)
Collection : La Couleur des idées
Langue : Français
ISBN-10 : 2021021297
ISBN-13 : 978-2021021295
Dimensions : 14,1 x 2 x 20,6 cm

Du concile Vatican II et de ses suites, il ne pouvait, jusqu’à présent, s’agir que d’un monde en blanc ou en noir. Conciliaire, on ne trouvait au concile et à ses suites que des mérites ; traditionaliste, on jugeait avec mépris ses imprudences. En historien et en sociologue, Guillaume Cuchet donne du concile une nouvelle approche. Autant il juge qu’il a été nécessaire, autant il pense que l’analyse de ses fruits a été biaisée. Dans une première partie, l’auteur dresse l’état de l’Eglise dans la France de l’après-guerre à partir de l’enquête sociologique réalisée par le chanoine Fernand Boulard ; le taux de pratique se situe alors autour de 45 %. 1965, l’année de la dernière session du concile, marque selon l’auteur le début de l’effondrement dans lequel l’Eglise se débat encore. Au-delà des dates et du constat, ce qui attire l’attention dans le livre de G. Cuchet est l’examen qu’il fait des causes de la rupture. Insistons : chez lui, pas de critique quant à la nécessité du concile ainsi qu’à l’égard des textes. Ce sont plutôt les facteurs psychologiques qui ont joué. Avec un niveau d’exigence orienté à la baisse, une mise en sourdine de la pastorale des fins dernières et la désinstallation d’un système séculaire, le contrecoup allait être inéluctable. Comme l’écrit l’auteur, « la sortie de la culture de la pratique obligatoire sous peine de péché mortel a joué un rôle capital » (p. 213)

Guillaume Cuchet, Comment notre monde a cessé d’être chrétien, Seuil, 2018, 283 pages, 21€

L’extrait : « J’aurais tendance à dire personnellement que le concile a non pas provoqué la rupture (en ce sens qu’elle n’aurait pas eu lieu sans lui), mais qu’il l’a déclenchée tout en lui donnant une intensité particulière. » (p. 272)

Catégories
Actualités Recensions

Le désastre de l’école numérique : Plaidoyer pour une école sans écrans

Broché : 230 pages
Editeur : Seuil (25 août 2016)
Collection : DOCUMENTS (H.C)
Langue : Français
ISBN-10 : 2021319180
ISBN-13 : 978-2021319187
Dimensions : 20,5 x 1,2 x 14,1 cm

 Le désastre de l’école numérique

Si, responsable politique ou enseignant, vous avez opté pour l’extension du domaine de l’écran à l’école, mieux vaut passer votre chemin car ce livre est de nature à enlever toutes vos illusions sur l’apport du numérique dans les écoles, ordinateurs et tablettes tactiques en tête. Les auteurs ne sont pas technophobes. Simplement, ils n’arrivent pas à comprendre la façon dont responsables politiques et pédagogues ont pu foncer tête baissée dans le piège tendu par ce mistigri (veau d’or) qui porte le doux nom de progrès. Sous prétexte de rattraper un retard qui n’existe pas, ils imaginent que, par magie, l’arrivée massive des technologies de l’information et de la communication dans les salles de classe va régler les problèmes dans lesquels se débat l’Education nationale. Adeptes du changement pour le changement, du progrès pour le progrès, ils sont prêts à s’en remettre entièrement à la technologie, s’illusionnant sur les capacités de cette dernière à remettre à flot un bateau qui fait eau de toutes parts. Au terme de ce livre passionnant et bien ficelé, la défense de la technologie appliquée à l’école perd toute pertinence. En de courts chapitres, Philippe Bihouix et Karine Mauvilly dressent le procès des écrans appliqués à l’école. Là-bas, dans les pays où l’on exploite les métaux rares nécessaires à leur fabrication : désastre environnemental, pillage de ressources rares, exploitation de travailleurs pauvres… Ici, chez les élèves, sommeil rare et de mauvaise qualité, perte du sens de l’effort et de la culture de la mémoire, risque d’exposition aux champs électro-magnétiques, dissolution du lien professeur – élèves, creusement du défit commercial, création d’emplois nulle, appauvrissement du vocabulaire et des connaissances, etc. Bref, on ne voit pas, après cela, ce qu’il y a à sauver d’une entreprise qui porte en germe infiniment plus d’inconvénients que d’avantages. Bill Gates et ses amis de la côte ouest peuvent nous dire merci.

 

Philippe Bihouix & Karine Mauvilly, Le désastre de l’école numérique, Seuil, 2016, 236 pages, 17€

Catégories
Actualités Recensions

Un silence religieux : La gauche face au djihadisme

Broché : 208 pages Editeur : SEUIL (7 janvier 2016) Collection : H.C. ESSAIS Langue : Français ISBN-10 : 2021298396 ISBN-13 : 978-2021298390 Dimensions : 20,5 x 2 x 14 cm
Broché : 208 pages
Editeur : SEUIL (7 janvier 2016)
Collection : H.C. ESSAIS
Langue : Français
ISBN-10 : 2021298396
ISBN-13 : 978-2021298390
Dimensions : 20,5 x 2 x 14 cm

 Un silence religieux

Depuis les attentats parisiens de l’an passé, combien de fois n’avons-nous pas entendu cette ritournelle : « Ca n’a rien à voir avec l’islam » ? Une partie notable de la gauche a tout fait pour dénoncer par avance tout lien, aussi ténu fut-il, entre l’islam et les terroristes de Charlie Hebdo et du Bataclan. Or, corrige Jean Birnbaum, il faut le dire haut et fort : tout cela a à voir avec l’islam ! Tout bonnement parce que les terroristes se réclament de l’islam, même s’il s’agit d’une version dévoyée ; et ensuite parce qu’il se trouve que, sur la planète, l’islam génère beaucoup d’excès terroristes. Si l’énorme majorité des musulmans ne se sent en rien solidaire des djihadistes, il n’en reste pas moins que ces derniers n’ont de cesse d’appeler au retour de l’islam des origines. C’est bien l’islam qui est concerné, non le judaïsme ou le christianisme ! L’auteur reproche à la gauche de s’aveugler par idéologie et par esprit de repentance. Bien des gens de gauche n’osent pas voir ce qu’ils voient parce qu’ils sont habités par un sentiment de culpabilité. La conséquence en est le vaste déni dont la religion continue à être l’objet : on explique le terrorisme par des causes de nature économique et sociale, jamais religieuse. Les Kouachi et autres Coulibali sont traités de barbares et de psychopathes, des qualificatifs qui permettent d’écarter toute référence à la foi. Le fait majeur, explique l’auteur, « c’est la réticence qui est la nôtre, désormais, à envisager la croyance religieuse comme causalité spécifique, et d’abord comme puissance politique : on adhère spontanément aux explications sociales, économiques ou psychologiques ; mais la foi, personne n’y croit. » (p. 23) Il faut croire que le réel du croyant n’est pas le même que celui de l’homme politique ou du journaliste. La foi conserve un pouvoir de mobilisation que la laïcité – ou, parfois, le laïcisme – ne permet plus de voir. En revisitant la guerre d’Algérie et la pensée marxiste, Jean Birnbaum offre une explication pertinente à un phénomène qui se généralise et dont l’essentiel tient en la confrontation brutale entre l’humanisme socialiste et le fondamentalisme islamiste. Passionnant !

 

Jean Birnbaum, Un silence religieux : La gauche face au djihadisme, Seuil, 2016, 234 pages, 17€

 

 

Catégories
Recensions Religion

Un silence religieux

Broché : 208 pages
Editeur : SEUIL (7 janvier 2016)
Collection : H.C. ESSAIS
Langue : Français
ISBN-10 : 2021298396
ISBN-13 : 978-2021298390
Dimensions : 20,5 x 2 x 14 cm

 Un silence religieux

Depuis les attentats parisiens de l’an passé, combien de fois n’avons-nous pas entendu cette ritournelle : « Ca n’a rien à voir avec l’islam » ? Une partie notable de la gauche a tout fait pour dénoncer par avance tout lien, aussi ténu fut-il, entre l’islam et les terroristes de Charlie Hebdo et du Bataclan. Or, corrige Jean Birnbaum, il faut le dire haut et fort : tout cela a à voir avec l’islam ! Tout bonnement parce que les terroristes se réclament de l’islam, même s’il s’agit d’une version dévoyée ; et ensuite parce qu’il se trouve que, sur la planète, l’islam génère beaucoup d’excès terroristes. Si l’énorme majorité des musulmans ne se sent en rien solidaire des djihadistes, il n’en reste pas moins que ces derniers n’ont de cesse d’appeler au retour de l’islam des origines. C’est bien l’islam qui est concerné, non le judaïsme ou le christianisme ! L’auteur reproche à la gauche de s’aveugler par idéologie et par esprit de repentance. Bien des gens de gauche n’osent pas voir ce qu’ils voient parce qu’ils sont habités par un sentiment de culpabilité. La conséquence en est le vaste déni dont la religion continue à être l’objet : on explique le terrorisme par des causes de nature économique et sociale, jamais religieuse. Les Kouachi et autres Coulibali sont traités de barbares et de psychopathes, des qualificatifs qui permettent d’écarter toute référence à la foi. Le fait majeur, explique l’auteur, « c’est la réticence qui est la nôtre, désormais, à envisager la croyance religieuse comme causalité spécifique, et d’abord comme puissance politique : on adhère spontanément aux explications sociales, économiques ou psychologiques ; mais la foi, personne n’y croit. » (p. 23) Il faut croire que le réel du croyant n’est pas le même que celui de l’homme politique ou du journaliste. La foi conserve un pouvoir de mobilisation que la laïcité – ou, parfois, le laïcisme – ne permet plus de voir. En revisitant la guerre d’Algérie et la pensée marxiste, Jean Birnbaum offre une explication pertinente à un phénomène qui se généralise et dont l’essentiel tient en la confrontation brutale entre l’humanisme socialiste et le fondamentalisme islamiste. Passionnant !

 

Jean Birnbaum, Un silence religieux, Seuil, 2016, 234 pages, 17€

Catégories
Actualités Recensions

Qui est Charlie ?

Broché : 252 pages
Editeur : Seuil (5 mai 2015)
Collection : H.C. ESSAIS
Langue : Français
ISBN-10 : 202127909X
ISBN-13 : 978-2021279092
Dimensions : 13,6 x 1,7 x 20,3 cm

 Qui est Charlie ?

La réaction de l’historien et sociologue Emmanuel Todd aux grandes manifestations qui ont suivi les attentats contre Charlie Hebdo a déjà fait couler beaucoup d’encre. Il est vrai que, pour séduisante que paraisse sa thèse, elle est sujette à controverse. La « sociologie de la crise religieuse » (j’aurais plutôt dit « a-religieuse » en ce qu’elle concerne un pays sécularisé à l’extrême mais dont certains référents demeurent ancrés dans l’histoire religieuse) entreprise par Emmanuel Todd mérite examen. L’auteur voit dans les manifestations de masse du 11 janvier dernier, d’après lui porteuses de conformisme et d’islamophobie, la trace d’une sorte de continuité historique. S’appuyant sur des enquêtes et des cartes, E. Todd tente de démontrer que c’est la France de la périphérie, héritière de la culture catholique, portée sur les inégalités sociales et économiques, qui a apporté un soutien massif à la République. Autrement dit, la France provinciale et jadis catholique (E. Todd nomme cette permanence de « catholicisme zombie», un catholicisme dont il ne reste que quelques traces culturelles mais qui continue d’agir sur les consciences) a rejoint les bobos et une partie de la gauche socialiste pour défendre les acquis d’une République méfiante à l’égard de ses minorités sociales et religieuses. Si cette thèse paraît fortement étayée, elle offre également de sérieuses déficiences. En effet, pour séduisante qu’elle paraisse, elle est fragile par sa volonté de systématiser ce qui ne saurait l’être. A cet égard il est ennuyeux que les cartes proposées offrent, par leurs nombreuses exceptions, de solides résistances à la thèse que développe le sociologue. Le problème ne tiendrait-il pas au fait qu’E. Todd tente d’ancrer sa démonstration dans une réalité historique qui n’a plus cours ? Un tableau de la France religieuse du début du XX° siècle, par exemple, n’offre plus guère de points de comparaison avec celui d’aujourd’hui. Nous avons changé de monde et la France d’aujourd’hui n’a plus la même figure que celle d’autrefois. Tout se passe comme si l’auteur ne voulait pas prendre en compte ces changements, vertigineux à l’échelle d’une nation et des quelques décennies passées. Facile à lire, Qui est Charlie ? possède les défauts de ses qualités. Dans son désir de généraliser une théorie séduisante, E. Todd s’est laissé piégé. Vous avez beau secouer un récipient contenant de l’eau et de l’huile ; à la fin jamais ils ne se mélangent.

 

Emmanuel Todd, Qui est Charlie ?, Seuil, 2015, 243 pages, 18€