Catégories
Actualités Recensions

La stricte observance

Éditeur ‏ : ‎ Gallimard (11 octobre 2018)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 128 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2072821126
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2072821127
Poids de l’article ‏ : ‎ 100 g
Dimensions ‏ : ‎ 11.7 x 1.1 x 18.5 cm

Bien qu’athée, Michel Onfray s’inquiète du déclin de la civilisation judéo-chrétienne. De la même façon que les jugements péremptoires sur l’Eglise et le christianisme l’ont quitté, il a affiné son jugement sur la tradition intellectuelle laissée par le christianisme : des Pères de l’Eglise aux théologiens contemporains.  Michel Onfray, qui jadis vouait aux gémonies le legs chrétien, a beaucoup travaillé l’histoire de l’Eglise, ce qui vaut ici, par exemple, des pages fort intéressantes au sujet du débat sur la grâce qui divisa les plus brillantes intelligences de l’Eglise au XVII° siècle. Sous-titre de La stricte observance : Avec Rancé à la Trappe ; il s’explique présentement parce que le philosophe a effectué un court séjour à l’abbaye de La Trappe, à Soligny et parce qu’au XVII° siècle, l’abbé de Rancé, qui avait mené dans sa jeunesse une vie de barreau de chaise, réforma la règle en lui apportant la plus grande rigueur. M. Onfray s’est intéressé aux aspects les plus rudes de la réforme menée par Rancé, réfléchissant aux effets métaphysiques de l’isolement et d’une discipline stricte sur les âmes et les corps de ceux qui ont choisi la voie du monachisme. Une belle réflexion sur la mort et la fuite du monde.

Michel Onfray, La stricte observance, Gallimard, 2018, 117 pages, 13€

L’extrait : « J’ai été saisi par cette communauté de solitudes qui ne se parlent pas, qui ne se touchent pas, qui ne s’adressent pas la parole, mais qui sont ensemble pour tout… » (p. 40)

Catégories
Actualités Recensions

Sortir du chaos

Broché : 528 pages
Editeur : Gallimard (18 octobre 2018)
Collection : Esprits du monde
Langue : Français
ISBN-10 : 2072770475
ISBN-13 : 978-2072770470
Dimensions : 22 x 3,2 x 15 cm

Grand connaisseur du monde musulman et du Moyen-Orient, Gilles Kepel raconte les derniers événements qui vont orienter pour quelques années la destinée de pays comme la Tunisie, l’Egypte, la Syrie ou l’Irak, des printemps arabes à la fin de l’Etat islamique au Levant. Sur fond de réislamisation de la société, il décrit combien démocrates et républicains sont à la peine dans des sociétés minées par la corruption née de la rente pétrolière. Bien sûr, d’un pays à l’autre, les situations ne sont pas identiques. Le cas tunisien a par exemple peu en commun avec la guerre civile en Syrie. Cependant, des constantes demeurent : le poids de la religion et de l’armée, la fragilité des corps intermédiaires, la fragmentation des oppositions, etc. Dans cet Orient décidément très compliqué, multiples sont les lignes de fracture. La première est celle qui oppose sunnites et chiites. Les premiers, majoritaires, connaissent de graves divisions (Qatar vs. Arabie Saoudite par exemple). Il faut compter aussi sur les désirs locaux d’autonomie (cas du Kurdistan, turc, syrien et irakien). Bref, le Moyen-Orient ressemble à un puzzle, à un écheveau d’une rare complexité.

Gilles Kepel, Sortir du chaos, Gallimard, 2018, 514 pages, 22€

Catégories
Recensions Religion

Allons aux faits

Broché : 256 pages
Editeur : Gallimard (3 octobre 2016)
Collection : HORS SERIE CONN
Langue : Français
ISBN-10 : 2072699363
ISBN-13 : 978-2072699368
Dimensions : 20,5 x 2,1 x 14 cm

 Allons aux faits

Pourquoi ce livre ? Régis Debray en donne la raison en 4ème de couverture : « En me donnant un micro pour deux séries d’interventions, l’une sur l’histoire, l’autre sur la religion, France Culture m’a permis de résumer et clarifier les travaux que je mène depuis maintes années sur diverses affaires temporelles et spirituelles. » Voilà pour le cadre. En effet, pour qui suit à peu près régulièrement Régis Debray, les sujets abordés dans Allons aux faits saisissent à frais nouveaux ses thèmes de prédilection : l’histoire du politique et de l’art, le sacré, la croyance, Dieu, la religion, etc. Soit une douzaine de chapitres dans lesquels l’auteur de Jeunesse du sacré n’hésite pas à renverser les perspectives, à bousculer des schémas que l’on croyait fermement assurés. Avec Régis Debray, et c’est son intérêt essentiel nous semble-t-il, tout est mouvant, tout prête à discussion, rien n’est figé. Il faut ici citer le sous-titre, qui est tout un programme et qui révèle la tournure d’esprit d’un intellectuel de haute volée toujours prêt à ébranler les fondations, à gratter le vernis afin de mieux voir l’essence des choses : « Croyances historiques, réalités religieuses ». Pour R. Debray, ce n’est pas un oxymore ou alors c’en est bien un, mais qui ouvre sur une réalité multiple et diffuse. Regardez, dit-il, combien les croyances sont essentielles pour l’histoire ; il n’est qu’à voir l’histoire de l’empereur Constantin par qui le christianisme a gagné le droit de citer au sein de l’Empire romain. Quant à la religion – qui n’est pas à confondre avec la foi ou la croyance -, elle est une réalité plus solidement ancrée que ne le croit l’occidental, lui qui a rompu avec le monde de la tradition. Feu d’artifices intellectuel, Allons aux faits constitue une excellente analyse d’une époque durant laquelle, selon l’expression du philosophe Zygmunt Bauman, tout devient liquide.

 

Régis Debray, Allons aux faits, Gallimard, 2016, 254 pages, 18€

Catégories
Recensions Religion

Gouverner au nom d’Allah

Broché : 160 pages Editeur : Gallimard; Édition : 01 (10 octobre 2013) Collection : HORS SER CONNAI Langue : Français ISBN-10 : 2070142892 ISBN-13 : 978-2070142897 Dimensions : 20,5 x 1,4 x 14 cm
Broché : 160 pages
Editeur : Gallimard; Édition : 01 (10 octobre 2013)
Collection : HORS SER CONNAI
Langue : Français
ISBN-10 : 2070142892
ISBN-13 : 978-2070142897
Dimensions : 20,5 x 1,4 x 14 cm

 Gouverner au nom d’Allah

Bien souvent, ce sont les intellectuels occidentaux qui écrivent sur l’islam. Le premier intérêt de Gouverner au nom d’Allah vient de ce que l’auteur est un écrivain algérien vivant en Algérie. Si on le sent très méfiant à l’égard de l’islamisme, il tâche d’en décrire la montée le pus objectivement possible. Avant cela, il donne une vue d’ensemble de l’islam, avec ses courants, ses schismes, ses chapelles… Il s’interroge ensuite sur la nature de l’expansionnisme musulman aisi que sur les vecteurs sur lesquels il s’appuie : courants religieux radicaux, médias, universités, émigration… Religion jeune, dynamique, en expansion, l’islam est de plus en plus travaillé par l’islamisme, sa version rigoriste dont une partie des membres – les salafistes – souhaite le retour à la communauté primitive, celle qui entourait Mahomet. Pour l’auteur, le monde musulman se trouve à la croisée des chemins, tiraillé de tous côtés par des aspirations contraires : modernité contre rigorisme, liberté de conscience et contre coercition, liberté de religion contre conformisme, désir de copier l’Occident tout en maintenant ses particularismes, etc. Si nombreux sont les musulmans à réprouver la violence islamiste, il n’est pas certain qu’ils en rejettent le programme. Boualem Sansal insiste sur le fait que, bien que soumis à la publicité déplorable qu’en fait l’islamisme, l’islam demeure en ascension constante. S’il en cherche les cases au sein du monde musulman, peut-être minore-t-il excessivement la perméabilité du monde occidental qui, après avoir largué ses croyances ancestrales, submergé par le consumérisme, n’a plus guère d’anticorps. Une religion aussi assise que l’islam donne sens à sa vie ; c’est autre chose que l’épuisement contemporain pris entre consommation et illusion technologique. Tant est si bien que l’auteur a raison, à la fin, de se poser la question : pour qui l’islamisme est-il un problème, pour l’Occident ou le monde musulman ? Au total, un petit livre instructif et facile à lire.
Boualem Sansal, Gouverner au nom d’Allah, Gallimard, 2013, 156 pages, 12.50€

 

Catégories
Actualités Recensions

La grande séparation : Pour une écologie des civilisations

Broché: 400 pages
Editeur : Gallimard (10 octobre 2013)
Collection : Le Débat
Langue : Français
ISBN-10: 2070142876
ISBN-13: 978-2070142873
Dimensions : 20,4 x 13,8 x 2,8 cm

 La grande séparation

Autrefois apôtre de la mondialisation et de ses mirages, Hervé Juvin devient aujourd’hui, au fil de ses ouvrages, l’un de ses plus fervents contempteurs. Certes, il est prêt à lui reconnaître certains mérites mais, quand il la juge à l’aune de ce qu’il appelle « l’écologie des civilisations », il en voit les dangers et les horreurs.

Qu’est-ce que « la grande séparation » dont l’auteur redoute les effets ? La mondialisation est en train, subrepticement, de créer un homme nouveau, un homme hors-sol, un homme de nulle part, sans repères ni tradition, dépourvu d’identité, un consommateur hédoniste s’abrutissant dans le contentement de soi. Bref, un homme séparé de tout ce qui jadis concourait à sa construction, mais « la séparation de l’homme à l’égard de toute détermination » n’est-elle pas le pari de la modernité (p. 92) ? Les conséquences de cette entreprise de déculturation auront nécessairement des effets périlleux sur nombre de civilisations, surtout les plus fragiles comme les peuples vivant en marge, dans la jungle indonésienne ou amazonienne. Le rouleau compresseur de la « grande séparation » repose sur trois piliers : la mondialisation, le développement économique et l’hégémonie du contrat. Se moquant des Etats, des traditions et des cultures, elle vise rien moins qu’à l’avènement d’un homme nouveau, consommateur sans racines, individu interchangeable. Pour H. Juvin, l’advenue d’une telle monstruosité n’est pas inéluctable, « d’où, écrit-il, l’actualité d’une écologie humaine, une politique de la diversité qui placerait les sociétés humaines, les cultures et leurs modes de vie avant même la diversité végétale ou animale, au rang des conditions de survie de l’espèce humaine – de notre survie » (p. 369)

Intellectuellement charpenté, l’ouvrage de Hervé Juvin s’appuie aussi sur l’expérience de l’auteur, voyageur impénitent qui a vu de près les ravages de la mondialisation en terme environnemental et civilisationnel. Si la thèse de La grande séparation est à prendre très au sérieux, on n’omettra pas de signaler qu’en moyenne, dans le monde, la pauvreté est en recul et que l’espérance de vie progresse. La mondialisation n’a pas que de effets négatifs. L’idéal serait de mieux l’arrimer aux particularismes existants, mais est-ce possible ?

Un livre passionnant pour comprendre le monde qui vient, mais qui aurait sans doute gagné à s’alléger d’une centaine de pages.

 

Hervé Juvin, La grande séparation : Pour une écologie des civilisations, Gallimard, 2013, 388 pages, 22.50 €

Catégories
Recensions Religion

Passion arabe : Journal, 2011-2013

Broché: 496 pages
Editeur : Gallimard (21 mars 2013)
Collection : Témoins
Langue : Français
ISBN-10: 2070140776
ISBN-13: 978-2070140770
Dimensions : 21,8 x 14,8 x 3 cm

 Passion arabe : Journal, 2011-2013

Durant deux ans l’orientaliste Gilles Kepel a sillonné les pays dans lesquels s’est déroulé le Printemps arabe : Egypte, Libye, Bahreïn, Tunisie… Parti pour réaliser un film il est revenu de ses divers périples avec un journal, sorte de livre de bord de la révolution qui a secoué plusieurs régimes arabes. De ce témoignage passionnant, écrit par un arabisant se situant toujours à bonne distance de son sujet, que retenir ?

Depuis que l’Occident a largué par-dessus bord l’essentiel de son patrimoine spirituel, il peine à comprendre la force du sentiment religieux. Ce n’est pas pour rien que le Proche-Orient a vu la naissance des trois grands monothéismes. La prégnance du religieux apparaît ici phénoménale, chez les juifs, chez les chrétiens et plus encore chez les musulmans, population que l’auteur a le plus rencontrée tout simplement parce que la plus nombreuse. Cette partie essentielle du monde musulman est toute imprégnée de Dieu, y compris dans les menus faits de la vie quotidienne. Autant dire que le chemin qui sépare les communautés musulmanes de la laïcité à la française est pavé d’embûches. Il ne peut y avoir de séparation des pouvoirs quand la religion occupe ainsi l’espace, public et privé. Pour la plupart des interlocuteurs que l’auteur a rencontrés, la laïcité est synonyme d’impiété. De quoi faire réfléchir les naïfs qui, en Occident, fantasment à l’idée de régimes arabes laïques, assurant comme ici le respect de la liberté de conscience. La lecture de cette Passion arabe en dit long, d’autre part, sur la fracture qui oppose sunnites et chiites. Pour les nombreux sunnites que Gilles Kepel a rencontrés, le chiite représente la figure de l’hérétique ; il est à l’origine de la fitna (division) qui fracture le monde musulman. L’univers arabo-musulman que nous présente l’auteur semble se trouver à la croisée des chemins : meurtri par les querelles confessionnelles et instable, on le sent tout de même riche de potentialités. Une inconnue demeure : le poids réel de la jeunesse bourgeoise attirée par les sirènes occidentales.
Un témoignage sur le vif, capital pour comprendre l’évolution du monde arabo-musulman contemporain.

Gilles Kepel, Passion arabe : Journal, 2011-2013, Gallimard, 2013, 476 pages, 23.50 €

Catégories
Actualités Recensions

De l’inégalité parmi les sociétés

Broché: 492 pages
Editeur : Gallimard (22 novembre 2000)
Collection : NRF Essais
Langue : Français
ISBN-10: 2070753514
ISBN-13: 978-2070753512
Dimensions : 21,8 x 14,2 x 3 cm

 De l’inégalité parmi les sociétés

Il y a des livres qui font date : De l’inégalité parmi les sociétés en fait partie. Publié il y a douze ans, il n’a pas été dépassé. Par l’ampleur des questions qu’il soulève et des réponses qu’il apporte, De l’inégalité… est un livre majeur. Le travail grandiose de Jared Diamond s’inscrit dans le cadre d’une réflexion où sont tour à tour convoquées l’histoire, la géographie, la biologie, la climatologie, la linguistique, la génétique et bien d’autres disciplines. Sa thèse s’articule autour de la question suivante : Qu’est-ce qui a permis aux Européens de renverser les empires inca et aztèque et d’asservir les Indiens du continent américain ? Pourquoi, a contrario, ce ne sont pas les indigènes d’Amérique qui ont traversé l’Atlantique pour envahir l’Europe et y décimer les populations ? Pour Jared Diamond, la réponse tient en trois mots : les fusils, les germes et l’acier. « Pourquoi est-ce les Européens, plutôt que les Africains ou les indigènes américains, demande l’auteur, qui se sont retrouvés avec les fusils, les germes les plus nocifs et l’acier ? » L’auteur entend démontrer que les inégalités partageant les sociétés ne sont pas de nature raciale ; c’est dans l’environnement qu’elles trouvent leurs racines. Le passage des tribus de chasseurs cueilleurs aux premières sociétés sédentaires constitue une étape cruciale dans l’histoire de l’humanité : la domestication des animaux et des plantes nourricières ont permis un développement spectaculaire des récoltes. En dégageant des surplus, les sociétés se dotent d’experts exonérés du souci de produire, par exemple les scribes et les soldats. Avec les scribes naissaient l’écriture et la conservation de l’expérience acquise.

Malgré certaines longueurs et répétitions, comment ne pas être impressionné par la qualité et l’ampleur du travail réalisé par J. Diamond ? Il semble toutefois manquer, parmi les facteurs explicatifs des inégalités dont il est question, deux causes importantes. La première est d’ordre militaire. Rien n’est dit des deux grandes innovations qui ont contribué à l’avènement et au déclin de certaines sociétés humaines : l’archer monté turco-mongol et l’infanterie lourde occidentale. Autre réserve : la place mineure accordée aux causalités d’ordre religieux. En liquidant le temps cyclique des sociétés archaïques, le christianisme a imposé une conception linéaire du temps avec, en ligne de mire, l’exaltation du progrès continu.

Un travail remarquable.

Jared Diamond, De l’inégalité parmi les sociétés, Gallimard, 2000, 482 pages, 35.50 €

Catégories
Recensions Témoignages

Dans les forêts de Sibérie

Poche: 304 pages
Editeur : Folio (26 avril 2013)
Collection : Folio
Langue : Français
ISBN-10: 207045150X
ISBN-13: 978-2070451500
Dimensions : 17,8 x 10,8 x 1,2 cm

 Dans les forêts de Sibérie

Avec ce nouvel opus, Sylvain Tesson nous offre un incroyable bol d’air glacial, un air sibérien, à proximité du Lac Baïkal. Las de cette vie moderne qui ne fait plus la place au silence et à l’intériorité, l’auteur a vécu, durant six mois, une vie d’ermite au bord du Baïkal, le plus grand lac du monde, en pleine Sibérie, là où faire des centaines de kilomètres sans rencontrer âme qui vive ressort de l’ordinaire. Dans sa cabane, l’ermite volontaire savoure le temps qui passe, il prend plaisir à ne rien faire, à contempler le rythme des jours et des saisons. Notre Robinson Crusoë n’est pas venu les mains vides. Il est arrivé avec des vivres, du matériel, une caisse de livres, de la vodka et… des icônes orthodoxes, histoire de s’immerger pleinement dans l’éternelle Russie. Ah ! Lire Hemingway ou Camus, seul dans sa cabane, alors que le voisin le plus proche habite à quatre heures de marche, quelle volupté ! Bien sûr, il y a un prix à payer à cette fuite du monde : on ne revient pas indemne de six mois de solitude ou, à l’exception de quelques rares visites, les seuls êtres animés rencontrés sont des animaux sauvages. Il n’en reste pas moins que l’auteur met le doigt sur une aspiration, un fantasme que probablement beaucoup partagent : une vie simple, loin du charivari engendré par la vie moderne.

Pour s’évader d’un quotidien qu’ils jugent morne et routinier, nombreux sont-ils à prendre la route ou l’avion pour… s’entasser sur une plage des Antilles ou de Thaïlande. Ce qui paraît pour beaucoup le comble de l’exotisme ne souffre pas la comparaison avec l’expérience vécue par l’auteur qui, après avoir lu la Vie de Rancé, consigne ces lignes : « L’exotisme, c’est de naviguer dans les intrigues politiques, les chinoiseries de la cour versaillaise, les haines mazarines et les brûlures jansénistes pendant que le vent agite doucement les cèdres sibériens. » (p. 171).

On connaissait les qualités d’écriture de Sylvain Tesson. Le Prix Médicis qui a été décerné à ce livre est amplement mérité. De superbes trouvailles stylistiques – comme ce bel oxymore : « On ne se sent jamais aussi vivant que mort au monde », d’une grande vérité – donnent encore plus de corps à une oeuvre envoûtante.

 

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie, Gallimard, 2012, 267 pages, 17.90 €