Catégories
Actualités Recensions

Décroissance ou toujours plus ?

Broché : 204 pages
Editeur : Pierre-Guillaume de Roux Editions (5 avril 2018)
Collection : PGDR EDITIONS
Langue : Français
ISBN-10 : 2363712374
ISBN-13 : 978-2363712370
Dimensions : 14 x 1,7 x 22,5 cm

Les dégâts infligés à notre planète sont si graves qu’il est plus urgent que jamais de réfléchir à l’avenir de notre espèce. Qu’en donc se débarrassera-t-on une bonne fois pour toutes de ce court-termisme mortifère ? Les hommes sont tellement gavés de croissance qu’ils n’arrivent pas à imaginer une autre suite à leur histoire que celle consistant à vouloir toujours plus. Pour éviter d’avoir à utiliser le mot de décroissance, un mot qui fait peur ou qui chagrine, on a inventé un oxymore : la croissance verte ou la croissance durable. Le gros problème de cette fameuse croissance verte, que l’on tait à longueur de journée, c’est que pour faire du propre il faut souvent faire du sale, l’exemple le plus visible étant les éoliennes. Halte au feu, la planète n’en peut plus ! C’est la raison pour laquelle Alain de Benoist privilégie la piste de la décroissance, la seule, face au massacre de la nature et à l’épuisement des ressources naturelles, est en mesure de nous tirer de l’ornière. Et, poursuit-il, « de répondre à la crise du sens que traversent des sociétés industrialisés ayant perdu tout repère. » (p. 33)

Alain de Benoist, Décroissance ou toujours plus ?, Pierre-Guillaume de Roux, 2018, 205 pages, 23.90€

L’extrait : « La cause fondamentale des problèmes écologiques n’est ni économique ni technique, mais fondamentalement politique et surtout idéologique. » (p. 22)

Catégories
Portraits Recensions

Ce que penser veut dire

Broché : 384 pages
Editeur : Editions du Rocher (19 avril 2017)
Collection : ROC.PHILOSOPHIE
Langue : Français
ISBN-10 : 2268090566
ISBN-13 : 978-2268090566
Dimensions : 14 x 2,4 x 22,5 cm

 Ce que penser veut dire

Dans ses domaines, l’histoire des idées et la philosophie politique, Alain de Benoist est ce que l’on pourrait appeler un monstre. Pensez ! Détenteur de quelque 200 000 livres, il a déjà écrit plus d’une cinquantaine de livres, sans compter une myriade d’articles dispensés à plusieurs revues. Avec lui, pas de risque de s’égarer dans de petites histoires ou dans une philosophie à deux sous : les sommets, en matière d’érudition notamment, ne sont jamais très loin. Dans un ouvrage qui se prétend volontiers généraliste, Alain de Benoist revisite les idées politiques et philosophiques d’une trentaine de penseurs de l’époque contemporaine, de Jean-Jacques Rousseau à Jean-Claude Michéa. Par des articles de dix à quinze pages, il donne l’essentiel de ce qu’il faut savoir au sujet de grands esprits dont la vocation était de donner à penser. Si le résultat peut sembler inégal – de pures biographies succédant à des réflexions poussées sur tel ou tel -, Ce que penser veut dire possède l’énorme avantage de dire beaucoup en peu de mots. Cela vaut particulièrement pour des philosophes dont la pensée n’est pas facile à saisir à la première lecture, loin de là, ce qui est par exemple le cas de Martin Heiddeger ou de Jean Baudrillard. Quoiqu’il en soit, ce livre prouve que l’auteur difficile que peut être Alain de Benoist sait également être pédagogue. Lorsque simplicité, pédagogie et culture maîtrisée se rejoignent à ce point, le résultat est forcément à la hauteur. Une surprise enfin, mise en avant de la proximité intellectuelle qui rapprochait les romantiques allemands de Karl Marx. Ce dernier livre d’Alain de Benoist constituent, en tout cas, une tentative magistrale de présenter des penseurs dont l’influence demeure grande pour la marche de notre temps.

 

Alain de Benoist, Ce que penser veut dire, Editions du Rocher, 2017, 377 pages, 19.90€

Catégories
Mémoires Recensions

Mémoire vive

Broché: 330 pages
Editeur : Editions de Fallois (2 mai 2012)
Collection : LITTERATURE
Langue : Français
ISBN-10: 2877067939
ISBN-13: 978-2877067935
Dimensions : 22,4 x 15,4 x 3 cm

 Mémoire vive

Agitateur d’idées, Alain de Benoist s’est affirmé, en une quarantaine d’années, comme la tête pensante du mouvement appelé la Nouvelle Droite. Cette autobiographie, née d’entretiens avec François Bousquet, éclaire plus l’idéologue, féru d’histoire, de philosophie, d’économie, de littérature, de sciences sociales, etc. que la personne. Homme de bureau, travailleur de l’ombre, Alain de Benoist n’aime guère parler de lui. En revanche, les idées, c’est sa vie. Bourreau de travail, s’astreignant à une discipline rigoureuse, curieux de tout, possesseur d’une bibliothèque de quelque 200 000 livres, Alain de Benoist est sur tous les fronts intellectuels. Mais, à son regret, il est davantage connu comme figure de proue du mouvement appelé la Nouvelle Droite que pour ses publications, toutes de haut niveau. L’appellation « Nouvelle Droite », lancée par des revues comme Eléments ou Nouvelle Ecole, n’a absolument rien à voir avec les catégories politiques en vigueur. Il y a longtemps que l’idéologie de la Nouvelle Droite a fait sauter les clivages et il n’est pas rare de trouver sous la plume d’Alain de Benoist des références à des auteurs classés à  gauche comme Georges Sorel et Claude Lévi-Strauss.

Si vous n’avez aucun penchant pour le débat d’idées, passez votre chemin. Si, en revanche, vous avez quelque inclination pour la controverse et la culture de haut niveau, alors il faut lire cette Mémoire vive. Si l’on met de côté le côté anti-chrétien de son œuvre – mais qui est, reconnaissons-le, autrement mieux charpenté et intelligent que celui d’Onfray -, difficile de ne pas être subjugué par une œuvre d’une telle ampleur, une œuvre qui couvre maints champs de savoir et qui donne l’impression d’un auteur monstre d’érudition. Un savoir véritablement encyclopédique mis au service d’une redoutable intelligence.

Comme il fallait s’y attendre, la conclusion ne pousse pas à l’optimisme. A l’instar de nombreux penseurs contemporains, A. de Benoist ne se reconnaît pas dans une époque qui porte au pinacle tant de fausses valeurs : « On est passé du culte des héros au culte des victimes, de l’honneur au consumérisme : la victimologie ambiante et en parfaite consonance avec le narcissisme et l’exhibitionnisme actuels. » (p. 308). Réservé à des lecteurs avertis, cette Mémoire vive constitue au final une excellente synthèse de la vie intellectuelle en France durant ces quarante dernières années.

Alain de Benoist, Mémoire vive, Editions de Fallois, 2012, 330 pages, 22 €