Ce que penser veut dire

Broché : 384 pages
Editeur : Editions du Rocher (19 avril 2017)
Collection : ROC.PHILOSOPHIE
Langue : Français
ISBN-10 : 2268090566
ISBN-13 : 978-2268090566
Dimensions : 14 x 2,4 x 22,5 cm

 Ce que penser veut dire

Dans ses domaines, l’histoire des idées et la philosophie politique, Alain de Benoist est ce que l’on pourrait appeler un monstre. Pensez ! Détenteur de quelque 200 000 livres, il a déjà écrit plus d’une cinquantaine de livres, sans compter une myriade d’articles dispensés à plusieurs revues. Avec lui, pas de risque de s’égarer dans de petites histoires ou dans une philosophie à deux sous : les sommets, en matière d’érudition notamment, ne sont jamais très loin. Dans un ouvrage qui se prétend volontiers généraliste, Alain de Benoist revisite les idées politiques et philosophiques d’une trentaine de penseurs de l’époque contemporaine, de Jean-Jacques Rousseau à Jean-Claude Michéa. Par des articles de dix à quinze pages, il donne l’essentiel de ce qu’il faut savoir au sujet de grands esprits dont la vocation était de donner à penser. Si le résultat peut sembler inégal – de pures biographies succédant à des réflexions poussées sur tel ou tel -, Ce que penser veut dire possède l’énorme avantage de dire beaucoup en peu de mots. Cela vaut particulièrement pour des philosophes dont la pensée n’est pas facile à saisir à la première lecture, loin de là, ce qui est par exemple le cas de Martin Heiddeger ou de Jean Baudrillard. Quoiqu’il en soit, ce livre prouve que l’auteur difficile que peut être Alain de Benoist sait également être pédagogue. Lorsque simplicité, pédagogie et culture maîtrisée se rejoignent à ce point, le résultat est forcément à la hauteur. Une surprise enfin, mise en avant de la proximité intellectuelle qui rapprochait les romantiques allemands de Karl Marx. Ce dernier livre d’Alain de Benoist constituent, en tout cas, une tentative magistrale de présenter des penseurs dont l’influence demeure grande pour la marche de notre temps.

 

Alain de Benoist, Ce que penser veut dire, Editions du Rocher, 2017, 377 pages, 19.90€

Lire la suite

Dictionnaire amoureux de Tintin

Cartonné : 800 pages
Editeur : Plon (6 octobre 2016)
Collection : Dictionnaire amoureux
Langue : Français
ISBN-10 : 2259241387
ISBN-13 : 978-2259241380
Dimensions : 13,5 x 4,3 x 20,3 cm

 Dictionnaire amoureux de Tintin

Le monde d’Hergé n’en finit pas de fasciner. Albert Algoud, en tintinolâtre averti, publie ce gros volume paru dans la désormais célèbre collection des « Dictionnaires amoureux ». Une bonne partie des entrées de ce dictionnaire se fait par les noms propres, notamment ceux de figures secondaires mais si typiques de l’univers d’Hergé, comme Szut, le pilote estonien dont le héros à la houppette fait connaissance dans Coke en Stock, ou Igor Wagner, le pianiste de Bianca Castafiore, le rossignol milanais, etc. Avec A. Algoud, la connaissance du monde de Tintin se fait de façon originale. Ainsi, plutôt que d’aborder franchement les Dupondt à la lettre « D », il le fait à la lettre « R », en demandant une « Réhabilitation » de ces mêmes Dupondt. Avec beaucoup d’humour l’auteur embarque le lecteur dans un voyage pittoresque et coloré. Il n’a pas de mal à nous convaincre de la richesse du travail d’Hergé. Il n’est pas étonnant que ce dernier ait donné lieu à tant de livres de qualité écrits parfois par les plus grands comme le philosophe Michel Serres. Il n’en reste pas moins que ce livre sera d’autant mieux apprécié, nous semble-t-il, que le lecteur est lui-même connaisseur des albums de Tintin. Néanmoins, ce livre est plein de surprise, comme celle d’apprendre que la langue utilisée en Bordurie s’inspire du marollien, patois de la région bruxelloise.

L’œuvre d’un passionné se lit toujours avec intérêt. Il convient toutefois de se demander si l’œuvre d’Hergé n’a pas quelque peu vieilli : Que dit-elle aux jeunes générations ? Est-elle de nature à enchanter leur imaginaire comme ce fut jadis le cas pour les plus anciens, ceux qui, dans les années 1950 et 1960 attendaient chaque semaine, fiévreusement, la suite des aventures du célèbre globe-trotter dans Tintin Magazine ?

 

Albert Algoud, Dictionnaire amoureux de Tintin, Plon, 2016, 785 pages, 25€

Lire la suite

C’est chose tendre que la vie : Entretiens avec François L’Yvonnet

Broché : 544 pages
Editeur : ALBIN MICHEL (2 septembre 2015)
Collection : Itinéraires du savoir
Langue : Français
ISBN-10 : 222631489X
ISBN-13 : 978-2226314895
Dimensions : 22,5 x 3 x 15 cm

 C’est chose tendre que la vie

Tenter de résumer un livre aussi copieux est une gageure. Philosophe se définissant comme athée et fidèle (à la culture judéo-chrétienne), André Comte-Sponville est un de nos plus grands philosophes, en tout cas l’un des plus faciles à lire et à saisir. Contrairement à tant d’autres, voilà quelqu’un qui se refuse à jargonner et qui essaie de donner le goût de la réflexion et de la pensée. Dans ce livre d’entretiens menés par François L’Yvonnet, l’auteur de La sagesse des Modernes revient sur les sujets qui l’auront le plus marqué, en tout cas ceux qu’il aura travaillé avec autant de constance que de gourmandise : le bonheur, l’avenir des civilisations, l’art, la morale, l’éthique… On n’est pas obligé de suivre le philosophe en tout et, par exemple, il me semble qu’il prête à des valeurs très occidentales comme les droits de l’homme et la laïcité une aura qu’elles n’ont certainement pas sous d’autres cieux. Cela dit, comment ne pas être charmé par la culture et la mesure d’un intellectuel qui préfère Montaigne à Nietzsche et Pascal à Hegel. A maintes reprises Comte-Sponville dit son incroyance, mais il le dit à sa façon, belle, lucide et tendre. C’est qu’il demeure fidèle au terreau judéo-chrétien dans lequel il a grandi et mûri. Prêtant beaucoup de qualités aux sagesses orientales, A. Comte-Sponville insiste sur son attachement aux valeurs chrétiennes, non parce qu’elles seraient absolues, « mais parce qu’elles sont conformes à notre désir d’humanité, de justice, d’amour. » (p. 179) Avec modestie, il tente de tracer le chemin qui, grâce à la sagesse (surtout celle des Anciens), espère mener au bonheur, but de toute vie humaine. Alors, à quoi sert la philosophie ? A mieux vivre, répondent les philosophes et Comte-Sponville avec eux. Le but recherché, contrairement à ce que veut faire croire la doxa contemporaine, ne passe ni par la consommation ni par le divertissement. La sagesse, « c’est d’aimer la vie telle qu’elle est, telle qu’elle passe, heureuse ou malheureuse… » (p. 216). Pour avoir à ne pas se poser la question, le contemporain cherche l’oubli dans la futilité et le divertissement. C’est oublier que la vie est tragique : il y a trop de fragilité en nous et trop de dureté dans le monde. « Sagesse de Montaigne : ‘C’est chose tendre que la vie, et aisée à troubler… » Un superbe livre, plein de tendresse, d’ « humanité désolée et fraternelle ».

 

André Comte-Sponville, C’est chose tendre que la vie, Albin Michel, 2015, 538 pages, 24€

Lire la suite

Houellebecq économiste

Broché : 160 pages
Editeur : FLAMMARION (3 septembre 2014)
Collection : ESSAIS
Langue : Français
ISBN-10 : 2081296071
ISBN-13 : 978-2081296077
Dimensions : 20,1 x 0,1 x 13,2 cm

 Houellebecq économiste

Réfléchir sur la place et le rôle de l’économie contemporaine à partir de l’œuvre littéraire de Michel Houellebecq, il fallait y penser ! C’est sans doute qu’en lisant les œuvres de l’auteur des Particules élémentaires, Bernard Maris s’est dit qu’il y avait entre lui et l’écrivain la même détestation de l’économie. Postulat singulier quand on songe que Bernard Maris est… économiste. Mais, comme Houellebecq, Bernard Maris a un souhait : que l’économie regagne la place que jamais elle n’aurait dû quitter, l’arrière-plan. Car, selon Maris et Houellebecq, l’économie n’est pas une science, juste « une discipline vide et ennuyeuse ». Cette charge surprenante d’un économiste à l’encontre de sa discipline – laquelle est « une idéologie précise, vicieuse, délétère » (p. 45) – s’explique par le dégoût qu’inspire à l’auteur le tout économique, la marchandisation du monde, l’impitoyable loi de l’offre et de la demande qui réduit l’homme à n’être qu’un consommateur, un usager servile. En quelques courts chapitres Bernard Maris règle ses comptes avec une vision purement technicienne de l’économie en passant les romans de Houellebecq au filtre de quelques grands noms des sciences économiques comme Marschall, Marx ou Malthus. De ces noms émerge l’incomparable figure du britannique John Maynard Keynes, le premier à avoir saisi la nature profonde du capitalisme, lequel vise à l’infantilisation des populations par l’injonction à la consommation. La réflexion devient philosophique, voire religieuse. A quoi sert une telle agitation, sinon à obvier la peur de la maladie et de la mort ?

Au fait, pourquoi Houellebecq ? Pourquoi Bernard Maris voit-il en lui l’une des personnes qui comprend le mieux le monde et l’économie contemporaine ? « Aucun romancier n’avait, jusqu’à lui, aussi bien perçu l’essence du capitalisme, fondé sur l’incertitude et l’angoisse. » Le capitalisme engendre de l’angoisse, non simplement parce qu’il génère inégalités et chômage de masse, mais parce qu’il se sert et use jusqu’à plus soif de nos névroses comme l’inassouvissement de nos désirs et l’incapacité à être insatisfait.

Houellebecq économiste, un livre puissant qui met à nu les fragilités psychologiques du monde contemporain.

 

Bernard Maris, Houellebecq économiste, Flammarion, 2014, 153 pages, 14€

Lire la suite

Von Manstein, le stratège du III° Reich

Broché: 258 pages
Editeur : PERRIN (1 mai 2013)
Collection : Maîtres de guerre
Langue : Français
ISBN-10 : 2262040893
ISBN-13 : 978-2262040895
Dimensions : 21,2 x 2,2 x 16,3 cm

 Von Manstein, le stratège du III° Reich

La collection « Maîtres de guerre » prend peu à peu de la consistance. Elle est consacrée, rappelons-le, aux stratèges et aux généraux les plus habiles de la Seconde Guerre mondiale ainsi qu’à ceux qui eurent le plus d’influence sur le déroulement du conflit. Après les volumes consacrés à Hitler, Staline et Patton, il était assez logique qu’un livre fût consacré à celui qui s’est révélé comme « un stratège audacieux et génial tacticien ». C’est von Manstein qui est à l’origine du célèbre coup de faux de mai 1940 qui condamna à mort les armées franco-britanniques aventurées en Belgique. En plus de deux cents pages à l’écriture fluide, agrémentées de photos rarement publiées et de cartes rendant compte des batailles les plus âpres auxquelles a participé von Manstein, le livre de Pierre Servent réussit l’essentiel : donner une vision correcte du meilleur général de la Wehrmacht à qui fut souvent demandé l’impossible. Sur le front de l’Est, alors que l’armée allemande, souvent épuisée, doit parer les coups d’une Armée rouge de plus en plus puissante et sûr de son art, Manstein est considéré comme le pompier de service : celui qui est chargé d’éteindre les incendies. En dépit de sa maestria coutumière, le génie tactique de Manstein dépent bien sûr de la qualité des troupes qu’il a sous la main. Ses victoires de 1942 et 1943, en Crimée et en Ukraine, tiennent à la conjonction de sa vista et de l’excellence de l’Ostwehr (la Wehrmacht sur le front russe). Mais que cette qualité s’effondre à cause des pertes irréparables et aussitôt la superbe de Manstein de s’éroder, ce qui fut le cas à Koursk. Dans son livre paru après la guerre, Victoires perdues, Manstein, comme du reste beaucoup d’officiers supérieurs allemands, attribuera les défaites au supposé amateurisme d’Hitler. C’était, pour une part, se défausser sur un mort et lui faire porter le chapeau pour un ensemble d’inconséquences dont il n’était pas toujours responsable.

Par rapport aux autres livres de la série, le Von Manstein de Pierre Servent se situe un cran en-dessous. Manquant de précision, pas assez fouillé, il ne satisfera pas le connaisseur. Quelques erreurs, par exemple au sujet de la bataille de Koursk, laissent à penser que le livre a été trop rapidement écrit. Enfin, le silence de Manstein face aux crimes de guerre nazis est à peine évoqué. Pour une approche plus complète du personnage, on préférera, chez le même éditeur, la biographie due à la plume affûtée de Benoît Lemay.

 

Pierre Servent, Von Manstein, le stratège du III° Reich, Perrin, 2013, 259 pages, 21 €

Lire la suite

Maurice Druon, le partisan

Broché: 258 pages
Editeur : CERF EDITIONS (2 octobre 2014)
Collection : BIB CERF
Langue : Français
ISBN-10 : 2204102679
ISBN-13 : 978-2204102674
Dimensions : 21,5 x 2,1 x 14 cm

 Maurice Druon, le partisan

De tous ceux qui, depuis quelques décennies, se sont succédé au Ministère de la Culture, Maurice Druon demeure l’un des plus connus. Parfois contestée car taxée de conservatisme, son action s’inscrit durablement dans le paysage culturel français car elle a su reposer sagement sur un classicisme de bon aloi qui, cependant, ne craignait pas la nouveauté. Hervé de Boisbaudry et le P. Philippe Verdin retracent avec verve la vie de l’auteur des Rois maudits, écrivain et serviteur de l’Etat. C’était au temps – les années 1970 – où les ministres de la Culture – les Malraux, Duhamel, Druon – lisaient encore des livres…

Résistant de la première heure, parti tôt rejoindre les rangs gaullistes à Londres, co-auteur avec son oncle Joseph Kessel du Chant des partisans, Maurice Druon se fait remarquer par son amour de la liberté et sa puissance de travail. Après la guerre, il donne libre cours, tel un nouvel Alexandre Dumas, à son imagination épique. En 1955 il publie une œuvre destinée à demeurer et qui, adaptée deux fois à la télévision, sera traduite dans de nombreuses langues : Les rois maudits. Historien, romancier, essayiste, sa force de travail semble, en ces décennies 1950-1960, inassouvie. Gaulliste, observateur de la société française, angoissé devant le désarroi de l’Occident, c’est dans l’idée qu’il se fait de la culture occidentale qu’il trouve des raisons d’espérer : le beau et le vrai ne peuvent mourir.

Comme le soulignent les auteurs, Maurice Druon pouvait paraître outrecuidant et vantard, amoureux des honneurs et infatué de lui-même. Il y a du vrai dans ce jugement. Toutefois, c’est oublier que, parti de peu, il s’était fait lui-même à force d’obstination et de travail. Après la gloire littéraire et son élection à l’Académie française – il en a été longtemps le secrétaire perpétuel -, après la politique, la fin de sa vie fut consacrée à la défense de la langue française. « Il récusait, soulignent les auteurs, l’alignement de la langue sur l’évolution des idées et des mœurs et surtout la certitude que l’usage finit toujours par l’emporter et moderniser de manière naturelle et non autoritaire la langue ».

 

Hervé du Boisbaudry & Philippe Verdin, Maurice Druon. Le partisan, Cerf, 2014, 258 pages, 15 €

Lire la suite